Le gardien des Élites midget AAA de Jonquière, William Blackburn, a fortement contribué à la conquête de la médaille d’or par le Québec aux Jeux du Canada. L’athlète de 15 ans se concentrera maintenant sur les séries midget AAA qui s’amorcent mardi sur la route.

Jeux du Canada: William Blackburn revient avec l'or

Même s’il a contribué à un exploit historique dans le cadre des Jeux du Canada, le gardien des Élites de Jonquière, William Blackburn, a déjà tourné la page pour se concentrer sur les séries de la première ronde du circuit midget AAA qui s’amorcera mardi, alors que les Élites croiseront le fer contre les Gaulois, à Saint-Hyacinthe, pour les deux premiers matchs.

Joint dimanche après-midi, le jeune cerbère de 15 ans venait à peine de rentrer de Calgary en compagnie de ses parents, Dominic Blackburn et Claudie Boivin, vers 5h du matin. Mais visiblement, il était déjà revenu les deux pieds bien sur terre, même s’il a aidé le Québec à remporter l’or aux Jeux du Canada après 32 ans d’attente. En effet, la dernière fois que le Québec a gagné l’or à ces Jeux, c’était en 1987. Tard vendredi dernier, le Québec a vaincu l’Ontario 4-3 en prolongation.

« Après le match, on a célébré cette grosse victoire, mais maintenant, il faut que je me concentre sur les séries qui débutent mardi », a indiqué d’entrée de jeu le jeune gardien qui n’a su qu’après la finale que le Québec n’avait pas gagné l’or depuis plus de trois décennies. Les réjouissances ne se sont pas éternisées.

« C’était vraiment l’fun. On a plus fêté après le match et durant la soirée de vendredi parce que samedi, il fallait faire nos bagages et prendre l’avion. »

Scénario de rêve

Pour le Jonquiérois, un véritable conte de fées vient de prendre fin. Le gardien des Élites a été choisi pour faire l’équipe du Québec lors du tout dernier camp de sélection, en décembre dernier. Durant les Jeux, il a contribué à deux des trois victoires du Québec en ronde préliminaire, ainsi qu’en quart de finale, en demi-finale et en grande finale. Dans ce dernier cas, il a su se dresser avec succès devant les Ontariens en finale et le suspense s’est prolongé en prolongation. Blackburn est demeuré concentré et a fait le travail même si le Québec a même joué deux minutes en désavantage numérique.

L’entraîneur-chef de l’équipe du Québec, Martin Laperrière, a souligné le travail du cerbère de Jonquière. « Le match était enlevant. Notre gardien a été phénoménal en prolongation lorsque nous devions tuer une punition », a-t-il déclaré.

William Blackburn avoue qu’il a été surpris de se voir confier le filet aussi souvent. « Je voulais aller là-bas et avoir le filet le plus souvent possible et aussi m’amuser. Mais dès qu’ils me donnaient le filet, je voulais travailler et faire ce que j’avais à faire », nuance-t-il.

Inspiration

William Blackburn pourra maintenant inspirer ses coéquipiers des Élites après cette expérience en or.

« Ces Jeux vont rester mémorables pour moi parce que ça m’a surtout démontré qu’un match de hockey peut changer en quelques instants et qu’il ne faut jamais abandonner, que ce n’est jamais fini. Ça va aussi rester un (événement) mémorable parce que les 20 gars de l’équipe sont vraiment des personnes incroyables. On a toujours travaillé fort et ç’a payé à la fin », raconte celui qui a reçu plusieurs messages de félicitations de ses coéquipiers. « J’ai vraiment beaucoup apprécié. Je vais les revoir demain (lundi) et je sais qu’ils seront contents pour moi. »

Blackburn aura maintenant le défi de concilier le hockey des séries et les études, car l’étudiant de 4e secondaire a raté deux semaines d’école avec les Jeux. Il a travaillé dans ses livres durant les Jeux, mais il devra maintenant composer avec le rythme des séries et des matchs en semaine. « Il faudra que je me concentre le plus possible », résume celui est prêt à reprendre le collier du circuit midget AAA.

