Football

Les Montagnais passent leur tour

À deux semaines du début de la saison dans la Ligue de football semi-professionnelle du Québec (LFSPQ), la formation des Montagnais du Saguenay-Lac-Saint-Jean a dû se résoudre à faire l’impasse sur la saison 2018 en raison d’un manque de joueurs et du non-paiement de la cotisation par certains. Directeur au sein du conseil d’administration, Jacques Guertin explique que l’organisation a donc préféré reculer d’un pas pour mettre en place des assises plus solides en 2019.

Joint mercredi, M. Guertin a expliqué qu’à sa grande surprise, il avait constaté une importante divergence des vues parmi les joueurs. Ce manque d’unité quant aux objectifs et à la vision de l’équipe a fait en sorte qu’à la date butoir, les Montagnais ne disposaient pas du minimum requis de 22 joueurs pour amorcer la saison. 

Sommité du football dans la région, Jacques Guertin a indiqué qu’il avait proposé aux six membres du CA en poste de tenir une assemblée générale en septembre plutôt qu’en janvier et de faire voter les joueurs sur les mesures et objectifs à préconiser. D’ici là, il compte rédiger un document sur ce que ça prend pour faire une équipe et le présenter lors de l’assemblée.

« Les gens se prononceront pour ou contre, mais une fois qu’ils auront voté, ils devront vivre avec leur décision, fait-il valoir. Pour amener une équipe sur le terrain, il y a bien des choses qui doivent être faites. »

En tenant une assemblée générale en septembre, Jacques Guertin estime que cela permettra de savoir rapidement si l’équipe sera en mesure d’être de retour et de connaître le sérieux des joueurs inscrits et ceux qui auront payé leur cotisation. « Car si jamais on veut réintégrer la ligue, il faudra qu’on se présente avec un dossier bien ficelé, bien financé et que l’ensemble des gens veulent l’équipe, pas juste quelques individus », insiste-t-il. 

Football

Alarie-Tardif accroche ses épaulettes

Ignoré lors du plus récent repêchage de la Ligue canadienne de football, le Chicoutimien Vincent Alarie-Tardif a décidé d’accrocher ses épaulettes.

« C’est ma retraite. Honnêtement, je suis bien avec ça. J’ai tout donné dans les dernières années », a indiqué l’ancien porteur de ballon du Rouge et Or de l’Université Laval qui participait en fin de semaine au camp printanier d’une autre de ses anciennes équipes, les Couguars du Cégep de Chicoutimi.

Sports

Repêchage LCF: Alarie-Tardif et Claveau ignorés

Les joueurs régionaux Vincent Alarie-Tardif et Marc-Antoine Claveau n’ont pas entendu leur nom durant le repêchage de la Ligue canadienne de football qui se déroulait jeudi soir.

Au terme du 69e et dernier choix, qui a été fait peu avant minuit, les deux anciens du Rouge et Or de l’Université Laval n’ont pas été réclamés par l’une des huit équipes du circuit professionnel. Le porteur de ballon Vincent Alarie-Tardif, qui a porté les couleurs des Mustangs de l’école Odyssée-Dominique Racine dans le juvénile et quelques années plus tard des Couguars du Cégep de Chicoutimi dans le collégial, ainsi que le plaqueur défensif Marc-Antoine Claveau avaient tous deux participé aux tests physiques régionaux en mars, mais n’avaient pas été conviés pour les très sélects examens nationaux qui se déroulaient quelques semaines plus tard. 

En entrevue avec Le Quotidien après les tests de Montréal, ils s’étaient tous deux montrés réalistes sur leurs chances d’être repêchés, ne cachant pas une certaine déception si ça se confirmait jeudi. Les deux Chicoutimiens pourraient tout de même participer au camp d’une équipe d’ici quelques semaines, en tant que joueurs invités.

Football

Les Alouettes sélectionnent Trey Rutherford en première ronde

MONTRÉAL — Les Alouettes de Montréal ont sélectionné le joueur de ligne offensive Trey Rutherford avec le deuxième choix du repêchage de la LCF, jeudi.

