Cédrick Desjardins a connu un fort match devant le filet des Marquis et il a mené son équipe à une victoire de 3-0 sur les Draveurs de Trois-Rivières. Sur la photo, il frustre Pierre-Olivier Beaulieu avec l’aide de Jonathan Paiement.

Desjardins en grande forme à Trois-Rivières

Malgré leur indiscipline, les Marquis de Jonquière ont réussi à quitter le Colisée de Trois-Rivières avec une victoire de 3-0 aux dépens des Draveurs, mais ils doivent une fière chandelle à leur gardien Cédrick Desjardins qui s’est montré intraitable pour signer son premier jeu blanc de la saison. Il a d’ailleurs largement mérité la première étoile du match.

Même s’ils se sont imposé 23-10 pour les tirs au but, les Marquis ont été limités à un seul but en première période, marqué par l’homme fort Hubert Poulin (2e étoile). 

Ce dernier est en feu depuis le début de la saison avec quatre buts en autant de rencontres. Et sur ses quatre filets, trois ont été inscrits lors des deux affrontements contre les Draveurs. Son but aura été le seul consenti par le gardien des Draveurs, Marc-Antoine Gélinas (3e étoile) jusqu’en toute fin de rencontre, alors qu’avec 1mn40 à faire dans le match, les Jonquiérois ont fait mouche deux fois.

Philippe Paradis a profité de la rencontre pour inscrire son tout premier but dans l’uniforme des Marquis sur une passe d’Hubert Poulin, tandis que James Desmarais enfonçait un dernier clou dans le cercueil des Draveurs à la faveur d’un avantage numérique, avec 19 secondes au tableau indicateur. Au grand dam des quelque 570 spectateurs présents, mais au grand plaisir de quelques braves partisans des Marquis qui ont défié le mauvais temps pour encourager les Jonquiérois. 

« Ce soir, le match se résume à Cédrick Desjardins qui a joué un match incroyable », a commenté d’entrée de jeu l’entraîneur-chef Benoit Gratton à l’autre bout du fil. « Même si nos chiffres sont différents en terme de tirs au but, il n’en demeure pas moins que Desjardins a fait face à une quarantaine de lancers et c’est grâce à lui qu’on a obtenu la victoire. »

Au chapitre des tirs au but, les chiffres étaient de 51 contre Desjardins et 42 de la part des Marquis. Mais bon, il n’en demeure pas moins que les Draveurs n’ont pas réussi à profiter de 10 avantages numériques, même à 5 contre 3, tandis que les Marquis n’ont fait mouche qu’une fois en sept occasions. 

D’ailleurs, les nombreuses pénalités ont marqué cette rencontre.

« Encore une fois on est tombé dans l’indiscipline et on a pris beaucoup trop de punitions. Mais c‘est le fun de voir des gars comme Poulin marquer. (...) C’est le premier match qu’on a autant de pénalité. C’est hallucinant. Ça me fait penser à un match de l’an dernier contre Saint-Georges où on en avait eu autant », déplore-t-il. « Par contre, je dirais que ç’a été une bonne pratique pour notre désavantage numérique », ajoute-t-il en riant.

Des 3L affamés 

Ce soir, les Marquis accueilleront les 3L de Rivière-du-Loup au Palais des sports, après la tenue d’un entraînement léger à 10 h 40. « On a manqué une belle occasion (vendredi) à 5 contre 3 de deux minutes complètes et on n’a pas réussi à marquer. On va en profiter pour travailler l’avantage numérique. »

Les Louperivois devraient être affamés, eux qui viennent de subir trois défaites consécutives.

Selon le statisticien des Marquis, Trois-Rivières a plutôt décoché 32 tirs contre Desjardins et les Marquis en ont dirigé 39 contre Gélinas.

Le juge de ligne a eu besoin de bricoler les ancrages du but gardé par Cédrick Desjardins en deuxième période, et ce deux fois plutôt qu’une, car le filet sortait trop facilement de ses amarres.