Valises égarées

Aux Jeux du Canada, l’équipe du Québec a eu un pépin avec les bagages personnels des joueurs, puisque seuls les équipements sont arrivés à Red Deer comme prévu. « Ç’a pris trois ou quatre jours avant qu’on puisse les récupérer », confirme William Blackburn. Ce dernier n’a d’ailleurs pas pris de chance et il a gardé sa médaille avec lui pour le voyage de retour.

+

UNE SOURCE DE MOTIVATION POUR TOUTE L'ÉQUIPE

Après deux semaines d’entraînement, les Élites de Jonquière amorceront dans d’excellentes dispositions, à compter de mardi à Saint-Hyacinthe, leur première ronde 3 de 5 contre les Gaulois. Et nul doute que la médaille d’or remportée aux Jeux du Canada par leur gardien William Blackburn sera une source additionnelle de confiance et de motivation. 

« Je suis très satisfait des joueurs à l’entraînement et surtout de leur état d’esprit, souligne d’entrée de jeu Steve Thériault. Durant ces deux semaines, ils ont su se regrouper et ils sont plus unis que jamais, ce qui est important à l’aube des séries éliminatoires. »

Les joueurs ont pris des initiatives pour tenir des activités qui ont contribué à resserrer encore plus les liens. Le pilote des Jonquiérois était aussi fier de la tenue des siens samedi, lorsque la population était invitée à venir patiner avec les Élites sur l’anneau de glace près du Foyer des loisirs. 

« C’était super le fun et les joueurs ont fait preuve d’une belle générosité envers les jeunes présents. Et avec le beau temps, c’était vraiment idéal », souligne-t-il.

Les Élites joueront mardi et mercredi à Saint-Hyacinthe avant de revenir au Foyer des Loisirs vendredi à 19 h et samedi 14 h. Si nécessaire, le 5e match sera disputé lundi, à Saint-Hyacinthe.

Steve Thériault pourra compter sur un alignement en santé. Seul Jérémy Pelchat n’est pas tout à fait rétabli de sa blessure, mais il devrait être prêt pour la deuxième ronde.

William Blackburn

Évidemment, l’entraîneur-chef des Élites n’était pas peu fier de son gardien William Blackburn. Ce dernier risque-t-il d’être fatigué après avoir été fort utilisé durant les Jeux du Canada? 

« On va voir lundi. On a surtout hâte de voir son état d’esprit. Avec l’équipe du Québec, il a vécu toutes sortes de choses. C’est important d’avoir un repos, pas seulement physique, mais aussi mental, surtout après avoir vécu des émotions comme celles de la finale. On va donc le rencontrer lundi, mais on sait aussi qu’on a deux bons gardiens et ce n’est pas gênant que ce soit l’un ou l’autre », assure Steve Thériault.

Faut dire que les Élites pourront s’appuyer sur l’expérience vécue avec Olivier Rodrigue qui avait ramené la médaille d’argent à l’issue des Jeux olympiques de la jeunesse à Lillehammer, en Norvège. « On va savoir un peu plus comment gérer la situation. Connaissant William, c’est un jeune qui est terre-à-terre. Il est calme, mais il faudra voir comment il a vécu la pression », ajoute-t-il.

Steve Thériault a d’ailleurs fait office de devin lorsqu’il a milité en faveur de Blackburn auprès de l’entraîneur-chef de l’équipe du Québec, Martin Laperrière. « Quand Martin Laperrière m’a appelé en novembre, je lui ai demandé s’il voulait juste être représentatif ou s’il voulait gagner (aux Jeux du Canada). Je lui ai dit que s’il voulait gagner la médaille d’or, ça lui prenait William Blackburn dans les buts », raconte le pilote des Élites. De fait, le jeune cerbère de 15 ans s’est distingué en début de saison et il a confirmé sa progression au camp de sélection en décembre. Thériault n’est pas surpris de la tenue de son protégé durant les Jeux et en grande finale, notamment quand il a brillé en contrant l’attaque ontarienne en prolongation, alors que le Québec évoluait en désavantage numérique.