Les Alouettes détenaient le premier choix après leur campagne désastreuse de 3-15 en 2017, mais ils avaient échangé ce choix aux Tiger-Cats de Hamilton mercredi, dans une transaction impliquant deux joueurs et de nombreux choix. Avec ce choix, Hamilton a sélectionné le receveur Mark Chapman, de l’Université Central Michigan.

Les Alouettes avaient notamment reçu le deuxième choix des Tiger-Cats dans la transaction de mercredi. Ils se sont tournés vers Rutherford, un colosse de 6’5’’pouces et de 289 livres qui évoluaient à l’Université du Connecticut.

Rutherford, qui est originaire de Markham, en Ontario, aura la tâche de protéger le quart des Alouettes, peu importe de qui il s’agira. Josh Freeman, Drew Willy et Matthew Shiltz font partie des candidats.

«Nous avons obtenu un joueur que nous voulions depuis un bon moment déjà, c’est un gros bonhomme qui va renforcer notre ligne à l’attaque immédiatement, a affirmé le directeur général des Alouettes, Kavis Reed, dans un communiqué. Selon nos recruteurs, il deviendra une pièce maîtresse dans la protection de nos quarts pour plusieurs années.»

Un gars de la région de Québec en troisième ronde

Les Alouettes n’avaient pas de choix de deuxième tour. Lors de la troisième ronde, ils ont repêché le joueur de ligne défensive Bo Banner avec le 19e choix, puis le secondeur Jean-Gabriel Poulin, avec le 23e choix. Poulin, de Saint-Nicolas, dans la région de Québec, a porté les couleurs des Mustangs de l’Université Western au niveau universitaire canadien.

Chapman a été ignoré lors du repêchage de la NFL le week-end dernier, mais il a reçu une invitation au camp des recrues des Giants de New York.

Avec le troisième choix, les Lions de la Colombie-Britannique ont repêché le joueur de ligne offensive Peter Godber.

Le Rouge et Noir d’Ottawa a ensuite choisi le joueur de ligne offensive Mark Korte.

Aucun joueur du Réseau du sport étudiant du Québec n’a été choisi en première ronde, une première depuis 2013. 

Le receveur Régis Cibasu, des Carabins de l’Université de Montréal, a été repêché en troisième ronde, 20e au total, par les Argonauts de Toronto. Le demi défensif montréalais Jordan Beaulieu, des Mustangs, a été sélectionné par les Eskimos d’Edmonton quatre rangs plus tard.

Sports

Football collégial: précamps ce week-end

Les bonnes traditions ne se perdent pas. Dans cette optique, le mois de mai rime avec précamp pour les trois équipes de football collégial de la région. Les Couguars du Cégep de Chicoutimi et les Jeannois du Collège d’Alma tiennent leur activité printanière en fin de semaine tandis que les Gaillards du Cégep de Jonquière feront de même la semaine prochaine.

Entraîneur-chef des Couguars, Nicolas Menachi s’attend d’accueillir une soixantaine de joueurs, dont 25 vétérans, à compter de vendredi soir, séance qui sera consacrée à des réunions d’unités offensives et défensives au lieu des traditionnels tests physiques. « On ne veut pas perdre de joueurs en raison de claquages ou de blessures du genre », explique l’entraîneur-chef, mentionnant que des joueurs universitaires et professionnels profiteront de l’occasion pour parler de leur parcours. Le secondeur des Blue Bombers de Winnipeg, Shayne Gauthier, sera du lot. « Il a été là tout l’hiver », fait savoir Nicolas Menachi, précisant qu’il s’occupait notamment de la préparation physique des joueurs et des courses lors des entraînements hivernaux. Les anciens des Couguars, Vincent Alarie-Tardif (porteur de ballon, Laval), Grégoire Bouchard (ligne offensive, Western), Jérémy Lardi (centre arrière, Sherbrooke), Jean-Simon Guilbert (maraudeur, Sherbrooke), le Français Liam Ward (centre arrière, Montréal) et Pierre-Alexandre Taché (ancien demi-défensif, Concordia) seront également sur place. De plus, des représentants de sept équipes universitaires ont confirmé leur présence. 

