Mathématiquement, les Élites de Jonquière sont toujours dans la course pour une place en séries éliminatoires. Ils auront cependant besoin d'un coup de pouce de l'extérieur pendant la dernière fin de semaine du calendrier régulier de la Ligue de hockey midget AAA du Québec pour atteindre cet objectif.

Les Élites auront besoin d'aide

Mathématiquement, les Élites de Jonquière sont toujours dans la course pour une place en séries éliminatoires. Ils auront cependant besoin d'un coup de pouce de l'extérieur pendant la dernière fin de semaine du calendrier régulier de la Ligue de hockey midget AAA du Québec pour atteindre cet objectif.
Les Élites ont échappé un précieux point, hier, quand ils ont subi un revers de 2-1 en prolongation face au Rousseau Sports de Laval-Montréal. Malgré cela, ils ont quand même gagné un peu de terrain sur les deux équipes qu'ils poursuivent. Avec seulement deux matchs à disputer, ils accusent un retard de deux points sur les Lions du Lac-Saint-Louis, détenteurs du douzième rang, et de trois sur les Albatros du Collège Notre-Dame.
Face à Laval-Montréal, les Élites ont encore une fois été ennuyés par un vieux défaut. Incapables de tirer profit de leurs occasions autour du filet adverse, ils ont perdu une rencontre pendant laquelle ils n'ont pas lésiné sur le travail. Malgré cela, ils ont tout de même amassé trois points sur une possibilité de quatre, en fin de semaine, contre une équipe qui occupe le troisième rang au classement général.
«Il est difficile d'entrer dans le vestiaire de cette équipe et de reprocher quelque chose aux joueurs, a résumé l'entraîneur des Élites, Dany Fortin. Nous avons récolté un point et nous aurions pu en prendre deux. Nous en méritions peut-être deux. Il y a peut-être la deuxième période où nous avons manqué un peu de concentration, mais on s'est replacé en troisième.
«Nous avons tenu Montréal à seulement 21 lancers. Ça aurait pris deux points, mais nous avons quand même avancé et il nous reste deux gros matchs à jouer la semaine prochaine. Dans la situation où nous nous trouvons, on prend tous les points qui passent. C'est difficile d'en demander plus à nos joueurs au niveau de l'intensité.
«Nous avons eu de bonnes chances. Des gars qui marquent des buts régulièrement... Nous en avions un qui en marquait de temps en temps et il est rendu à Shawinigan (Lucas Lajoie). Malgré tout, on trouve le moyen de tenir tête aux gros clubs. Nous devons tourner autour du filet adverse pour ramasser ce qui traîne. C'est de cette façon qu'on peut marquer des buts.»
Hier, seul Dany Lévesque a battu le gardien des visiteurs, Stefano Cantali. Ce dernier a fait face à 25 lancers. De son côté, malgré le faible nombre de tirs des vainqueurs, Samuel Harvey a également connu un bon match.