Jean-Claude Duguay participera à un quatrième Championnat du monde de courses à obstacles OCR, à Londres, au mois d’octobre.

Duguay dans une forme splendide

À un peu plus d’un mois de sa quatrième participation au Championnat du monde de courses à obstacles OCR, Jean-Claude Duguay est dans une forme splendide. Le Saguenéen l’a montré, en fin de semaine dernière, à l’épreuve Spartan Beast à Stoneham, dominant la compétition par groupes d’âge.

L’épreuve consistait en un parcours de 22 kilomètres de course à pied en sentier avec 1700 mètres de dénivelé et 33 obstacles. Son temps de 3 h 26m29 lui aurait également donné la 12e position chez les élites. Il a également pris part le lendemain à la course sprint, terminant troisième chez les 40-49 ans. Sa performance lui aurait encore une fois donné le 12e rang au général avec la classe élite.

« Ça prouve que je suis prêt. Il me reste encore à raffiner un petit peu les obstacles », mentionne l’athlète qui aura 49 ans la semaine prochaine.

Parmi ces obstacles à travailler, Jean-Claude Duguay estime qu’à Londres, elles seront plus difficiles, notamment les fameux anneaux. À Stoneham, il a réussi les deux fois à cette épreuve qui a été impitoyable avec un taux de réussite d’environ 20 %. Il peaufinera sa préparation au centre d’escalade intérieur Beta Crux ainsi que sur le parcours privé de Vincent Larochelle, en banlieue de Québec.

« Une autre difficulté en Angleterre, c’est qu’il n’y a pas de dénivelé. C’est planche. Ce sera donc de la course rapide avec un obstacle, un sprint, un obstacle, un sprint. Il n’y aura pas de montées », fait part le Saguenéen qui en sera à une quatrième participation au Championnat du monde OCR. Ses objectifs sont quelque peu moindres en 2018 et il sera de nouveau de la partie l’an prochain dans une nouvelle catégorie d’âge.

« C’est sûr que ça va être un peu plus dur parce qu’on avance d’un an. Les meilleurs 44 ans sont rendus dans le groupe des 45-49. Ça va être difficile, mais il y a de l’espoir de faire un podium », d’estimer Jean-Claude Duguay qui avait réalisé sa meilleure performance l’an dernier avec une médaille de bronze.

« Je vais faire de mon mieux pareil. Si j’ai un podium, je vais être bien content. Sinon ce sera à l’an prochain. C’est sûr que je vais viser la première place », d’insister l’athlète saguenéen.

+

CIRCUIT MONDIAL DE CURLING: L'ÉQUIPE RÉGIONALE 28E AU CLASSEMENT

L’équipe régionale du capitaine Robert Desjardins débutera la nouvelle saison vendredi avec son meilleur classement à vie sur le Circuit mondial de curling. 

« À la fin du dernier cycle olympique, il y a eu un remaniement parmi plusieurs équipes. Certaines n’ont pas gardé tous leurs points, ce qui fait qu’on se retrouve avec notre meilleur classement. C’est notre quatrième saison ensemble et nous sommes rendus 28e au monde », explique le premier de l’équipe hôtel Le Montagnais, René Dubois. Le quatuor est complété par Pierre-Luc Morissette et Thierry Fournier. 

Une place dans le top-25 permettrait à la formation régionale d’obtenir des invitations à des tournois triés sur le volet et télévisés. « On est proches de notre objectif », souligne Dubois. 

La saison de la formation régionale débute dès vendredi lors de la Classique Oakville, en banlieue de Toronto, un tournoi du circuit mondial. Les membres de l’équipe risquent toutefois d’être quelque peu rouillés après un été loin des glaces. 

« C’est sûr que c’est plus dur parce qu’on s’en va là et qu’on n’a pas lancé une pierre encore. Les autres équipes jouent souvent dans des places où les glaces sont déjà faites. Au niveau des installations au Québec, c’est plus difficile de performer en début de saison, mais on va faire de notre mieux », d’indiquer René Dubois, convenant qu’une bonne prestation à ce tournoi inaugural leur permettrait de se rapprocher encore plus et peut-être même d’entrer dans ce fameux top-25. 

Ce ne sera toutefois pas chose facile avec un groupe composé d’équipes des États-Unis, de la Suisse, du Japon et du nord de l’Ontario. Ça débute face à l’Américain Greg Persinger qui a participé au dernier Championnat du monde de curling.

+

TOUR D'ESPAGNE: SATISFACTION ET DÉCEPTION CHEZ GROUPAMA-FDJ

Le coéquipier d’Antoine Duchesne, Rudy Molard, est parvenu à défendre son maillot rouge de meneur au Tour d’Espagne, jeudi. Toutefois, le meneur espéré de l’équipe, Thibaut Pinot, a perdu près de deux minutes après avoir été pris derrière une chute qui a coupé le peloton en deux à environ 25 kilomètres de l’arrivée. 

Cette journée devait pourtant être simple pour les membres de l’équipe Groupama-FDJ avec une étape de 156 kilomètres sur le plat entre Huércal-Overa et San Javier. Sans surprise, la victoire a été disputée au sprint, à l’avantage de Nacer Bouhanni de Cofidis. Si Molard a terminé dans le peloton de tête, ç’a été une tout autre histoire pour Pinot qui accuse maintenant un retard de plus de trois minutes au classement général. 

« Nous avons essayé de revenir, mais j’avais roulé pendant 130 bornes (pour protéger le maillot de Molard) et je n’avais plus de cartouches. Ça reste une grosse déception, car Thibaut était notre objectif principal sur le long terme et non le maillot, a rappelé Antoine Duchesne au réseau Sportcom. Le baume sur la plaie, c’est que Rudy est devant et qu’il ne perd pas le maillot. Nous avons fait quelques petites erreurs en étant trop à l’arrière et c’est 1 minute 40 secondes qui est du temps perdu un peu stupidement. »

Aidés par d’autres équipes qui voulaient également protéger leurs meneurs, les retardataires ont bien tenté de combler l’écart, mais ont joué de malchance. Quelques crevaisons, dont une au Chicoutimien, ont miné l’organisation de la chasse qui n’a finalement jamais eu lieu. « Quand ça se produit, ça n’arrête pas devant et ça roule à 55-60 km/h », a rappelé Duchesne qui a franchi le fil d’arrivée en 133e position, à plus de quatre minutes des meneurs. Dans le rayon des bonnes nouvelles, il se sent beaucoup mieux, lui qui a été grandement affecté par la chaleur en Espagne plus tôt cette semaine.

« Ça allait beaucoup mieux aujourd’hui et ça fait du bien de forcer un peu et d’avoir des sensations un peu plus normales », d’exprimer Duchesne.