Antoine Duchesne est de retour dans sa région natale dans le cadre des Championnats canadiens de cyclisme sur route, mais il n’a pas l’intention d’y être en simple touriste.

Duchesne vise la couronne

Quand il se présentera sur la ligne de départ pour l’épreuve sur route des Championnats canadiens de cyclisme sur route, Antoine Duchesne n’aura qu’un seul objectif en tête. Il vise le titre national. Et rien d’autre.

Le cycliste de Chicoutimi est de retour dans son patelin pour l’événement. Il s’agira d’une première course sur ses terres depuis 2013, lors de la Coupe des Nations.

« J’ai une seule attente, et c’est le titre, a lancé d’entrée de jeu l’athlète de 26 ans, rencontré vendredi après-midi. Je suis descendu ici juste pour ça, je me sens bien et je ne suis pas venu courir pour la deuxième place. Je serais déçu de finir deuxième. À partir de là, plein de choses peuvent arriver pendant une course, mais c’est un parcours difficile, qui me convient ,et je me sens hyper bien. Si tout se passe bien, j’ai ce qu’il faut pour gagner. C’est certain que c’est l’objectif. »

Pour l’épreuve reine de ces Championnats canadiens sur route, Antoine Duchesne s’attend à ce que la répétition vienne à bout de certains coureurs. Le peloton élite hommes devra faire 12 tours du parcours de 15,13 kilomètres, pour un total de plus de 180 kilomètres et près de 2600 mètres de dénivelé positif. Il se pourrait donc que la fameuse montée de la 6e avenue marque la fin des émissions pour les moins costauds.

Antoine Duchesne ne va toutefois pas se plaindre d’un tel parcours, qui tombe parfaitement dans ses cordes.

Antoine Duchesne file le parfait bonheur avec sa nouvelle équipe Groupama-FDJ.

« Plus la course va être dure, plus ça va m’avantager, a-t-il commenté. Les deux ou trois tours de plus vont faire mal à bien du monde, et c’est là-dessus que je dois jouer. Sur deux heures de course, tout le monde peut monter vite, et dans ces circonstances, je ne suis pas meilleur que personne ici, ou presque. Ce qui est dur, c’est la répétition, et c’est là que je peux sortir du lot, si je suis dans une bonne journée. »

En coureur d’expérience, le Chicoutimien est bien conscient que tout ne va pas toujours au beau fixe dans un peloton.

« Si je suis battu à la pédale, tant pis, quelqu’un aura été meilleur que moi, a réagi Duchesne, estimant se retrouver dans des conditions optimales. Mon but est de finir avec le sentiment d’avoir tout donné et d’essayer d’être le plus intelligent possible. En étant intelligent et en ayant les jambes que j’ai, il va falloir travailler fort pour me battre. »

Seul contre tous
À l’instar de quelques autres cyclistes, Antoine Duchesne se présentera à la ligne de départ sans l’appui de coéquipiers, ce qui sera loin d’être le cas pour les membres de la Silber Pro ou encore de Rally Cycling, notamment. Membre de l’équipe française Groupama-FDJ, Duchesne sera seul de son camp.

« Il faut trouver une façon de ne pas trop brûler d’énergie, sans me mettre dans une situation où je vais être obligé de rouler », a-t-il nuancé, conscient que des cyclistes redoutables sur papier vont sans doute tenter le grand coup.

Le titre de champion canadien à l’épreuve sur route, c’est tout ce que vise Antoine Duchesne.

« Je connais les autres coureurs et je sais qui je ne dois pas laisser partir », a ajouté Antoine Duchesne, qui a pu aller rouler avec son vélo Lapierre dans le secteur du Portage-des-Roches, vendredi, à Laterrière. Samedi, ses parents et ses soeurs seront à La Baie pour l’encourager.

+

UN DEUXIÈME TOUR D'ESPAGNE EN AOÛT? 

Si tout se déroule comme prévu, Antoine Duchesne sera du départ du Tour d’Espagne, du 25 août au 16 septembre. Il s’agirait alors de la deuxième Vuelta pour lui, après une première participation en 2015. Dans le jargon populaire, le Tour d’Espagne est le troisième d’importance après le Tour d’Italie (Giro) et, bien entendu, le Tour de France. Antoine Duchesne avait toutefois une petite mise au point à faire. 

« En termes de renommée, c’est le Tour de France, le Giro et la Vuelta, mais en termes de calibre, de points et sur papier, c’est pareil, a-t-il souligné. D’un point de vue médiatique, ce n’est pas pareil, mais c’est la même chose ! » Sa participation à la Vuelta signifierait toutefois de mettre une croix sur les Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal, les 7 et 9 septembre, respectivement. « Ce sont des courses qui me tiennent très à coeur, a partagé Antoine Duchesne. En étant complètement objectif, il n’y a pas d’autres courses où on est pris en charge comme ça. Tous les coureurs le disent. On dort bien, on mange bien, on est bien traités. Notre vie n’est pas toujours très glamour. À Québec et à Montréal, c’est toujours génial. C’est un pincement au coeur de ne pas être là. » Engagé pour la saison actuelle avec la Groupama-FDJ, le cycliste de Chicoutimi souhaite s’implanter au sein de sa nouvelle formation. « Je me vois là, je suis bien dans cette équipe, a-t-il assuré. Les choses changent tellement vite dans le milieu, mais je suis bien, et l’équipe est bien avec moi. Normalement, il ne devrait pas avoir de changement. »