Steve Thériault soutient n’avoir jamais vu venir son congédiement comme entraîneur-chef des Élites de Jonquière.

Steve Thériault ne l’a pas vu venir

Steve Thériault n’a jamais vu venir son congédiement comme entraîneur-chef des Élites de Jonquière, survenu mercredi matin.

À ce moment, en se rendant rencontrer le président de l’organisation midget AAA, Michel Simard, il croyait faire un résumé d’une réunion de structure de développement qui s’était déroulée la veille. C’est à ce moment que ce dernier l’a avisé que c’était terminé.

« Dans ma tête, c’est sûr et certain qu’on était là [l’an prochain], rendu à l’étape estivale et dans les préparatifs pour le mois d’août », de laisser savoir Steve Thériault, lors de sa première entrevue avec Le Progrès depuis son congédiement, vendredi après-midi. Il ajoute que rien ne laissait présager ce mouvement de personnel, surtout quelques semaines après le précamp de l’équipe.

Ayant lui-même porté les couleurs des Élites au début des années 90, Steve Thériault, originaire de Baie-Comeau, s’était amené au Saguenay avec l’objectif avoué de diriger la formation jonquiéroise, ce qui s’est concrétisé en 2014. Malgré les récents développements, il se montre fier du boulot accompli, notamment au sujet du titre du Challenge midget AAA obtenu en 2017 et du championnat de la saison régulière en 2015-2016. Il se dit également très satisfait de l’identité qu’il a mise en place au sein de l’organisation. « Si je regarde l’an un par rapport à aujourd’hui, je considère que je suis un meilleur entraîneur. J’ai beaucoup appris dans ces cinq années. Chaque année, tu as des hauts et des bas. C’est un milieu quand même compétitif, ce qui fait que tu t’améliores d’année en année. Même avec ce qu’on a vécu avec la dernière saison, j’ai l’impression d’avoir progressé encore », d’estimer Steve Thériault, qui a la conviction que les Élites sont sur la bonne voie.

Au cours des dernières semaines, il admet avoir ignoré des opportunités régionales dans le monde du hockey, mais dans un rôle plus effacé. « Je tenais vraiment à aller au bout de mon mandat. Tout était en place pour faire briller l’organisation des Élites pour la prochaine saison, d’annoncer Steve Thériault, prévoyant un bon repêchage dans deux semaines. J’aurais aimé boucler la boucle d’une belle façon pour avoir le sentiment du devoir accompli selon mes critères. »

« Je ne sais pas qui sera le successeur, mais la table est mise pour connaître du succès la saison prochaine, avance-t-il. Mon objectif était vraiment de remporter les séries. On était rendus à un point où j’avais la conviction qu’on était en mesure de pouvoir amener mon équipe vers là. Il y a plusieurs facteurs qui font que ça arrive ou pas, mais ce n’était pas de la poudre aux yeux de penser ça. »

Pris dans un tourbillon depuis quelques jours, Steve Thériault désire prendre un peu de recul sur la situation avant de regarder ses options. « Normalement, je suis assez rapide pour retomber sur mes pattes. Quand on fait les choses pour les bonnes raisons, les bonnes choses arrivent, et il n’y a rien qui arrive pour rien. C’est tout le temps de même que j’ai vu ça. La vie me l’a redonné la plupart du temps. Je fais confiance au destin », d’indiquer l’ancien entraîneur-chef des Élites, comblé de voir des anciens poursuivre leur cheminement, comme son ancien capitaine Rafaël Harvey-Pinard à la Coupe Memorial.