La dixième et ultime étape des Mardis cyclistes de Lachine a souri à Elliott Doyle (à droite sur le podium), mardi soir. Sa 3e place lui a permis de passer au second rang du classement général. La dernière course de la saison a finalement été remportée par Marc-Antoine Soucy, devant son frère Jean-François.

Elliott Doyle deuxième au cumulatif

Elliott Doyle a brillé aux Mardis cyclistes de Lachine, cet été. En plus de monter sur la plus haute marche du podium à deux reprises, l’Almatois a terminé au deuxième rang du classement général.

La 41e saison du circuit de 10 tranches s’est conclue mardi soir et Doyle en a profité pour ajouter une troisième place à son palmarès, en plus d’ajouter de précieux points au classement. Absent lors des trois premières étapes, mais présent aux sept suivantes, il a terminé deuxième au cumulatif, devançant Hendrik Pineda au final. Présent à deux tranches de plus que Doyle, Marc-Antoine Soucy, à moins d’une malchance, était inaccessible au sommet.

« C’était la première année que je visais le classement général, parce que je pouvais être là à plusieurs étapes, a mis en contexte Elliott Doyle, membre de la formation québécoise Vélo Cartel. Habituellement, je fais quatre ou cinq tranches, mais en étant présent pour sept étapes, j’ai pu accumuler un maximum de points. C’était mon objectif de saison, étant donné que j’avais un calendrier moins chargé. On peut dire que j’ai atteint mon objectif. »

En grande forme
Après avoir complété sa deuxième année scolaire au doctorat de premier cycle en pharmacie à l’Université Laval, Elliott Doyle a repris un rythme plus intense à l’entraînement au début de l’été, de sorte qu’il a retrouvé sa forme des beaux jours. Le puissant sprinteur tentera d’en profiter pour réussir un bon coup à l’épreuve sur route aux Championnats québécois, présentée dimanche à Saint-Georges-de-Beauce. Sa participation au contre-la-montre, la veille, est incertaine.

« Il y a de fortes probabilités que l’arrivée soit groupée donc s’il y a une chance de remporter le titre au sprint final, je vais la prendre, a-t-il raconté. Il y a aussi mon coéquipier Bruno Langlois qui revient d’une participation au Tour de Guadeloupe, où il a remporté deux étapes. Il va être présent aux Championnats québécois et il est vraiment en forme, donc je vais peut-être travailler pour lui. On va voir comment ça va s’articuler. »

La Classique des Appalaches de Victoriaville et le Critérium national de Montréal font aussi partie des compétitions à venir pour Doyle, qui avoue être en réflexion pour la suite des choses. Avec deux ans d’université à compléter, il jongle avec l’idée de donner un grand coup dans ses études, ou encore de mettre un peu plus l’accent sur sa carrière de cycliste.

Dans ce dernier cas, Elliott Doyle devra se trouver une place au sein d’une équipe professionnelle.

« Rester au Québec et avoir un horaire moins chargé me plaît aussi, donc on va voir », a affirmé l’Almatois, ajoutant qu’il n’avait pas encore amorcé de démarches en ce sens.