Patrice Pelletier (arrêt-court), Frédéric Ménachi (1er but et lanceur), Carl Dufour (lanceur) et Éric Doré (lanceur) font partie du comité organisateur pour les retrouvailles des 30 ans de la conquête du Championnat de la LBJMEQ par les Voyageurs de Jonquière. Guy Tremblay (voltigeur) via Skype, et Richard Leduc (receveur), absent lors de la photo, complètent le comité de base.

Des retrouvailles pour le 30e des Voyageurs

L’édition 1989 des Voyageurs de Jonquière a été la dernière à remporter les séries du Championnat de la Ligue de baseball junior majeur élite du Québec (LBJMEQ). Mardi soir, quelques membres de cette cuvée mémorable ont tenu une première réunion en vue de préparer des retrouvailles commémorant les 30 ans de la conquête de ce championnat.

Conseiller municipal de Saguenay, Carl Dufour faisait partie du personnel d’artilleurs des Voyageurs. Il a réuni quelques anciens coéquipiers qui ont bien voulu jeter les premières bases de ces retrouvailles qui devraient s’échelonner sur deux ou trois jours. Ainsi, le lanceur Éric Doré, le 1er but Frédéric Ménachi, l’arrêt-court Patrice Pelletier, le voltigeur Guy Tremblay et le receveur Richard Leduc ont tenu une première réunion. Mais déjà, l’atmosphère était à la rigolade, en se ressassant quelques anecdotes.

« On avait tenu des retrouvailles en 2009 pour nos 20 ans de championnat et la majorité était là. Il n’en manquait peut-être que deux ou trois. C’est pourquoi on veut prendre de l’avance cette fois-ci pour s’assurer que tout le monde puisse être là », explique Carl Dufour. Certains joueurs sont maintenant installés aux États-Unis, dont Carl Gervais, et le comité tente de trouver une date qui convient au plus grand nombre possible. Pour l’instant, le seul membre de l’équipe qu’ils n’ont pas réussi à retracer est l’entraîneur Claude Godin. Avis donc à ceux qui le connaissent, il faudrait qu’il se manifeste auprès des organisateurs.

« Dix ans ont passé depuis et on va tous se réunir au courant de l’été pour des festivités avec le groupe. En 2009, les retrouvailles s’étaient déroulées sur une journée et on avait eu des commentaires comme quoi c’était court. Les gars veulent se réunir un peu plus longtemps et prendre deux ou trois jours pour faire différentes activités », explique Carl Dufour.

Les membres de l’édition championne des Voyageurs de Jonquière en 1989 seront conviés à des retrouvailles du 30e anniversaire cet été.

Le comité souhaite que les retrouvailles se passent durant une fin de semaine où les Voyageurs seront en action au Stade Richard-Desmeules. Le DG des Voyageurs, Guy Hébert, participera à l’organisation des activités. « On devrait avoir une belle fin de semaine d’activités bien remplie. C’est toujours un plaisir de revoir les gars. C’est comme si on s’était quitté hier. Il y a beaucoup d’anecdotes qui ressortent et on rit toujours autant. Ce sont toujours de beaux souvenirs parce que ç’a été une belle école de vie », ajoute Carl Dufour.

Tissés serré

À l’instar de ses coéquipiers présents pour la première réunion, Éric Doré confirme qu’il n’a pas hésité une seconde à embarquer dans le projet. « Quand on a la chance de revoir des gars que, dans certains cas, on n’a pas revus depuis un bout de temps, c’est certain que tu veux y être. On a vécu tellement de choses très agréables avec eux, toutes les anecdotes d’autobus, de chambre d’hôtel. On devrait avoir encore énormément de plaisir (lors de ces retrouvailles), croit l’ancien lanceur #44. Ça fait juste quelques minutes qu’on s’est retrouvés et on a recommencé à relater toutes sortes de petites histoires. Et c’est juste la pointe de l’iceberg ! »

Il y a 30 ans, il existait de grosses rivalités entre les Voyageurs et les clubs de Sainte-Foy, de Trois-Rivières... mais surtout contre Charlesbourg ! À l’époque, un certain Martin Pouliot, receveur pour Charlesbourg, avait le don de provoquer la foule et ses adversaires.

« La rivalité avec Charlesbourg était telle qu’il n’y avait pas un match où les bancs ne se vidaient pas. Martin était l’ennemi #1. Il faisait exprès de laisser passer la balle pour aller écoeurer les spectateurs. Ça n’avait pas de bon sens », raconte Carl Dufour. « Aujourd’hui, avec les cellulaires, on serait tous en prison », lance à la blague Frédéric Ménachi.

Ironie du sort, c’est maintenant ce même Martin Pouliot qui est l’entraîneur-chef des Voyageurs. Heureusement, les temps ont changé et les individus ont appris à se connaître et à s’apprécier ! « C’est vraiment une bonne personne et un bon entraîneur », a conclu Carl Dufour.