Le nouvel entraîneur-chef des Élites de Jonquière, Maxime Desruisseaux, apprend à connaître ses joueurs depuis le début du camp d’entraînement de la formation midget AAA.

Élites de Jonquière: Desruisseaux peut enfin casser la glace

Le nouvel entraîneur-chef des Élites de Jonquière, Maxime Desruisseaux, a entamé son mandat en même temps que le début du camp d’entraînement de l’équipe, dimanche dernier.

Embauché pendant l’été à la suite du congédiement de Steve Thériault, l’ancien adjoint des Tigres de Victoriaville a fait toute une entrée en matière. Après les tests physiques et un entraînement lors de la journée initiale, les candidats ont été plongés dans le bain, lundi, avec deux matchs dans la même journée, un pour chaque groupe, une nouvelle formule dans la Ligue de hockey midget AAA du Québec, signant une victoire et une défaite contre les Chevaliers de Lévis, au Foyer des Loisirs de Jonquière.

« Je suis content de la manière dont ça se déroule présentement. Les gars sont arrivés en excellente condition physique. Les vétérans ont montré le chemin aux plus jeunes, qui ont tout de suite embarqué là-dedans », souligne Maxime Desruisseaux, précisant que 47 joueurs sont toujours au camp, dont une dizaine qui se trouvent présentement avec des équipes du junior majeur.

« Seulement aujourd’hui (jeudi), on fait quatre entraînements. Ce sont de bonnes journées pour le personnel, mais c’est aussi exigeant pour les joueurs. En plus, on a joué hier (mercredi) à Québec. Mais en même temps, c’est ça un camp d’entraînement. Tu veux mettre les joueurs dans des situations difficiles pour voir comment ils réagissent », plaide-t-il, qualifiant d’excellente cette semaine initiale, au lendemain d’un revers de 5-2 contre le Séminaire Saint-François. Les deux mêmes équipes croiseront le fer vendredi, au Foyer des Loisirs.

« Je voyais de belles choses depuis le début. On était à la quatrième journée et c’était plus tranquille de notre côté, mais je sens que ça va relever vendredi. On fait la première vague de coupes samedi matin. Pour certains, ce sera l’heure de la dernière chance et ils voudront laisser une bonne impression. Je pense que ça va être un bon match », estime le nouveau venu à la barre des Élites.

Ce dernier ne voit pas une grande différence avec ses anciennes et ses nouvelles fonctions, si ce n’est que l’oeil de l’entraîneur-chef doit voir les petits détails. « Des camps, j’en ai vécu comme joueur et adjoint. Ça ne change pas grand-chose que je sois entraîneur-chef. Évidemment, tu veux que ça se déroule bien et voir des surprises. Pour moi, le fait d’arriver en poste, c’était beaucoup plus d’apprendre à connaître les joueurs. Je partais de zéro et je ne connaissais pratiquement aucun joueur. J’avais donc hâte de les voir sur la glace », annonce Maxime Desruisseaux, qui avait quand même déjà reçu des commentaires de ses adjoints Arnaud Dubé et François Gagnon, ainsi que du nouveau directeur-général, Simon Tremblay, qui était adjoint la saison dernière.

« C’est tout le temps l’fun d’avoir sa propre opinion et de les voir sur la glace. C’était pas mal ce dont j’avais le plus hâte à mon arrivée », fait-il valoir.

Succès du tournoi de golf

Le tournoi de golf annuel des Élites, qui s’est déroulé mardi, en même temps que la Classique Charles Hudon, au Club de golf Saguenay-Arvida, a connu du succès dans les circonstances. La présence de 114 joueurs a permis d’amasser 9000 $ pour les coffres de l’organisation, grâce également à une enchère d’objets sportifs, dont un chandail de Samuel Girard. Les anciens et trois joueurs de 20 ans Rafaël Harvey-Pinard (Chicoutimi), Olivier Rodrigue (Moncton) et Jérôme Gravel (Victoriaville) étaient présents lors de cette journée qui se déroulait sous la présidence d’honneur du conseiller Carl Dufour. Maxime Desruisseaux dirigeait justement Gravel la saison dernière, avec les Tigres.

« On lui a fait une surprise, on ne lui avait pas dit qu’il serait là », signale le président Michel Simard, soulignant le travail du président du comité organisateur, Marc Nadeau.