Jacques Laporte

Du junior AAA à La Baie?

Les dirigeants de la Ligue de hockey junior AAA du Québec (LHJQ) visent une expansion et le Saguenay pourrait s’avérer une opportunité parfaite pour couvrir une nouvelle région.

Le commissaire de la LHJQ, Jacques Laporte, a passé les deux derniers jours au Challenge midget AAA, à La Baie, pour étudier le marché. Et il est tombé sous le charme des installations baieriveraines, même si aucun avancement concret n’a été fait.

« Je découvre la place, les gens, l’entraide, a exprimé M. Laporte, commissaire depuis trois ans. Pour avoir du succès dans un petit marché, ça prend l’implication des gens de la place, de la volonté de bien faire les choses et du soutien. En deux jours passés ici, c’est ce que j’ai découvert. C’est extraordinaire ce qui se passe ici et c’est en plein ce que ça prend dans ce genre de marché. »

Jacques Laporte jouit d’une grande expérience dans le monde du hockey. En plus d’avoir été l’entraîneur du Titan de Laval dans la LHJMQ dans les années 90, il a passé 14 ans avec les Patriotes de l’UQTR, dans le circuit de hockey universitaire, avec lesquels il a remporté deux championnats canadiens.

L’homme de hockey est clair ; il ne veut pas nuire au marché senior, qui appartient aux Marquis de Jonquière, ni au circuit de hockey collégial à Alma. Il croit qu’il y a de la place pour tout le monde, ajoutant que la LHJQ était surtout une offre supplémentaire aux hockeyeurs qui se retrouvent sans option après le midget AAA.

On n’est pas en compétition, c’est une offre complémentaire et je pense que c’est un calibre de jeu qui pourrait plaire aux gens et qui servirait la population », observe-t-il.

Ce n’est pas la première fois que le junior AAA reluque le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Une concession a tenu pendant quatre ans, entre 2005 et 2009, à Saint-Félicien. M. Laporte indique que la réalité est maintenant différente et que les dirigeants actuels ont une volonté d’en faire une ligue forte axée sur le développement.

La LHJQ compte 13 équipes, composées de joueurs de 17 à 20 ans. Le commissaire a fait savoir que 88 pour cent des joueurs vont à l’école, la plupart au cégep. Jonathan Hudon