De mémoire, la volleyeuse Éloïse Ross-Tremblay est devenue la première joueuse des Couguars de Chicoutimi division 2 à faire le saut en division 1 universitaire. La porte-couleurs des Couguars a été recrutée par le Rouge et Or de l’Université Laval.

Éloïse Ross-Tremblay obtient sa chance avec le Rouge et Or

Ailière des Couguars du Cégep de Chicoutimi, Éloïse Ross-Tremblay écrira une page d’histoire en devenant la première joueuse issue du programme de volleyball chicoutimien à être recrutée par une équipe universitaire de la division 1. L’athlète native des Escoumins portera en effet les couleurs du Rouge et Or de l’Université Laval dès l’automne.

« De mémoire, je ne me souviens pas qu’il y ait eu une joueuse du Cégep de Chicoutimi qui soit passée de D2 à D1 universitaire », avance Nancy Paradis, ancienne joueuse professionnelle et membre du trio d’entraîneurs de l’équipe féminine des Couguars.

L’entraîneuse ne tarit pas d’éloges au sujet de sa protégée des trois dernières années et elle a travaillé fort pour que celle-ci puisse se faire valoir auprès de la formation du Rouge et Or. « Ce n’est pas seulement une joueuse exceptionnelle, mais aussi une personne exceptionnelle », affirme Nancy Paradis.

« Elle a une belle personnalité, elle est très gentille et elle a un rire communicatif, ajoute-t-elle. Elle est grande et habile. Elle possède aussi de belles qualités athlétiques. C’est une fille qui travaille hyper fort. C’était de loin ma meilleure et c’était la seule qui venait voir tous les jours pour me demander si on pouvait faire une pratique de plus parce qu’elle adore le volley et qu’elle voulait s’améliorer. C’est pourquoi on a travaillé très très fort pour qu’elle soit vue par le milieu universitaire, car la division 2 à Chicoutimi n’attire pas vraiment les recruteurs universitaires. »

Le hic, c’est que la formation féminine du Rouge et Or était dirigée par un entraîneur par intérim pour terminer la saison. « Je l’avais contacté et il s’était engagé à venir la voir à Limoilou, mais pour x raisons, il n’est pas venu », relate Nancy Paradis. Lorsque le nouvel entraîneur a été nommé, Nancy Paradis a relancé la candidature d’Éloïse. « Je lui ai envoyé des vidéos et j’ai vendu ma salade. Éloïse a réussi à avoir un entraînement et à se faire voir. C’est finalement son talent qui a parlé ! », souligne l’entraîneuse avec satisfaction.

Joueuse polyvalente

Lorsqu’Éloïse s’est pointée pour jouer avec les Couguars, elle était une joueuse de centre. « Nous l’avons transformée en ailière, donc, en joueuse de (position) 4. Pour nous, c’était la solution idéale parce que c’était la position où elle pouvait avoir un maximum de ballon. Mais elle a les capacités pour faire à peu près tout sur le terrain. »

En entrevue téléphonique, Éloïse Ross-Tremblay raconte qu’elle s’est initiée au volleyball en 6e année, aux Escoumins, et elle n’a jamais cessé depuis, jouant également dans le volet civil à Sept-Îles. Après une session avec le Collège Garneau, elle opte pour le Cégep de Chicoutimi, où elle entreprend une première année en physiothérapie. Puis, elle a décidé de terminer ses sciences humaines les deux années suivantes. L’athlète de 21 ans a été approchée par une équipe de Montréal, mais elle avait priorisé l’Université Laval.

Elle ne sait pas sa position ni son temps de jeu, mais cela lui importe peu. « Comme j’ai la chance de pouvoir jouer (avec le Rouge et Or), je vais la prendre et jouer n’importe où, assure-t-elle. Je suis vraiment contente ! Je vais travailler fort, et on verra où ça va nous mener ! »