Recrutement

Nicolas Menachi se dit satisfait de son recrutement, particulièrement dans la région. Il a également réussi à ajouter quelques joueurs de l’extérieur. À ce beau monde se grefferont quelques joueurs français à la fin de l’été. « En frais de joueurs, on a un bon noyau. On a réussi à garder de bons joueurs dans la région qui avaient le potentiel de jouer à l’extérieur », souligne-t-il, très heureux d’avoir pu remettre en état la ligne offensive qui avait connu plusieurs départs à l’issue de la dernière saison. 

Samedi et dimanche, les joueurs sauteront sur le terrain de l’UQAC pour des entraînements et un match simulé. « On vient boucler l’hiver avec tout ce qu’on a mis en place, de faire valoir Nicolas Menachi. Nos recrues, on les voit beaucoup pendant l’hiver en gymnase. Ils viennent s’entraîner avec les vétérans, ce qui nous permet de les voir en confrontations. Le précamp nous permet de les voir sur le terrain et de les mettre dans des situations où on va les évaluer sur des bases tactiques, techniques et physiques. Ça nous permet d’avoir un portrait plus global de nos jeunes joueurs et qui ne sont pas nécessairement à la même page. »

« On veut les évaluer, voir les joueurs qui vont faire partie de notre équipe la saison prochaine, ce qui nous permet de s’évaluer par rapport à ce qui s’en vient », d’indiquer l’entraîneur qui profitera également du rassemblement pour faire un partage d’informations, notamment avec des séances de vidéo. 

Quelques joueurs qui seront sur place tenteront également leur chance dans des divisions supérieures avant de signer leur lettre d’intention. 

Football

Une audition pour Grégoire Bouchard

À un an du repêchage de la Ligue canadienne de football de 2019, le Chicoutimien Grégoire Bouchard aura l’occasion de se faire valoir devant les recruteurs et représentants des équipes lors du Défi Est-Ouest Valero, la semaine prochaine à l’Université Laval.

L’événement, qui en sera à sa 16e édition, donne le coup d’envoi au processus menant au repêchage avec la présence de 86 joueurs de troisième année identifiés comme ayant le talent requis pour atteindre la LCF. Les invitations ont été annoncées dans les heures précédant le repêchage 2018 qui se déroulera jeudi. La semaine complète d’activités du Défi Est-Ouest se mettra en branle lundi et se poursuivra avec des rencontres et entraînements, ce qui culminera avec un match le samedi 12 mai. Par la suite, une liste des 20 meilleurs espoirs sera publiée par le Bureau de recrutement en août, décembre et avril, en plus des invitations pour les tests physiques régionaux, puis nationaux en mars.

Coéquipiers

Joueur de ligne offensive, Grégoire Bouchard, qui a remporté la Coupe Vanier en novembre dernier avec les Mustangs de l’Université Western, sera accompagné de cinq coéquipiers en plus de son entraîneur Greg Marshall sur le terrain de l’Université Laval. Les Mustangs n’ont pas perdu en 2017 et Bouchard avait trouvé une place sur la deuxième équipe d’étoiles de la division Ontario. 

« Avec la saison qu’on a eue comme équipe, je savais que les possibilités étaient bonnes que je sois invité. Il y a souvent plus de joueurs des équipes qui ont bien performé au cours de la saison précédente. Personnellement, j’étais conscient que j’avais le talent pour me rendre là », affiche le gaillard de 6’2 et plus de 300 livres qui terminera l’an prochain un baccalauréat en criminologie. 

Le Chicoutimien et ancien des Mustangs de l’école Odyssée/Dominique-Racine est conscient qu’il aura tout à gagner durant cette semaine, lui qui a déjà eu des contacts avec des agents et des recruteurs. Il entend montrer avant tout sa manière de jouer, sa mentalité et son agressivité sur le terrain. 

« La Ligue canadienne, ç’a toujours été mon but depuis que je suis tout petit. C’est une autre étape pour m’afficher et qui me rapproche de mon rêve », exprime Grégoire Bouchard, qui vivra le repêchage de jeudi soir de très près alors que ses deux colocataires, les Québécois Jordan Beaulieu (demi-défensif) et Jean-Gabriel Poulin (secondeur), devraient être sélectionnés rapidement. 

