Justine Maltais de Jonquière et Marianne Groleau de Saint-Honoré, ont obtenu leur billet pour les Championnats du monde de dynamophilie classique (sans équipement) qui aura lieu en Suède en juin.

Deux Saguenéennes iront aux mondiaux de dynamophilie

Deux athlètes du club Mofo-Élite de Jonquière, Justine Maltais de Jonquière et Marianne Groleau de Saint-Honoré, représenteront le Canada aux Championnats du monde de dynamophilie classique (sans équipement) qui aura lieu à Helsingborg, en Suède, du 3 au 15 juin.

Les deux protégées de l’entraîneur Joël Boulianne ont chacune remporté la médaille d’argent chez les juniors, dans leur catégorie respective lors des Championnats canadiens tenus au début du mois à Ottawa. Dans le cas de Justine, il s’agira de sa deuxième participation à des mondiaux.

L’an dernier, à Calgary, la Jonquiéroise y avait remporté l’or au développé-couché (bench). Comme ce sera également sa dernière prestation chez les juniors, elle aimerait évidemment faire aussi bien, sinon mieux. «Je vise une médaille d’or au bench et j’aimerais finir dans le top-4 au total. Si je réussis cela, je serai parfaitement satisfaite», avance l’athlète de 22 ans, qui s’est initiée à la dynamophilie il y a cinq ans.

«Je suis nerveuse parce que c’est loin. L’an passé, c’était à Calgary. Là, c’est loin! Et on ne sait pas qui seront nos entraîneurs. Mais comme j’y ai déjà participé, je connais plus la ‘‘game’’.»

À sa cinquième participation au Championnat canadien, Justine a établi un record national en poussant 98 kilos au développé-couché. Elle a aussi bien fait avec un 147.5 kilos à la flexion sur jambes (squat) et un 160 kilos au soulevé de terre (deadlift), 160 kilos. Dans les deux premiers cas, ce sont des records personnels.

«Pour le deadlift, ç’a été une défaite crève-coeur parce que j’ai raté mon dernier essai et j’ai perdu la première place par 2.5 kilos», explique celle qui ne pensait pas être invitée aux mondiaux.

«Je ne pensais pas y aller parce que normalement, ils ne prennent que les médaillés d’or. Mais comme on a des chances de médailles, ils nous invitent», ajoute la Jonquiéroise, qui a pu compter sur un coup de pouce financier de Claveau et fils.

D’ailleurs, Marianne et elle tentent de se trouver des commanditaires, car elles doivent assumer leurs frais de voyage et d’hébergement.

Première réussie

Pour Marianne Groleau, d’avoir participé au Championnat canadien à sa toute première année de compétition était déjà un bel accomplissement. L’athlète de 21 ans qui évolue chez les 72 kilos juniors a mérité la médaille d’argent en soulevant 160 kilos à la flexion sur jambes (squat), 80 kilos au développé-couché (bench) et 180 kilos au soulevé de terre (deadlift). Ce sont tous des records personnels puisqu’elle en est à sa première année et qu’il lui reste encore trois ans dans la catégorie junior.

La jeune femme de Saint-Honoré doit encore se pincer pour croire qu’elle ira aux mondiaux. «Je pensais que j’étais réserviste, mais finalement j’ai su lundi que j’y allais. Ils prenaient ceux et celles qui avaient des chances d’être compétitifs», s’exclame-t-elle avec un grand sourire.

«J’y vais pour l’expérience, mais si jamais je réussissais un top-5, je serais aux anges! Au Championnat canadien, je trouvais déjà vraiment le fun de m’être rendue là!»

Les deux étudiantes à l’Université du Québec à Chicoutimi reprendront donc l’entraînement dès lundi, plus motivées que jamais, sous la supervision de l’entraîneur Joël Boulianne.