Endurance, puissance et intensité déconcertantes

Une partie du boulevard des Cascades à Alma s’est transformé en arène où les records étaient relégués aux oubliettes. De passage dans le cadre de Festivalma, le circuit professionnel Hommes forts a impressionné de nombreux supporters, dont plusieurs s’étaient déplacés pour voir à l’oeuvre les coqueluches régionales Nick English et Simon Boudreault.

Les encouragements de Mike Saunders, aussi homme fort et instigateur du circuit Hommes forts créé depuis 2014, ont vraisemblablement aidé les participants venus des quatre coins du Canada à hisser d’impressionnantes charges. Au grand plaisir des gens qui s’étaient déplacés pour l’occasion (dont plusieurs étaient juchés dans l’autogare des Cascades), les athlètes surpuissants ont fracassé à la fois des records personnels et canadiens. « C’est d’ailleurs une particularité de l’étape d’Alma, où de nombreux records canadiens ont été établis et sont aussi fracassés ». a précisé Janie Maltais, directrice générale de Festivalama qui chapeautait ce 3e évènement depuis le lancement de sa programmation. Une équipe du Réseau des sports (RDS) était aussi sur place afin de tourner une émission qui prendra probablement le chemin du petit écran cet automne.

C’est devant la foule médusée que Nick English, originaire de Chibougamau et âgé de seulement 23 ans, a réussi avec brio un soulevé de terre d’une charge de 788 livres. Malgré les encouragements de son acolyte régional, Simon Boudreault de Jonquière, il n’a pas été en mesure d’amener près de son corps un poids de 800 livres. Mais les athlètes au physique imposant en ont montré de toutes les couleurs: Jean-François Caron a, avec stupéfaction, été en mesure de soulever la barre auxquels était accrochés 880 livres. Pour sa part, Jimmy Paquet a été persévérant mais n’a pas été capable de battre son record personnel, fixé à 925 livres. Il était déconcertant de constater à quel point la force brute des participants soulevait aussi les foules. « Pour certain, hisser des charges de plus de 800 livres fait figure d’entraînement matinal », rigolait Yanick Normandin, coordonnateur des épreuves.

Les 12 participants, provenant majoritairement du Québec et de l’Ontario, devaient se mesurer à diverses épreuves, toutes en lien avec leur puissance, leur intensité et leur endurance. Le clou du spectacle était prévu vers 17 heures, où un autocar allait vraisemblablement être tracté, individuellement, par les hommes forts présents. « Il avait été question d’un autobus scolaire au départ, mais Mike (Saunders) a éclaté de rire en précisant que ce serait beaucoup trop facile —» a laissé échapper, décontenancée, la directrice générale de Festivalma.

Diverses épreuves, toutes impressionnantes, ont meublé l'évènement.