Sports

Laurent Duvernay-Tardif fait bouger les jeunes

Tout ce que touche Laurent Duvernay-Tardif semble se transformer en succès. Que ce soit sa carrière professionnelle avec les Chiefs de Kansas City dans la NFL, ses études en médecine, ses chroniques des coulisses des Jeux olympiques de PyeongChang et même sa jeune fondation éponyme qui vise à faire bouger les jeunes de 11-12 ans. Mais la beauté de la chose, c’est que ce béni des dieux est conscient de sa chance et qu’il souhaite partager avec le plus de gens possible, notamment les jeunes.

Lundi, l’inspirant athlète et son équipe de la Fondation LDT sont débarqués au Pavillon sportif de l’UQAC où les attendaient une centaine de jeunes de 6e année désireux d’ouvrir leurs horizons en découvrant de nouveaux sports — et qui sait, peut-être de nouvelles passions —, par le jeu. Ces 110 jeunes provenaient de quatre écoles de la région qui ont eu le bonheur de remporter le tirage au sort de la journée festive multisport de la Fondation, soit les écoles primaires Lac Horizon, des Deux-Lacs de Lac-Bouchette, Notre-Dame-du-Rosaire et Sainte-Lucie.

L’équipe LDT a donc traversé la Réseve faunique des Laurentides à bord de son « autobus sportif » pour amorcer sa première tournée provinciale « Bougez avec LDT ! » qui l’amènera dans cinq autres villes, soit Montréal, Québec, Trois-Rivières et Sherbrooke. La Fondation a conclu des partenariats avec les universités de chacune de ces régions afin que des sportifs et étudiants-athlètes viennent donner un coup de main à son équipe pour l’animation. À Chicoutimi, les Inuk de l’Université du Québec à Chicoutimi ainsi que le Dolmissois Shayne Gauthier des Blue Bombers de Winnipeg (LCF) ont stimulé les jeunes durant les différents ateliers offerts (flag football, escalade, parcours d’obstacles et kinball). 

« Le but de la fondation, c’est vraiment de promouvoir le lien entre les sports, les arts et les études. De promouvoir l’équilibre pour que les jeunes soient plus épanouis à travers leurs passions. De se retrouver dans un contexte universitaire, ça va les aider à se projeter dans ce qui pourrait ressembler leur carrière d’étudiants-athlètes plus tard dans leur parcours. », a indiqué en point de presse celui qui est aussi porte-parole de la Foire Papier.

Sur le terrain

Véritable touche-à-tout à qui tout semble réussir, LDT ne se considère pas comme un modèle pour autant. « J’estime que j’ai encore beaucoup à accomplir. Mon but ultime est de graduer en médecine et d’être le premier médecin à fouler le terrain de la NFL à titre de joueur. Quand ce sera fait, je vais considérer que j’ai accompli quelque chose de plus important », explique l’athlète de 27 ans qui espère que son but se concrétisera en septembre.

« D’ici là, j’essaie de rester terre à terre et d’être le plus près possible des jeunes parce que c’est bien les messages à la radio ou à la télé, mais quand tu es avec les jeunes sur le terrain, c’est là que concrètement tu as le plus gros impact sur eux. Ça vaut donc la peine d’avoir un autobus et de se déplacer partout au Québec pour aller toucher les jeunes directement dans leur milieu », ajoute celui qui aimerait non seulement que sa tournée provinciale soit de même ampleur l’an prochain, mais même qu’elle grandisse. 

Et où trouve-t-il le temps de conjuguer tous ses centres d’intérêt ? « Pour moi, il faut juste trouver le temps de le faire, car c’est hyper-important de redonner et de mettre l’étincelle dans les yeux des jeunes. Mais aussi, je pense que ça m’apporte vraiment beaucoup en tant qu’être humain de voir les jeunes, ici, être super intéressés et dynamiques, qui ont du plaisir. Ma fin de semaine aurait pu être du samedi au dimanche, mais j’ai décidé de faire la route dimanche et de passer ma journée de congé d’étude à avoir du fun avec les jeunes. Je trouve que c’est le meilleur moyen de décrocher et d’être ainsi plus optimal quand vient le temps d’étudier. »

Duvernay-Tardif préfère que les gens retiennent qu’il est de ceux qui ont décidé de suivre leurs passions même si on leur dit qu’elles sont impossibles à concilier. « Il ne faut pas avoir peur de s’impliquer, de suivre ses passions et de trouver l’énergie en soi pour les faire quand on se fait dire que ce n’est pas possible de combiner les deux. (...) Si on est impliqué et qu’on aime ce qu’on fait, on ne comptera pas nos heures et on va s’assurer que le travail soit bien fait. Quand on suit nos passions, je pense que les bons résultats vont suivre aussi. »

Sports

Des joueurs des Alouettes en tournée dans la région

Les Alouettes de Montréal tiendront deux activités distinctes, la semaine prochaine, dans la région.

