Justin Roy (19) a enfilé deux buts en troisième période pour permettre aux Élites de Jonquière de l’emporter 4-1 et de balayer le programme double contre les Albatros du Collège Notre-Dame de Rivière-du-Loup.

Gain des Élites 4-1 malgré l’indiscipline

Heureusement pour les Élites de Jonquière que les Albatros du Collège Notre-Dame n’ont pas été opportunistes, dimanche, pour le second match du programme double au Foyer des loisirs. La formation de Rivière-du-Loup n’a marqué qu’une fois en 11 avantages numériques et ce fut leur seul but de la rencontre, les Élites l’emportant 4-1 malgré leur indiscipline.

Forts d’une victoire de 5-0 samedi, les Élites pensaient peut-être que ce serait aussi facile dimanche, et ce, malgré les mises en garde des entraîneurs. Les Albatros leur ont en effet donné plus de fil à retordre dimanche, même si les locaux ont été les premiers à s’inscrire au pointage sur un tir de Vincent Dupuis (aidé de Félix Gauthier) en première. La deuxième fut plus ardue pour les locaux qui ont accumulé les pénalités consécutives. C’est d’ailleurs lors d’un jeu de puissance que les Albatros en ont profité pour niveler la marque. Le cerbère des Élites, Mathieu Boucher (2e étoile), privé de son bâton et devant composer avec beaucoup de trafic devant lui, n’a pu stopper le tir de Mathieu Fortin qui s’est logé dans le haut du filet.

En troisième, les Élites ont rebondi rapidement alors que l’auteur d’un tour du chapeau samedi, Félix Gauthier, a enfilé l’aiguille aux dépens du gardien Jonathan Labrie moins de deux minutes après le début du dernier vingt. Trois minutes plus tard, la première étoile de la rencontre, Justin Roy, a creusé l’écart à 3-1 d’un beau tir de la ligne bleue. Roy a ensuite récidivé avec cinq minutes à faire dans la rencontre, lors d’un 4 contre 4, avec l’aide d’Antoine Munroe-Boucher et Maxime Lavoie.

Les Élites s’en sont finalement tirés avec la victoire, mais leur indiscipline leur vaudra de se passer des services de Charles-Édouard Drouin et de Vincent Dupuis. Le premier sera suspendu pour un match, voire deux, pour mise en échec par-derrière en troisième, tandis que le second connaîtra son sort après que les autorités de la ligue auront visionné le vidéo. Il a été puni pour un coup de bâton quand l’échauffourée a éclaté, lorsque Charles-Antoine Élément des Albatros a lui aussi appliqué une mise en échec par-derrière. Ce dernier a subi la même sanction que Drouin. Là où le bât blesse, c’est que Dupuis est parti de la ligne bleue pour se lancer dans la mêlée.

« Le geste de Dupuis a été sanctionné de cinq minutes pour coup de bâton, mais en révisant la séquence, la ligue risque de ne pas être clémente », estime l’entraîneur-chef Steve Thériault.

Relâchement

Malgré la victoire, le pilote des Élites était insatisfait. Plusieurs joueurs n’ont pas tenu compte des mises en garde de ne pas prendre l’adversaire à la légère. « Trop souvent depuis le début de la saison, on joue un bon match sur deux. Aujourd’hui, on a été chanceux au niveau du pointage, mais au niveau du processus, il y a eu un manque de sérieux dans la préparation. On a félicité les joueurs samedi pour avoir joué 60 minutes, mais aujourd’hui, il y en a plusieurs qui pensaient mériter une journée de congé », déplore Thériault.

« Entre la deuxième et la troisième période, c’était le message. Il nous restait une période à jouer et il fallait que l’aspect mental prédomine sur l’aspect émotif, car quand on laisse les émotions l’emporter, c’est là qu’on perd notre concentration, notre structure et qu’on travaille mal. En troisième, on leur a demandé de faire un “reset” et de retrouver le focus. La plupart l’ont fait, ce qui nous a permis de prendre les devants et de gagner la période, mais l’indiscipline a continué. »

Il leur a demandé de contrôler leurs réactions pour éviter des répliques inutiles. « Trop souvent, ce sont les mêmes qui font des répliques inutiles qui mettent l’équipe dans le trouble. Il faut savoir s’oublier et penser plus à l’équipe », a conclu Thériault.