Keven B. Tremblay a été nommé enseignant de l’année lors du premier gala de la PGA Canada, zone Québec. Il a reçu son prix de la part du directeur général de la nouvelle organisation, Dominic Racine.

Élu enseignant de golf de l'année

Pour la troisième fois de sa carrière, Keven B. Tremblay a été nommé enseignant de golf de l’année au Québec. Cette fois, il a été élu par ses pairs, lors du premier gala de la PGA Canada, zone Québec.

L’événement récompensant les plus méritants de l’industrie se déroulait mercredi simultanément avec celui ontarien, dans un hôtel à Ottawa. Keven B. Tremblay, directeur et enseignant de l’Académie du Club La tempête, à Lévis, depuis sept ans, avait été décoré du même honneur en 2013 et 2015 sous la direction de la défunte Association des golfeurs professionnels du Québec. L’an dernier, le Saguenéen Sébastien Néron avait reçu le même honneur. Au lieu d’être choisi par un comité, les candidats étaient dorénavant votés par les autres membres. Il était en lutte avec Louis Bourgeois (Royal Laurentien) et Denise Lavigne (Le Mirage). Keven B. Tremblay est maintenant automatiquement en lice pour le même prix au niveau canadien.

«Ça fait chaud au coeur. Quand tu aimes ton métier, c’est tripant de savoir que des gens qui connaissent ça considèrent que tu fais un pas pire travail», d’exprimer l’enseignant de 32 ans qui avait fait le voyage aller-retour, ne sachant pas s’il allait gagner.

«Ça valait la peine d’être là. Premièrement parce que je savais que j’étais en nomination, mais aussi pour soutenir la nouvelle association. C’était le premier gala et il faut faire notre part, supporter le mouvement», fait-il valoir.

Parmi les personnes qui ont eu un impact sur sa carrière figure André Nols, ancien professionnel au club de golf Saguenay-Arvida. Il lui a donné ses premiers cours de golf au Club Saguenay Arvida à l’âge de 14 ans et l’a également initié aux rudiments de l’enseignement quelques années plus tard quand il a commencé à faire des tournois professionnels. «C’est lui qui m’a tout montré. Je suis encore très proche de lui. Je lui en dois encore pas mal», de résumer Keven B. Tremblay qui est installé à Québec depuis dix ans.

Malgré tout, il garde encore un contact très fort avec sa région natale, grâce notamment aux médias sociaux sur lesquels il est très actif. Étant l’un des seuls, il publie régulièrement des capsules éducatives. «Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais tout le monde devrait le faire», plaide-t-il, indiquant que cette présence sur Internet lui amène sa part de clients.

«J’ai énormément de monde du Saguenay qui vient me voir à Québec, annonce-t-il.

«Il n’y a plus de barrières maintenant. Les gens intéressés me suivent là-dessus et quand ils ont besoin d’un cours, ils vont me voir», explique Keven B. Tremblay qui donne encore des cours, malgré l’automne qui est maintenant bien installé.