Arrivé à la barre des Élites midget AAA de Jonquière en juin, Maxime Desruisseaux est fier de la progression de ses troupes depuis le début de la saison. Avec 14 matchs à jouer en saison régulière, les joueurs devront maintenant travailler la constance afin de se présenter fin prêts pour les séries.
Arrivé à la barre des Élites midget AAA de Jonquière en juin, Maxime Desruisseaux est fier de la progression de ses troupes depuis le début de la saison. Avec 14 matchs à jouer en saison régulière, les joueurs devront maintenant travailler la constance afin de se présenter fin prêts pour les séries.

Desruisseaux fier de la progression des Élites

Avec seulement 14 parties à disputer au calendrier régulier, l’entraîneur-chef des Élites midget AAA de Jonquière, Maxime Desruisseaux, constate une progression de ses troupes à la hauteur de ses attentes, lui qui s’est amené à la barre de l’équipe en juin dernier. Le pilote des Jonquiérois trace donc un bilan positif du chemin parcouru jusqu’à maintenant.

Après les deux tiers de la saison écoulés, la formation jonquiéroise occupe officiellement le 4e rang du classement général. Mais si l’on tient compte du nombre de points, les Élites pointent au 3e rang avec 50 points, mais avec un match en main sur Laval-Montréal qui en cumule 48 et les devance pour l’instant.

« Quand survient un changement d’entraîneur, on s’attend à ce qu’il y ait un temps d’adaptation de la part des joueurs. En août-septembre, les gars étaient en mode observation, mais depuis, ils ont pris leur erre d’aller et maintenant, ils connaissent ma méthode de fonctionnement et ils y ont adhéré. Il est clair que chaque joueur a progressé », analyse Desruisseaux lors d’un entretien téléphonique.

« Je pense que tout le monde peut être satisfait de la progression de nos joueurs. L’objectif était que chaque joueur développe ses aptitudes et ç’a porté fruits si on regarde les derniers résultats, rappelle-t-il. Avant le Challenge midget AAA (à La Baie), nous avions 9 victoires et une défaite, en incluant nos deux derniers matchs avant la demi-finale. Je pense que tout le monde a donc fait un bon bout de chemin. Les gars ont embarqué dans le programme. De plus, je sens que les gars sont allumés et qu’ils sont réceptifs. Nous sommes vraiment contents et c’est une belle saison jusqu’à présent. Les gars veulent s’améliorer tous les jours. »

Lent départ

Malgré un lent début de saison, l’entraîneur est fier que ses troupes n’aient pas baissé les bras. « On n’a pas paniqué, car l’objectif n’était pas d’être bons en septembre, mais d’arriver prêts au Challenge et pour les séries. Au Challenge, les gars étaient sur une belle lancée et ils se sont présentés avec confiance », souligne Desruisseaux avec fierté.

Les Élites font partie du top-5 de la ligue et leurs adversaires savent qu’ils sont coriaces. « Avant la demi-finale du Challenge, on avait donné seulement deux buts en quatre parties. On voit que les gars sont vraiment engagés et ils ont une bonne éthique de travail. Ils n’abandonnent jamais et c’est difficile de jouer contre nous. C’est une fierté pour nous. »

D’ici les séries, le pilote des Jonquiérois souhaite que ses protégés soient encore plus constants et restent affamés de faire toujours mieux. Il se croise les doigts pour que la période des échanges dans le junior majeur ne chambarde pas son alignement.

« Présentement, c’est le statu quo et tout le monde reste avec nous. Mais la période d’échanges au junior majeur se termine le 6 janvier. Il y a le temps de se passer bien des choses. Mais présentement, je n’ai pas eu d’appels comme quoi nous allions perdre un joueur. (Le gardien William) Blackburn appartient à Val-d’Or et ces derniers n’ont pas statué de ce côté-là, alors on est en attente. On souhaite toujours à nos joueurs d’accéder au prochain niveau, mais on a une belle équipe et si on peut la garder intacte, on va être contents », a-t-il conclu.

Les Élites seront de retour à l’entraînement le 6 janvier et disputeront un premier match le 9 janvier contre le Blizzard du Séminaire Saint-François à Saint-Augustin.