Nicolas Gauthier, que l’on voit ici au travail avec l’ancien des Sags Xavier Potvin, a vu plusieurs de ses protégés des Élites de Jonquière se retrouver dans le junior majeur depuis quelques années.

Élites de Jonquière: l’homme derrière le succès des gardiens

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean et les Élites de Jonquière sont devenus depuis quelques années une pépinière pour les gardiens de but de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Il existe un fil conducteur entre tous ces hommes masqués: l’entraîneur des gardiens de l’organisation midget AAA depuis neuf ans, Nicolas Gauthier.

Son dernier protégé sur la liste de plus en plus impressionnante est William Blackburn. Le natif d’Hébertville, qui était à peu près inconnu l’an dernier à la même date, s’est fait connaître durant la dernière saison, ce qui a culminé samedi dernier avec sa sélection en 3e ronde par les Foreurs de Val-d’Or au repêchage de la LHJMQ. Il a ainsi rejoint dans le groupe Simon Lemieux, Keven Bouchard, Olivier Tremblay, Samuel Harvey et Olivier Rodrigue. Sans en prendre le crédit, Nicolas Gauthier estime toutefois que les succès attirent les succès.

« Sans dire que ça amène une confiance, déjà en début d’année, les gars le savent, ils ne sont pas fous. Ils me connaissent aussi. Souvent, on travaille ensemble pas seulement à partir du midget AAA, mais un peu avant, même si ce n’est pas autant que je voudrais. Quand ils arrivent près du midget AAA, on décolle avec de bonnes bases et ça paraît déjà en début d’année. On sent la progression assez rapidement », fait-il valoir.

« Le défi d’un gardien de but, c’est la constance, rappelle Nicolas Gauthier. Quand on est capables d’aller chercher une bonne progression en partant, c’est là que ça fait la différence. Quand tu arrives aux Fêtes, c’est de le maintenir, mais tu n’as plus nécessairement besoin de prouver grand-chose, à l’exception de continuer à travailler et de garder l’éthique de travail. »

départ

Même s’il n’est âgé que de 28 ans, Nicolas Gauthier en sera déjà à une dixième... et dernière saison avec les Élites. Il a fait part de ses intentions depuis deux ans, avec les plans de fonder une famille et d’avoir des responsabilités plus importantes au sein de l’entreprise familiale.

« Ça ne veut pas dire que je vais cesser mon implication dans la structure. Je serais peut-être intéressé à aller travailler avec les plus jeunes, mais pas le midget AAA. Déjà, je trouve que même si je donne tout ce que je peux, je devrais donner plus d’heures. Je suis rendu à céder ma place à quelqu’un qui va pouvoir s’investir plus que moi », convient Nicolas Gauthier, qui prendra le nouveau venu sous son aile afin d’assurer une transition en douceur.

Quand il a cessé sa carrière de gardien dans le midget, il avait déjà commencé son parcours comme entraîneur des gardiens au sein de la structure et il a continué à faire son chemin jusqu’au midget AAA.

« Dans mon temps, il n’y avait qu’une seule équipe AA dans chaque niveau et j’étais tout le temps le numéro 3. Autant pee-wee que bantam, j’ai joué quelques matchs comme gardien affilié et dans le double lettre », relate Nicolas Gauthier, soulignant sa relation avec Sylvain Rodrigue, lui qui a également participé deux fois comme collaborateur au camp du très réputé François Allaire.

« Les entraîneurs des gardiens, on est une petite clique. On se rassemble une à deux fois par année tous les gars du midget et du junior où on échange beaucoup. On a tous le même but, c’est de développer des gardiens professionnels. On sent présentement un creux de vague. Ça part même avant le midget AAA, avec les structures intégrées jusqu’au junior majeur. Avec le temps, on développe un bon réseau de contacts, ce qui permet de travailler en collaboration. On essaie de faire une espèce de structure intégrée pour les gardiens et les dirigeants de Hockey Québec nous poussent et nous donnent les outils pour que ça aille dans ce sens-là », de signaler Nicolas Gauthier.