Les Chevaliers ont remporté une 37e victoire à leur 38e match de la saison samedi face aux Élites de Jonquière.

Midget AAA: 37 en 38 pour les Chevaliers

Même s’ils ont subi leur premier revers de la saison la semaine dernière, les Chevaliers de Lévis continuent de rouler à fond de train dans la Ligue de hockey midget AAA du Québec. Ils ont remporté leur 37e match à leur 38e sortie samedi après-midi au Foyer des Loisirs, 7-1 sur les Élites de Jonquière, pour s’approcher du record du plus grand nombre de victoires en une saison.

Le record de 38 gains en saison régulière a été établi par les Gaulois du Collège Antoine-Girouard de Saint-Hyacinthe en 2007-2008, mais en 45 parties, trois de plus que présentement. Les Lévisiens auront l’occasion d’égaler cette marque à leur 40e rencontre vendredi prochain au Lac-Saint-Louis. Ils détiennent déjà le record du plus grand nombre de victoires consécutives avec 34, nombre qui grimpe à 38 en ajoutant les matchs du Challenge midget AAA qu’ils ont remporté à la mi-décembre à La Baie. Ils ont été freinés par les Cantonniers de Magog, deuxièmes au classement, mais ont depuis remporté leurs trois rencontres. «On savait qu’éventuellement on allait en perdre une. On ne savait juste pas quand. On aimait mieux que ce soit en saison qu’en séries pour la première de l’année. Les joueurs ont rebondi moins de 24 heures après contre la troisième meilleure équipe de la ligue (Intrépide de Gatineau). On a beaucoup de caractère et on est très contents de ce qu’on voit en ce moment à l’approche des séries», de mentionner l’entraîneur-chef des Chevaliers, Mathieu Turcotte, avouant ne pas avoir discuté du record de victoires avec ses troupiers. 

 «Ce n’est vraiment pas quelque chose qu’on regarde. Tant qu’à nous, on a les records les plus importants en ce moment et on se concentre vraiment sur les séries», d'indiquer l’ancien adjoint des Saguenéens lors de la saison 2013-2014. 

Mathis Jobin a ouvert le pointage avec le seul but des Élites en début de rencontre. Les Commandeurs l'ont finalement emporté 7-1.

Samedi après-midi, Mathis Jobin a permis aux Élites de prendre les devants en tout début de matchs face aux meneurs au classement général. Les Chevaliers ont toutefois marqué les sept autres buts de la rencontre. Ils ont d’abord créé les devants en attaque massive avant de prendre les devants avant la fin de la première à forces égales. Ils ont ensuite explosé avec quatre buts à la période médiane, dont le 34e de l’attaquant Joshua Roy, considéré comme le meilleur espoir en vue du prochain repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. «Ça s’est joué sur les unités spéciales. C’est ce qui nous a permis de revenir dans le match. Je ne sais pas comment il y a eu de pénalités en tout, mais on a eu plusieurs avantages numériques. C’est là-dessus qu’on a pu capitaliser», d’analyser Mathieu Turcotte. 

«Ça s’est joué après dix minutes», a pour sa part estimé son vis-à-vis Steve Thériault.  

«On avait un plan. L’équipe d’entraîneurs et les joueurs semblaient être d’accord que le plan était bon pour rivaliser contre Lévis. Après dix minutes, on a commencé à l’oublier. À force de dire ‘‘excusez-moi’’ et ‘‘ah oui c’est vrai’’ quand on leur donnait des informations en revenant au banc, contre Lévis ça fait 4-1, 5-1, 6-1 et 7-1», de pester l’entraîneur-chef des Élites qui a retiré le gardien partant William Blackburn après le quatrième but des visiteurs au profit de Thomas Boucher. 

«On avait un gros manque d’engagement à un moment donné pendant la partie. Certains ont décidé d’arrêter et ont voulu jouer à leur façon au lieu de jouer à la manière des Élites selon le plan», de trancher Steve Thériault. 

«Ce sont tout le temps les mêmes joueurs qui oublient de s’oublier. Ça crée des occasions de marquer à l’adversaire et un momentum", a-t-il exprimé. 

«Ce n’est pas d’hier qu’on dit aux joueurs de se servir de la bande à deux contre un en entrée de zone. Sur la même séquence, le même joueur a essayé de passer deux fois la rondelle entre les patins du défenseur adverse. C’est ce qui crée des revirements et des contre-attaques dans notre territoire. Au lieu de se retrouver dans leur zone, on se retrouve dans la notre. À partir de ce moment, avec la vitesse et l’exécution qu’ils ont pour faire bouger la rondelle, on dépensait beaucoup d’énergie à se défendre. Avec cette perte d’énergie, un moment donné on perdait notre couverture ou on était indisciplinés et on doit accrocher.»

Après la rencontre, à l’initiative du capitaine de l’équipe Mikisiw Awashish, les joueurs des Élites ont tenu une longue réunion dans le vestiaire la porte fermée. «C’est une bonne affaire», de commenter Steve Thériault, soulignant l’urgence de montrer plus de régularité à l’approche des séries éliminatoires.

Les Élites recevront la visite de l’autre formation de la région de Québec dimanche, le Blizzard du Séminaire Saint-François.