Les représentants du club de dynamophilie Mofo Élite de Jonquière, Joël Boulianne, Justine Maltais, Camille Tremblay (or) et Yohann Savinsky (bronze) ont fait honneur à la région aux Championnats nord-américains et panaméricains présentés à Orlando, en Floride. Ils entourent Philippe Boulianne qui les accompagne.

Dynamophilie: Camille Tremblay en or, Yohann Savinsky en bronze

Deux des quatre membres du club de dynamophilie Mofo Élite de Jonquière, Camille Tremblay et Yohann Savinsky, ont respectivement récolté l'or et le bronze aux Championnats nord-américains et panaméricains (NAPF/PAN-AM) qui viennent de prendre fin à Orlando aux États-Unis.
Le quatuor, complété par Justine Maltais et Joël Boulianne, faisait partie de la trentaine d'athlètes canadiens présents à l'événement. À sa première année chez les juniors 72 kilos, la Jonquiéroise Camille Tremblay n'a pas perdu ses bonnes habitudes en prenant le premier rang. Elle a remporté l'or avec une flexion de jambes (squat) de 165 kilos, un développé-couché (bench press) de 82,5 kilos et un soulevé de terre (deadlift) de 155 kilos. « Au squat, elle s'entraînait pour réaliser le record du monde, mais l'exploit n'était pas au rendez-vous », a mentionné Joël Boulianne, entraîneur-chef du club jonquiérois à l'autre bout du fil. « En compétitions internationales, les athlètes ne visent pas juste à améliorer leurs marques. C'est aussi une question de sécuriser sa position. Elle a sécurisé sa première place et aucun risque n'a été pris. »
Pour sa part, Yohann Savinsky a très bien fait pour son baptême du feu en compétition internationale avec une 3e position chez les juniors 93 kilos. « Il venait pour établir des records personnels. Il a réussi une charge de 260 kilos au squat, sa meilleure marque. Il avait raté son premier essai, ce qui lui mettait un peu plus de pression. Il a vraiment bien réagi et il a su revenir avec son 3e essai. Au bench, il a fait une marque de 160 kilos pour égaler sa marque personnelle, tandis qu'au deadlift, il a amélioré son propre record national d'environ 7 kilos, ce qui lui a assuré la 3e place au classement total », explique Boulianne.
Pour Justine Maltais, il s'agissait aussi d'une première compétition internationale. Évoluant chez les juniors 63 kilos, elle avait bien fait à la flexion de jambes, mais au développé-couché, une erreur de communication avec son entraîneur a fait qu'elle a vu ses chances tomber à plat. « C'est un peu décevant, mais ça lui permet de prendre de l'expérience, souligne-t-il. Et comme on dit, c'est mieux que ça arrive à ce type de compétition qu'en championnat du monde. »
L'entraîneur Boulianne a lui aussi été en action chez les 93 kilos Open où il a conclu au 4e rang. Pour lui, c'était un retour à la compétition internationale pour la première fois depuis 2013. Il aurait espéré faire mieux, même s'il était conscient qu'une blessure à l'entraînement subie deux semaines plus tôt n'aiderait pas sa cause. « Je me suis blessé à l'entraînement deux semaines avant la compétition et je n'ai pu faire que deux entraînements de squat dans les trois dernières semaines. C'était donc très incertain. Malgré tout, j'ai quand même réussi une charge de 250 kilos. Ma meilleure marque est de 260 kilos et j'étais quand même très satisfait. Au bench, ça allait vraiment bien et j'ai réussi le meilleur résultat de la catégorie avec un 195 kilos. J'aurais pu faire une charge de 200-205 kilos, mais la surface glissante du tapis m'a empêché de le réaliser. Au deadlift, j'ai soulevé 280 kilos. J'avais réussi 285 kilos aux Championnats canadiens tenus à Saguenay en février dernier. Toutefois, la 3e place était hors de portée. Cela dit, ça me donne de beaux objectifs à travailler en 2018, où le Championnat du monde et les Championnats canadiens se dérouleront à Calgary en 2018. La compétition sera féroce », a-t-il conclu.