La frénésie s’est installée dans les rues de Toronto, lundi, à quelques heures du match qui opposait les Raptors de Toronto aux Warriors de Golden State.

Finale NBA: quatre jeunes Saguenéens vivent la frénésie

Comme partout au Québec, le Saguenay-Lac-Saint-Jean n’échappe pas à la fièvre de la série finale du basketball professionnel (NBA) opposant les Raptors de Toronto aux Warriors de Golden State. Comme les Torontois ont pris les devants 3-1 dans la finale, quatre jeunes Saguenéens ont décidé de faire le voyage en train jusqu’à Toronto, lundi, pour vivre la frénésie du match no 5 qui pourrait bien marquer la jeune histoire des Raptors si ces derniers remportent la série.

Thomas Morissette, Xavier Courchesne, Félix Côté et Thomas Roussel ont suivi le parcours de la seule équipe canadienne de la NBA en séries éliminatoires. Mais plus la formation torontoise avançait en séries, plus le projet d’aller assister à un match dans la Ville-Reine prenait forme.

Les jeunes ont donc entrepris les démarches pour concrétiser leur projet, si bien que dimanche soir, le quatuor a quitté Chicoutimi à 23 h, à destination de Montréal, pour prendre le train lundi matin, à 6 h 30. Arrivés à Toronto vers midi 45, ils ont vite constaté que la frénésie pour le basketball était bien présente.

« On a vu que tout le monde avait des vêtements à l’effigie des Raptors et on est allé s’en acheter. Je me suis acheté un T-shirt bien normal où il est écrit “We the North” à 45 $ », raconte Thomas Morissette.

Thomas Morissette, Xavier Courchesne, Félix Côté et Thomas Roussel étaient à Toronto, lundi soir, pour le match opposant les Raptors aux Warriors.

MIlliers de fans

« On a réussi à se rendre à environ 200 mètres du gros écran dans la deuxième section à l’arrière du Jurassic Park (autour du Scotiabank Arena). Honnêtement, il doit y avoir 20 000 personnes ! On est arrivé à 13 h pour faire la file. On est serrés, mais on a quand même un peu d’espace », ajoute-t-il.

« C’est la première fois que j’assiste à un événement sportif de cette ampleur. J’avais déjà assisté à un match du Canadien de Montréal au centre-ville, mais c’est la première fois que j’assiste à un événement avec autant d’ambiance et de personnes ! »

Attente

Lors de l’entrevue téléphonique sur le coup de 18 h 30, il pleuvait à verse à Toronto. Toutefois, comme par magie, la pluie devait cesser vers 21 h, heure du début du match !

Le quatuor saguenéen avait acheté de la nourriture, mais il a dû s’en départir avant d’entrer sur le site. « On avait mangé un peu avant de faire la file, donc c’est pas si pire », fait valoir Thomas Morissette. Pour faire patienter les fans, l’organisation a diffusé, sur de grands écrans, les moments forts de la série finale et des séries précédentes.

Les jeunes hommes ont déniché un hôtel situé à environ 20 minutes de marche du centre-ville. Ils s’attendaient à assister à des émeutes advenant une victoire des Raptors et la conquête historique du premier championnat de leur histoire.

« Si les Raptors gagnent, c’est sûr que ça va rester gravé à jamais (dans ma mémoire) », affirme Thomas Morissette. Plus tard, il pourra d’ailleurs se rappeler de bons souvenirs grâce aux articles souvenirs qui leur ont été remis à l’entrée du site. « Ils nous ont donné des chandails (souvenir) où il est inscrit la date, “game #5’, le slogan des Raptors ‘‘We are the North’’, ainsi qu’un bracelet qui est censé s’illuminer chaque fois qu’il y a un point. »