Pierre Tremblay connaît Pierre Lavoie depuis bientôt 30 ans.

Fidèle à un ami de longue date

Dans toute l’histoire du Grand défi Pierre Lavoie, incluant les quatre éditions du Défi du même nom en 1999 et 2005, plusieurs cyclistes différents ont roulé aux côtés de l’athlète. Mais un seul est présent depuis les tous débuts. Le pédiatre Pierre Tremblay n’a jamais quitté le peloton, fidèle à son ami de longue date.

Les deux Pierre se sont connus au moment où le médecin était le pédiatre de Bruno-Pierre, le premier fils de la famille Lavoie. Une longue amitié, inévitablement marquée par l’acidose lactique au fil du temps, s’est amorcée. Et elle perdure près de 30 ans plus tard.

«On a pris un verre ensemble, on a joué au billard ensemble, on est allé faire du ski de fond ensemble, décrit Pierre Tremblay, rencontré jeudi lors du départ. On a fait plusieurs voyages ensemble, dont une fois à Hawaï pour un de ses Ironman. Des histoires, il y en a plein.»

Natif d’Alma, Pierre Tremblay exerce son métier à Québec depuis bientôt 17 ans. Sa présence à La Baie jeudi, pour le lancement de la 10e édition du GDPL, lui a bien sûr rappelé plusieurs souvenirs. Mais pour lui, c’est le parrainage des écoles qui le marque le plus.

«Ce qui a changé ma façon de voir les choses, c’est d’aller dans les écoles pour rencontrer les jeunes, soulève le médecin. Pédaler, c’est un peu le “glamour” de tout le travail qui a été fait au cours des derniers mois. En fait, c’est facile de pédaler, il faut seulement s’entraîner en conséquence. C’est tout le travail des cyclistes avant l’événement et celui des bénévoles pendant qui est le plus important. Le 1000 km est juste le dévoilement de tout ça.»

Toujours aussi impressionné par l’énergie que dégage le Grand défi, Pierre Tremblay rappelle que lors des quatre Défis Pierre Lavoie, les conditions n’étaient pas du tout les mêmes.

«Aujourd’hui, on est dans les ligues majeures, reconnait-il. Ce n’est pas nécessairement une fin de semaine facile, mais ça n’a rien à voir avec ce que Pierre faisait lors des premières années. Même en comparant avec le premier GDPL en 2009, ça a beaucoup changé.»

Un ami aussi fidèle aux projets de Pierre Lavoie pourrait difficilement décider de tirer un trait sur sa participation au 1000 km du Grand défi. Le principal intéressé préfère ne pas regarder trop loin.

«L’an dernier, j’avais dit que c’était ma dernière fois, mais Pierre est assez convaincant, mentionne Pierre Tremblay en souriant. J’ai peur de faire une Dominique Michel de moi-même, donc je ne vais pas me prononcer. Ça demande quand même une préparation physique et on amasse également des fonds. Dans ce genre d’événement, on sort de notre zone de confort, c’est assez stressant.»

Pierre Tremblay est le seul à avoir participé aux 14 éditions à vélo (Grand défi et Défi Pierre Lavoie inclus), mais ils sont une trentaine à avoir pris part aux 10 éditions du GDPL. Ils ont été présentés aux cyclistes, jeudi, lors de la réunion d’avant-départ.