Mikisiw Awashish (17) a récolté quatre passes dans la victoire des Élites, samedi, à Gatineau

L'attaque des Élites s'amuse

L'attaque des Élites de Jonquière a explosé, samedi après-midi, en Outaouais. La formation midget AAA a signé une victoire sans équivoque de 8-1 face à l'Intrépide de Gatineau, en plus de dominer 40-24 dans la colonne des tirs au but.
L'avantage numérique des Élites a produit quatre buts en neuf occasions. Mikisiw Awashish a engraissé sa fiche offensive de quatre passes, tandis qu'Édouard Dostie a marqué deux fois en plus d'ajouter une passe.
«Lors des derniers matchs, on avait de la difficulté à concrétiser nos chances de marquer et on a mis beaucoup d'accent là-dessus à l'entraînement, a mis en contexte l'entraîneur des Élites, Steve Thériault, à l'autre bout du fil. Tous nos buts ont été marqués grâce à une bonne présence au filet et on a vu que ça a payé.»
Malgré une nette domination, les Élites se frottaient à une équipe qui n'avait perdu que deux fois en huit matchs depuis le début de la saison. Thériault a convenu que ses troupes ont dû laisser passer la tempête de la première période, avant de s'imposer lors des quarante minutes de jeu suivantes.
«C'est une équipe très physique, rapide et avec beaucoup de talent, mais on est également une formation assez mature physiquement et je pense que ça les a surpris en première, a observé l'entraîneur-chef. Ils ont vu que la recette de l'intimidation ne pouvait pas fonctionner contre nous et en deuxième, on a vu de l'indiscipline de leur part. Notre avantage numérique a ensuite fait le travail et c'est là que ça s'est joué.»
Buts rapides
En avance 2-0 en milieu de deuxième, les Élites ont fait mouche deux fois en 49 secondes, gracieuseté d'Édouard Dostie et de Charles-Édouard Drouin. Charles Tremblay a fait 4-0 avant la fin du deuxième tiers, puis Mathieu Boulianne et Dostie, avec son deuxième du match, ont tous les deux marqué en l'espace de neuf secondes dans la première minute de la troisième période. Avec un score de 7-0, les dés étaient pipés. Éric Nadon est venu priver Samuel Richard d'un jeu blanc.
«On a connu une bonne deuxième période et le mandat et de mettre tout ça de côté en troisième, a mentionné Steve Thériault. On est tôt dans la saison et lorsque ça va moins bien, c'est important de ne pas parler du pointage et d'insister sur le processus. À 5-0 après deux périodes, c'était important de conserver le même état d'esprit et de garder le focus sur ce qu'on avait à faire sur la glace.»
Les Élites concluent leur fin de semaine sur la route contre le Phénix du Collège Esther-Blondin, dimanche après-midi.