D’abord, deux joueurs de la formation montréalaise de la Ligue canadienne de football prendront part à la toute nouvelle tournée Ultimate football, dont le but est d’initier les jeunes de 5e et 6e année du primaire au football et de le promouvoir avec un jeu simple et sécuritaire, sans contact. 

Ces deux joueurs des Alouettes seront en matinée du jeudi 22 mars à l’école des Jolis-Prés de Laterrière, puis en après-midi à l’école Saint-David de Saint-David-de-Falardeau. Le lendemain, ils seront du côté d’Alma, à l’école Saint-Joseph. Au cours de leur tournée, ils visiteront un total de 65 écoles primaires à travers le Québec. 

Parallèlement, des membres de l’équipe prendront part à la tournée au secondaire Ensemble à l’école, dont l’objectif est de promouvoir la persévérance scolaire. Le 22, en matinée, ils s’adresseront aux étudiants de l’école des Grandes-Marées de La Baie, avant de se rendre à l’école Odyssée en après-midi. Ils se retrouveront également à Alma le lendemain, plus précisément au pavillon Wilbrod-Dufour. 

Lancé en 1998, le programme a permis aux joueurs de réaliser environ 2000 visites pour rencontrer plus de 75 000 étudiants. 

Sports

Laurent Duvernay-Tardif à l'UQAC lundi

Le joueur de la Ligue nationale de football (NFL) Laurent Duvernay-Tardif sera de passage à l’UQAC, lundi, afin de faire bouger une centaine de jeunes de quatre écoles primaires de la région.

L’année dernière, le garde des Chiefs de Kansas City a créé sa propre fondation ainsi que la tournée Bougez avec LDT, dont le premier arrêt en 2018 aura lieu au Saguenay. 

L’objectif est de promouvoir les saines habitudes de vie chez les jeunes tout en encourageant un équilibre entre les études et le sport. 

Un autobus scolaire a été complètement transformé et mis aux couleurs bleues de la fondation, ce qui permet d’offrir des journées multisports aux élèves de sixième année qui ont été choisis par tirage au sort. 

Les jeunes des écoles l’Horizon, des Deux-Lacs, Notre-Dame-du-Rosaire et Sainte-Lucie participeront à l’activité de lundi qui se déroulera de 10 h à 14 h 30. Ils auront l’occasion de participer à des ateliers de soccer, de parcours, d’escalade, de kin-ball et de flag football. 

« C’est vraiment un autobus typique, mais les sièges à l’intérieur ont pratiquement tous été retirés pour faire place à de l’équipement sportif, ce qui nous permet d’être mobiles, de se déplacer à différents endroits au Québec et nous-mêmes initier des activités sportives », mentionne la directrice générale de la fondation, Marie-Christine Boucher. 

Partenariat avec des universités

Cette année, dans la tournée de six régions, un partenariat a été mis en place avec les universités, ce qui permet d’abord d’offrir de plus grands plateaux et de mettre à contribution des étudiants-athlètes locaux. 

Les universités de Trois-Rivières, Bishop, Concordia, McGill et Laval seront également visitées au cours de cette tournée qui s’étendra jusqu’en juin.

« Le but n’est pas de faire des Laurent Duvernay-Tardif de chacun des jeunes présents. On veut leur montrer plusieurs modèles et que les jeunes deviennent la meilleure version d’eux-mêmes. On veut seulement les inciter à découvrir de nouveaux sports et développer des passions », signale Marie-Christine Boucher.

Études et sport

Laurent Duvernay-Tardif est bien placé pour témoigner de l’importance du sport et des études. En plus de sa carrière avec les Chiefs, avec lesquels il a signé un contrat de cinq ans d’une valeur de plus de 40 millions $, l’athlète de 27 ans poursuit parallèlement des études en médecine à l’Université McGill. Il est question de son parcours dans son livre, publié l’an dernier par l’auteur et journaliste Pierre Cayouette, L’homme le plus intéressant de la NFL.

