En raison d'un fort vent de face dans les 300 derniers mètres avant l'arrivée, les trois coureurs qui sont montés sur le podium de la 2e étape ont attendu d'être le plus près possible du but pour rouler à fond de train pour le sprint final. De gauche à droite, l'ancien Jonquiérois Guillaume Boivin (Équipe Canada), 3e; Stephen Bassett (Silber Pro), 2e, et Émile Jean (Silber Pro), 1er. Les deux coéquipiers célèbrent leur performance en levant un poing victorieux.

Doublé de caractère pour l'équipe Silber Pro

Après avoir connu une course décevante jeudi, la formation Silber Pro a fait preuve de caractère lors de la deuxième étape présentée à La Baie vendredi en s'emparant des deux premières places du podium du Grand Prix cycliste de Saguenay. Ainsi, à quelques dizaines de mètres de l'arrivée, Émile Jean (vainqueur) et son coéquipier Stephen Bassett ont su saisir le bon moment pour s'élancer avec succès dans un sprint final rendu plus ardu en raison d'un fort vent de face. Guillaume Boivin (Équipe Canada) complète le podium.
Le Trifluvien, qui en est à sa cinquième participation au rendez-vous cycliste de Saguenay, a pu savourer enfin son premier podium et sa toute première victoire d'une étape  UCI. «Sans dire que j'étais dû, je suis content», a avoué le spécialiste du contre-la-montre.
L'athlète de 23 ans n'était pas peu fier de son coup et il était surtout heureux d'avoir fait honneur à la confiance que ses coéquipiers de la Silber Pro avaient mise en lui pour l'ultime poussée. «Je savais que j'avais les capacités, mais c'est la première fois que je sprinte comme ça. Ça a bien fonctionné au final et je suis content de ne pas les avoir déçus.»
Détenteurs des titres individuels et par équipes des deux dernières éditions, les membres de la Silber Pro se sont présentés à la quatrième édition du GP de Saguenay avec l'intention de signer un triplé. «On s'est présentés ici avec de grandes ambitions, mais jeudi, ça n'a pas fonctionné comme on aurait voulu. Nous étions déçus de notre performance et je pense (que la victoire d'aujourd'hui) démontre que l'équipe a du caractère pour aller chercher la première et la deuxième place», a commenté Émile Jean, en rendant hommage aussi à son coéquipier Pier-André Côté qui a fait partie de l'échappée initiale qui a animé l'épreuve durant 8 des 9 tours au programme. «Il nous a permis de prendre plus ça tranquille derrière et d'attendre le bon moment pour sortir.»
De fait, trois jeunes cyclistes ont montré qu'ils n'avaient pas froid aux yeux. Côté (Silber Pro), Jean-François Soucy (Garneau Québecor) et Jure Rupnik (H&R Block) ont démarré l'épreuve de 171 kilomètres sur les chapeaux de roues en larguant le peloton dès le tout premier tour. Malgré les forts vents (autour de 28 km/h, avec des rafales de 37 km/h) qui ont soufflé de face et de côté durant la majeure partie du parcours, le trio a tenu bon en creusant même un écart de 5mn15 durant la course. Le peloton, qui était bien contrôlé par les soldats de Canyon Bicycles aux avant-postes, a ensuite haussé la cadence pour reprendre les fuyards dans le dernier tour. 
Lorsque les sprinteurs ont pris le dernier virage à environ 300 mètres de l'arrivée, ils ont dû bien calculer leur poussée en raison du vent défavorable. Jean-Simon D'Anjou (Garneau Québecor) a tenté le coup, mais il est sorti un peu trop tôt et a manqué de jambes pour atteindre son objectif. Il a terminé au 4e rang, derrière Guillaume Boivin qui a su voir l'ouverture pour se hisser sur le podium.
Fisher reste en jaune
Vainqueur de la première étape, Steve Fisher (Canyon Bicycles) a réussi à conserver son maillot jaune du meneur ainsi que son maillot vert du meneur au classement aux points (meilleur sprinteur) en concluant l'épreuve au 6e rang. Mais dans les deux cas, son avantage sur Guillaume Boivin a considérablement fondu, puisque Boivin a mis la main sur des secondes de bonification. Il n'a plus que trois secondes sur Boivin et un point les sépare pour le maillot vert.
Quant aux deux autres maillots à l'enjeu, le brave Jure Rupnik a au moins vu ses efforts du jour récompensés, lui qui a pu ravir le maillot à pois du Grand Prix de la montagne. Vingtième vendredi, Jack Burke (Aevolo) a conservé le maillot blanc du meilleur jeune.
Samedi, sur le coup de 18h, le Grand Prix s'installe à Kénogami pour la présentation du spectaculaire critérium, une épreuve de 74,5 kilomètres avec départ sur la rue Cabot.