Les jeunes joueurs de calibre atome évolueront autant à l’aile, au centre qu’à la défense, au cours de la prochaine saison.
Les jeunes joueurs de calibre atome évolueront autant à l’aile, au centre qu’à la défense, au cours de la prochaine saison.

Fini les positions dans l’ atome

Dave Ainsley
Dave Ainsley
Le Quotidien
De l’aile au centre et à la défense, les joueurs de calibre atome de l’Association de hockey mineur de Saguenay (AHMS) essaieront toutes les positions, durant la prochaine saison. Cette nouvelle politique d’utilisation des joueurs s’applique tant au double qu’au simple lettre.

Pour le camp d’entraînement des quatre équipes AA, qui a débuté au cours des derniers jours, ce sont les 52 meilleurs joueurs qui seront retenus à l’issue des évaluations, en plus de huit gardiens qui, eux, ne changeront pas de position.

Le directeur général de l’association, Dany Chouinard, avait tenté d’implanter cette politique l’an dernier, mais avait fait face à beaucoup de résistance. Cette fois, le fruit était mûr, selon lui, et s’inscrit dans une continuité du novice quatre contre quatre implanté depuis quelques années. « Le jeune n’est pas né ailier gauche. Il faut qu’il améliore des situations de patinage arrière, sur son revers ou en sortie de zone. Il faut qu’il aille à droite, au centre et à la défense », estime-t-il, citant en exemple un jeune novice qui ne marque jamais de buts, ce qui se poursuit ensuite dans l’atome.

« C’est important pour ce jeune-là de voir autre chose. Il y en a qui ne seront pas à l’aise parce que c’est une question de confiance », plaide le directeur général, notant qu’en plus de l’amélioration des habiletés techniques, le jeune aura plus de plaisir sur la patinoire.

Au cours des prochains mois, Saguenay servira de petit laboratoire, devenant la troisième organisation à mettre en place cette politique d’utilisation après le Triolet de Sherbrooke et une autre dans la région de Montréal. Dany Chouinard annonce qu’il aimerait éventuellement l’étendre au niveau pee-wee d’ici quelques années.

Le modèle suédois

L’exemple de la Suède et l’accent sur le plaisir des jeunes ont mené la réflexion de Dany Chouinard et des autres dirigeants de l’Association du hockey mineur de Saguenay. Le pays scandinave revient constamment en tête de liste pour ses initiatives de développement des joueurs, ce qui semble fonctionner.

En 2000, 46 Suédois faisaient partie de la Ligue nationale de hockey (LNH) ; en 2019, ce chiffre était passé à 110, soit plus du double.

Les fédérations suédoises de hockey et de basketball ont participé à une étude de l’Université Washington, laquelle a révélé des conclusions étonnantes. Des joueurs de 8 à 19 ans ont choisi parmi 81 facteurs qui influençaient leur niveau de plaisir dans un sport et la victoire n’arrivait qu’au 40e rang. « Donc, la victoire est plus importante pour les entraîneurs et les parents. Le jeune veut aller jouer au hockey », insiste Dany Chouinard, déplorant que les jeunes soient classés trop tôt dans des rôles, rappelant que le hockey est un sport à développement tardif.

« Oui, c’est important de gagner et oui, c’est l’fun de gagner, mais pas à tout prix. Il ne faut pas laisser de côté le plaisir et le développement du joueur pour gagner. Il est là, le problème. C’est là qu’on se trompe », tranche Dany Chouinard, convenant qu’il est également facile pour les entraîneurs de céder à la pression des parents.

Le directeur général de l’Association de hockey mineur de Saguenay, Dany Chouinard, et le président, Patrice Fillion, estiment que le nouveau processus de formation des équipes sera plus transparent et équitable.

+

UN PROCESSUS DE SÉLECTION AMÉLIORÉ

L’an dernier, les dirigeants de l’Association de hockey mineur de Saguenay (AHMS) ont mis en place un processus de sélection plus transparent pour la formation des équipes. Ils vont encore plus loin cette année, ce qui permettra d’éliminer le copinage, insistent-ils. 

Comme l’année dernière, pour le novice au bantam, toutes catégories confondues, les conseillers techniques Claude Bouchard et Marc-André Gagnon, deux adjoints des Saguenéens de Chicoutimi de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), se chargeront de l’évaluation des joueurs. 

Nouveauté cette année : aidés par le logiciel Retroaction, ils procéderont également à la formation des différentes équipes, appuyés par les entraîneurs de la structure de développement. Les entraîneurs de ces équipes ne seront pas impliqués dans le processus. « Quand l’entraîneur va arriver, il va avoir une équipe clés en main », image le directeur général de l’AHMS, Dany Chouinard. 

Cette nouvelle façon de faire a été présentée aux entraîneurs du territoire récemment et ils l’ont acceptée. « C’est sûr qu’ils ont eu des questions, mais ils veulent le faire avec nous », mentionne Dany Chouinard, soulignant que ce processus permet également d’enlever des décisions importantes et délicates des mains de bénévoles, une vision partagée par les cinq membres du
conseil d’administration. 

Dany Chouinard avait commencé à travailler sur un projet semblable, à l’époque, sur la Côte-Nord, et a repris le bâton du pèlerin à son arrivée à la tête de l’organisation saguenéenne. Il pensait être en mesure de le mettre en place seulement l’an prochain, mais la réponse sur le terrain lui a permis de devancer d’un an, à sa grande satisfaction. 

