Cinq coureurs du club Jakours Athlétisme, Joé Dufour, Pascal Lapointe, Pierre-Yves Normandin, Laurence Normandin et Alexandre Lamonde, ont réalisé des parcours qui reproduisaient les lettres du club Jakours dans les secteurs de Chicoutimi, Arvida, La Baie et Chibougamau. Mine de rien, le tracé des lettre a été plus complexe qu’il n’y paraît.
Cinq coureurs du club Jakours Athlétisme, Joé Dufour, Pascal Lapointe, Pierre-Yves Normandin, Laurence Normandin et Alexandre Lamonde, ont réalisé des parcours qui reproduisaient les lettres du club Jakours dans les secteurs de Chicoutimi, Arvida, La Baie et Chibougamau. Mine de rien, le tracé des lettre a été plus complexe qu’il n’y paraît.

Écrire Jakours au pas de course

Pour ajouter du piquant - et de l’humour – à leurs entraînements, cinq coureurs du club Jakours Athlétisme se sont amusés à concocter des parcours sur l’application Strava qui, une fois réalisés, formaient les lettres du nom du club : JAKOURS.

Mine de rien, le défi était plus complexe qu’il en a l’air, comme le confirme Joé Dufour, qui a réalisé le défi en compagnie de Pascal Lapointe, Pierre-Yves Normandin, Laurence Normandin et Alexandre Lamonde. Le groupe a publié le fruit de ses efforts lundi soir et la vidéo n’a pas tardé à circuler. Sans doute que d’autres clubs de course seront aussi tentés d’y aller de leur propre création.

« Dans certaines villes comme Montréal, il y a une grosse trame urbaine et les gens sont capables d’écrire en un seul trait des mots dessinés ou des dessins complets. Nous, ça faisait deux semaines qu’on travaillait à planifier ça. Il fallait trouver les bons parcours pour chaque lettre », explique Joé Dufour, membre du conseil d’administration de Jakours Athlétisme.

« Ça s’est fait en dedans de quelques jours. Les lettres ont été réalisées sur des parcours entre 1 km et 1,9 km. Mais ce n’est pas facile de faire des lettres ou des dessins ici. À Québec et à Montréal, il y a beaucoup de rues et elles sont carrées. Ici (à Saguenay), tout est rond et c’est plus dur », raconte Joé Dufour. D’ailleurs, ses coéquipiers et lui ont dû faire preuve d’ingéniosité.

Les coureurs se sont partagé la tâche comme suit : le J a été effectué par Pascal Lapointe à Chibougamau ; le A et le U ont été faits par Pierre-Yves Normandin à Arvida ; le O et le S ont été réalisés par Alexandre Lamonde à La Baie et Laurence Normandin a fait le R à Chicoutimi. Quant au K, il a été fait par Joé Dufour. «À Chicoutimi, il y avait de bonnes opportunités, mais oui, ça n’a pas été facile. J’ai dessiné un peu avant», avoue Joé Dufour en parlant du parcours établi.

Pour le moment, le groupe n’envisage pas de dessiner d’autres mots au pas de course. «Peut-être qu’on aura une autre idée qui va nous venir en tête, car c’était ‘l’fun’ d’être connectés ensemble», énonce-t-il.

Coureurs en hausse
Évidemment, le confinement et les consignes de la Santé publique limitent un peu le choix d’activités sportives, ces temps-ci. Outre la marche, plusieurs se sont donc mis à la course à pied. «C’est vraiment impressionnant de voir le nombre de personnes qui se sont mises à la course à pied», convient Joé Dufour.

Même s’il y a toujours un regain de popularité de la course à pied au printemps, il constate que cette fois-ci, c’est passé à un autre niveau. «Ça montre que c’est le meilleur sport à concilier. C’est peu complexe et tu peux en faire n’importe où», fait valoir celui qui trouve aussi agréable de voir d’autres athlètes qui ne peuvent pratiquer leur sport se mettre à courir.

«Nous, on est chanceux de pouvoir continuer à s’entraîner comparativement à des gens qui font du volleyball, du badminton ou du soccer, par exemple. Nous, à la course à pied, il n’y a que le calendrier qui est bouleversé.»

Sur le circuit de courses à pied, les activités devraient reprendre. Et comme les organisations sont bien rodées, que ça ne prend pas beaucoup de choses pour organiser une course et que ça se déroule à l’extérieur, le retour d’événements ne devrait pas trop tarder. «Pour la relance, on est un des sports les plus chanceux. On est en plein air et il n’y a pas de contacts.»

Pour l’instant, le club se concentre sur le cross-country en septembre octobre, « même si on espère qu’il y aura des courses avant. »

Rappelons que le volet athlétisme du club Jakours a pour objectif de développer, d’encadrer et d’encourager la pratique de l’athlétisme, du cross-country et de la course sur route au Saguenay en offrant une expérience enrichissante aux participants de tous âges, du débutant à l’élite.

Pour en savoir davantage, consultez le site internet ou la page Facebook Jakours athlétisme.