Anne-Frédérik Drolet a remporté les trois épreuves de cross-country de la conférence Nord-Est du Réseau du sport-étudiant du Québec, ce qui lui a valu le titre d’athlète de la semaine de l’Association canadienne du sport collégial dans sa discipline.

Drolet en plein contrôle

Anne-Frédérik Drolet connaît un début de saison parfait en cross-country avec trois victoires en autant de compétitions dans la conférence Nord-Est du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ). La porte-couleurs des Gaillards du Cégep de Jonquière se pointera donc au Championnat provincial la semaine prochaine sur les Plaines d’Abraham de Québec parmi les favorites, elle qui défendra son titre pour l’occasion.

Après l’avoir emporté lors des deux premières épreuves de la saison, à Baie-Comeau et Rivière-du-Loup, Anne-Frédérik Drolet s’est imposée une nouvelle fois la semaine dernière lors du championnat de conférence à Victoriaville. Ces performances en or lui ont permis d’être désignée par les dirigeants du RSEQ athlète de la semaine de l’Association canadienne du sport collégial en cross-country.

« Je voulais gagner les trois courses et j’ai réussi à le faire. Maintenant, c’est plus au niveau canadien. C’est sûr que je voudrais gagner le provincial, mais j’aimerais surtout terminer première au Championnat canadien », annonce l’athlète jonquiéroise qui avait remporté le bronze l’an dernier lors du Championnat canadien.

« C’est difficile de juger parce que le Québec est divisé en deux conférences. Il y a d’autres compétitions en même temps dans l’autre partie du Québec. On sait seulement au provincial où on se situe par rapport aux autres. Dans ma conférence, ça va bien, mais je ne sais pas si dans le coin de Montréal, c’est plus fort ou non, précise-t-elle. Le cross-country, ça peut tellement être différent en fonction du parcours. Il faut courir contre la personne pour savoir si on est meilleure qu’elle ou non. »

Excellente à l’école

Anne-Frédérik Drolet excelle également sur les bancs d’école. Finissant au programme sport-études de Sciences de la nature, elle maintient une cote R de 35, ce qui représente une moyenne de plus de 90 % dans toutes ses matières. Elle n’a pas fait encore son choix définitif, mais songe à se diriger en médecine ou encore médecine vétérinaire à l’université. Elle est bien consciente qu’il sera difficile de conjuguer son sport avec un horaire de cours chargé.

« Si je rentre en médecine, j’ai des gens que je connais qui trouvent que c’est difficile de gérer le sport avec les études. On ne peut pas allonger notre session et décider de le faire sur un certain nombre d’années. Habituellement, il y a un certain nombre de temps qu’on doit faire. Je vais voir, mais personnellement, j’aimerais mieux faire ma saison de cross-country parce que ça ne dure pas tellement longtemps, c’est-à-dire de trois à quatre mois. Normalement l’hiver, je fais de l’athlétisme et je vais voir comment ça se passe avec mes cours universitaires si c’est possible. Si ça ne l’est pas, je vais m’entraîner pour le plaisir et peut-être recommencer plus sérieusement pendant l’été », raconte Anne-Frédérik Drolet.