La deuxième édition de l’Académie des Sags se déroule sur une semaine, comparativement à deux l’an passé.

Encore un succès pour l’Académie des Sags

La deuxième édition de l’Académie des Sags bat son plein toute la semaine dans quatre arénas du secteur de Saguenay.

En raison des travaux au centre Georges-Vézina, les organisateurs de l’école de hockey pour les joueurs de calibre novice à midget AAA ont dû raccourcir la durée de l’événement à une seule semaine au lieu de deux l’an dernier.

«C’est un franc succès. L’an dernier, on avait près de 400 programmes en deux semaines, on a été capables d’aller chercher pratiquement le même nombre en seulement une semaine. L’école de hockey à Chicoutimi affiche complet depuis cinq-six semaines. On a dû refuser une cinquantaine de jeunes. Oui, c’est un succès sur toute la ligne jusqu’à maintenant», annonce l’entraîneur-chef des Saguenéens junior majeur, Yanick Jean, soulignant le travail des gens de la Ville dans la confection de l’horaire.

L’entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean, se montre très satisfait du déroulement de la deuxième édition de l’Académie des Sags, qui se tient toute la semaine dans quatre arénas du territoire.

«C’est certain qu’on n’a pas nos installations à nous au centre Georges-Vézina, mais on a quand même un gros coup de main pour que tout puisse tourner rondement et qu’on ait accès à tout ce dont on a besoin», souligne-t-il.

En plus de l’école régulière de hockey qui se tient à l’aréna de l’UQAC, les différentes cliniques se déroulent à l’aréna de Kénogami. Les gardiens sont réunis au Foyer des loisirs d’Arvida tandis que le camp pour les élites a lieu du côté de La Baie.

Une douzaine de joueurs des Sags donnent un coup de main, comme les vétérans Samuel Houde et Alexis Shank, ainsi que le nouveau capitaine de l’équipe Rafaël Harvey-Pinard. Le nouveau gardien des Wildcats de Moncton, Olivier Rodrigue, et son père Sylvain, entraîneur des gardiens de l’organisation des Oilers, sont également sur place. «Le fait d’avoir tout ce monde-là rend les jeunes meilleurs, avance Yanick Jean. On a beaucoup de joueurs qui s’impliquent et tous nos entraîneurs sont présents. On fait également travailler des entraîneurs de la structure de hockey régional. Je pense que c’est un bon moyen de rapprocher tout le monde et d’être sur la même longueur d’onde. En bout de ligne, ce sont les jeunes qui en bénéficient.»

L’année dernière, la tenue de l’Académie des Sags a permis de remettre 10 000$ dans les coffres de l’Association du hockey mineur de Saguenay.