« On a un plan à long terme. On veut amener tranquillement, d’année en année, des changements. On ne peut pas tout faire en même temps, parce qu’on va se faire crucifier et on en est conscients. On veut le faire accepter par les gens aussi », d’insister le directeur général, accompagné lors de l’entrevue du président Patrice Fillion. 

Ce que les responsables de l’AHMS, qui en est à sa troisième année d’existence à la suite de la fusion, voulaient avant tout éliminer, c’est ce que Dany Chouinard appelle « les équipes de camping » formées pendant l’été. « On va se dire les vraies affaires : ce sont des équipes de parents qui, eux, ont du fun ensemble », signale-t-il, rappelant que la majorité silencieuse est fortement en désaccord avec cette manière de faire les choses.

« Le parent, celui que je vois dans ses actions jour après jour, prend des décisions dans le but d’en tirer un profit. On va éliminer ces bénévoles, un à un. Ça existait ; c’était présent avant, prévient Dany Chouinard. Mais c’est le jeune qui est au centre de chacune des décisions qu’on va prendre. »

Avec ce processus, chaque jeune sera évalué un minimum de quatre fois sur quatre critères. Les joueurs seront ensuite classés automatiquement avec la compilation des résultats sur le logiciel Retroaction. « On veut que le processus soit transparent, que tout le monde ait sa chance et que le jeune évolue dans le bon calibre le plus possible », indique Dany Chouinard, conscient que des erreurs pourraient tout de même survenir, mais convaincu que le processus permettra de les limiter au maximum, dans ce sport à développement tardif. 

Avec le début des camps d’entraînement par palier imposé par Hockey Québec, les camps AA ont pris leur envol cette semaine. Ceux du BB se mettront en branle dès le 22 septembre, tandis que les camps du simple lettre suivront à compter du 4 octobre. 

+

DEMANDE D'AIDE POUR L'ACHAT D'UNE BANDE AMOVIBLE

Les dirigeants de l’Association du hockey mineur de Saguenay (AHMS) lancent un appel à la Ville afin d’ajouter un nouveau système de bandes amovibles destiné aux joueurs du novice, ce qui permettrait de réduire grandement les déplacements sur le territoire. 

L’an dernier, l’organisation à but non lucratif a procédé à l’achat d’une première infrastructure fabriquée par l’entreprise Formothane, au coût d’environ 10 000 $. Celle-ci a été installée à l’aréna Marina-Larouche de Chicoutimi-Nord, permettant ainsi de diviser la patinoire en deux pour le novice, maintenant à quatre contre quatre à l’échelle provinciale. 

« Ce sont des équipements permanents qui vont appartenir à la Ville », met en contexte le président Patrice Fillion, qui a fait parvenir sa demande à la Commission des sports, laquelle devrait se pencher sur le dossier lors de sa prochaine réunion. 

En plus d’offrir des installations de qualité et sécuritaires aux jeunes, les dirigeants de l’AHMS estiment que cette nouvelle infrastructure permettrait de contribuer à remplir le mandat d’offrir le simple lettre dans chaque arrondissement. La nouvelle bande serait ajustable aux arénas de Kénogami et de La Baie, entre lesquels elle serait partagée. 

Pour le moment, contrairement à l’an dernier, les 16 leçons obligatoires dans le programme novice se dérouleront tout de même dans les arrondissements, mais les matchs seront disputés à Marina-Larouche, qui dispose des installations nécessaires. 

Finances en bonne santé

Malgré la fin abrupte de la dernière saison et l’annulation des Championnats provinciaux de la Coupe Dodge, qui auraient amené des revenus significatifs, l’AHMS s’en sort bien financièrement. Dany Chouinard ne cache pas que la Subvention salariale d’urgence du Canada de 75 % a été nécessaire afin de boucler un budget équilibré. « Ça nous a sauvé la vie. Si on n’a pas ça, on fait un déficit de 50 000 $ », admet-il. 

Pour les inscriptions de cette année, contrairement à d’autres endroits au Québec, aucune baisse n’est observée à Saguenay. En date de mercredi, l’AHMS avait enregistré plus de 1200 inscriptions, un nombre comparable à l’an dernier, avec un total de 1350 joueurs. 

Dany Chouinard garde bon espoir pour les tournois, présentés après les Fêtes, lesquels représentent des revenus importants pour l’organisation à but non lucratif.

+

EN BREF

Programme d’initiation

Le programme d’initiation au hockey demi-année, mis en place l’an dernier, continue d’être populaire. Pour 160 $ par session, ce qui comprend les assurances, les participants, des débutants, peu importe le groupe d’âge, ont droit à 12 sessions sur la patinoire, le vendredi soir, en compagnie d’un entraîneur certifié. « On a déjà 25 inscriptions pour cette année. L’an dernier, après les Fêtes, on aurait pu faire deux groupes et on était une vingtaine avant les Fêtes. C’est vraiment un programme qui connaît beaucoup de succès », fait valoir Dany Chouinard. 

Feuille de présence

Les accompagnateurs qui se rendront dans les arénas du secteur devront remplir une feuille de présence électronique obligatoire. Il est possible de le faire en balayant un code QR à l’entrée avec son cellulaire. « On demande aux parents de nous aider si jamais il y avait une éclosion ou quoi que ce soit. C’est dans la porte de tous les arénas », avance Dany Chouinard, assurant qu’il sera ainsi facile de retracer ceux qui ont fréquenté un endroit à un moment précis. Les joueurs doivent aussi remplir un questionnaire, également disponible en ligne.