Yanick Jean s’est entretenu avec ses joueurs peu avant la fin de l’entraînement. Certains d’entre eux étaient visiblement plus ciblés que d’autres.

Du patin, beaucoup de patin pour les Sags

Comme il l’avait prévenu la veille, Yanick Jean a fait patiner ses joueurs, vendredi, sur la glace du Pavillon de l’agriculture. Les Saguenéens n’ont toutefois pas brûlé des calories dans l’unique but de souffrir, ils l’ont fait en pratiquant à répétition les changements pendant l’action.

L’entraîneur-chef n’avait pas tout à fait retrouvé sa bonne humeur. Il a rapidement levé le ton lors des premières minutes de l’entraînement, multipliant les consignes sous le regard d’une vingtaine de curieux, qui avaient répondu à l’invitation « cordiale » de Jean lors de son point de presse, jeudi, après la défaite de 4-2 des Sags face à Gatineau.

« Le manque de travail, chez les Saguenéens de Chicoutimi, ça ne passe pas, a rappelé Yanick Jean. Je ne te demande pas de gagner, je te demande de te surpasser. Les joueurs ne l’ont pas fait. »

Les joueurs ont donc reproduit des changements en situation de match pendant 30 minutes, en plus d’effectuer des traditionnelles « bande à bande » à plusieurs reprises. S’en sont suivi des exercices à haute intensité, axés sur le travail individuel. On était loin des entraînements punitifs sans rondelle où les joueurs finissent rouges comme une tomate à tenter de retrouver leur souffle, mais c’était certes une pratique différente des autres.

« On ne sait pas comment faire un changement, a clamé Yanick Jean. Tout ce que ça demande, c’est une volonté et une acceptation de faire une présence de 28 secondes, au lieu de faire un échec-avant rendu à 50 secondes. On prend des chances sur des fins de présence et on se retrouve pris dans notre territoire pendant une minute par la suite. On brûle de l’énergie inutile. Bien gérer la deuxième période, c’est un signe de maturité. On n’est pas encore rendu là. »

Concentration recherchée

Le manque de concentration est également un aspect que déplore Jean.

« Quand tu joues 68 matchs et que tu pratiques 100 fois dans une saison, tu ne peux pas avoir un niveau d’énergie optimal, c’est impossible, a d’abord mis en contexte l’entraîneur. Dans ce cas, il faut que ta capacité de concentration fasse la différence. Notre club ne se concentre pas assez. »

Mis à part à un moment de la pratique de vendredi où il a pris le temps de s’entretenir avec ses joueurs pendant quelques minutes, Yanick Jean a confirmé ne pas avoir programmé une rencontre d’équipe.

« On n’était pas au moment de parler, on était au moment de poser des actions, a-t-il pointé. Le respect qu’on a démontré à l’endroit de nos partisans jeudi, c’est inacceptable. Le sentiment d’appartenance, qui fait partie de nos valeurs, n’était pas présent jeudi, tout comme les autres d’ailleurs (qui sont le surpassement et la discipline). »

Yanick Jean n’a pas voulu dire si le message avait passé, ou encore s’il était satisfait de la réaction de ses joueurs.

« On va voir dans les prochaines semaines », a-t-il soufflé.

Les joueurs ont compris

Vincent Lapalme a assuré que le message de l’entraîneur avait été parfaitement saisi. Il a souligné que la pratique de vendredi n’était pas une mauvaise chose, même si elle aurait pu être évitée.

« Je regardais les gars après la pratique et il n’y en avait pas un qui avait l’air découragé, a raconté le jeune vétéran. On est tous réceptifs face à la situation. Yanick a parlé aux gars et on va rebondir. On est une famille et on s’en parle ensemble. On sait que la façon dont on était sorti jeudi était inacceptable, surtout devant nos partisans après quatre matchs sur la route. »

Pointes de plume

• Une nouvelle tuile s’est abattue sur la tête des Saguenéens. Samuel Houde sera sur   la touche pour une période de quatre à six semaines en raison d’une fracture au poignet, subie jeudi face aux Olympiques de Gatineau...

• En contrepartie, Zachary Lavigne effectuera un retour au jeu, samedi, à Boisbriand, face à l’Armada. Il est remis d’une fracture à la mâchoire. Mathieu Desgagnés, qui n’a pas encore disputé un match cette saison en raison d’une opération à un genou, a lui aussi obtenu le feu vert des médecins. Yanick Jean n’entend pas l’envoyer tout de suite dans l’alignement. « C’était sa première pratique intense (vendredi) donc on va voir comment il réagit », a-t-il confirmé...

• Alexis Shank affrontera l’Armada. Yanick Jean ne s’est pas éternisé sur le prochain adversaire. « On en a plein les bottines avec notre équipe », a-t-il souligné avec justesse...