Sports

Le rêve de la LCF

Le rêve de la Ligue canadienne de football demeure bien présent pour les Chicoutimiens Vincent Alarie-Tardif et Marc-Antoine Claveau. Les deux anciens coéquipiers avec le Rouge et Or de l’Université Laval ont participé aux tests physiques régionaux cette semaine, à Montréal.

Plaqueur défensif, Marc-Antoine Claveau a disputé deux saisons dans les rangs universitaires après avoir passé quatre ans avec les Faucons du Cégep de Lévis-Lauzon. Au cours des derniers mois, malgré un horaire chargé pour le finissant au baccalauréat en design industriel, il a mis les bouchées doubles à l’entraînement lors des derniers mois dans l’objectif de bien faire. Dans l’ensemble, il se montre satisfait de ses résultats malgré une petite déception au développé-coucher, terminant tout de même avec 22 répétitions. « Je sais de quoi je suis capable », de faire valoir Marc-Antoine Claveau. 

Porteur de ballon, Vincent Alarie-Tardif aurait également aimé mieux faire au développer-coucher (13) tout comme au 40 verges (4,94), mais il se montre très satisfait de son rendement lors des exercices un contre un et d’unités spéciales. 

Les deux joueurs n’ont pas reçu d’invitation pour les tests physiques nationaux qui se dérouleront à la fin du mois à Winnipeg. Seulement quatre joueurs ont été conviés à rejoindre les espoirs de premier plan. « J’étais déçu, mais en partant, il y en a beaucoup qui vont là, mais ils n’en prennent jamais plus que 3 ou 4 sur environ 70. Ce n’est pas parce que tu n’es pas invité aux tests nationaux que tu ne seras pas repêché », de philosopher Marc-Antoine Claveau. 

« Ce n’est pas plus grave que ça. Il n’y a pas un porteur de ballon qui a été invité. À moins de faire le premier rang dans tous les exercices, ils ne donnaient pas d’invitations », commente pour sa part Vincent Alarie-Tardif qui a participé à quelques rencontres avec des responsables d’équipes. 

« Je garde la même approche. Je n’ai pas fait des temps incroyables. Sûrement que ma position de repêchage a un peu baissé. Si je ne suis pas repêché, je ne pourrai pas dire que je n’ai pas essayé », poursuit le Chicoutimien qui publiera prochainement ses faits saillants afin d’attirer l’attention. 

Maintenant cette étape passée, les deux joueurs restent zen par rapport au processus. Avant tout, ils ont le sentiment d’être allés au bout des choses. « Si je suis repêché, toute mon énergie sera mise là-dedans. Même en ce moment, toutes mes décisions et les sacrifices sont orientés vers cette possibilité. Je ne me ferme pas de porte à mettre tous mes oeufs dans le même panier non plus », fait valoir Marc-Antoine Claveau. 

« J’étais plus nerveux pour le combine. Pour le repêchage, maintenant, je ne peux plus rien faire. Ma saison est jouée et les tests physiques sont faits », renchérit Vincent Alarie-Tardif, déjà de retour au Saguenay pour participer au Salon Expo-Habitat toute la fin de semaine pour faire connaître son entreprise, Peinture Écono Pro, qu’il a démarré l’année dernière avec son ami Olivier Marcotte. « Si mon nom est appelé, je vais être content. Sinon, je vais être déçu, mais je vais avoir tout fait ce que je pouvais », d’assurer Alarie-Tardif. 

« Si je ne suis pas repêché, je vais m’arranger pour recevoir une invitation à un camp, précise-t-il. C’est sûr qu’être repêché donne plus de stabilité parce que tu sais tu vas à quel camp, mais tu peux être coupé quand même. C’est arrivé à des amis l’an dernier. C’est sûr que tu sais où tu t’en vas et à quelle date avec quelle équipe, mais tu peux autant être retranché. C’est sûr que tu es moins négligé. 

« Être repêché, c’est un objectif que j’ai depuis des lunes. Si mon nom sort en mai, je vais être accompli, peu importe ce qui va se produire après », d’exprimer Vincent Alarie-Tardif.