Rafaël Harvey-Pinard et Félix Bibeau vont vivre de grands moments, samedi soir, en retrouvant plusieurs anciens coéquipiers chez les Huskies de Rouyn-Noranda.

Des retrouvailles abitibiennes pour Bibeau et Harvey-Pinard

Rafaël Harvey-Pinard et Félix Bibeau attendaient la date du 15 février depuis longtemps. Près de neuf mois après vécu les plus grands moments de leur carrière junior dans l’uniforme des Huskies de Rouyn-Noranda, les deux jeunes hommes retrouveront leurs anciens partisans, samedi soir, lorsque les Saguenéens seront de passage à l’aréna Iamgold.

Harvey-Pinard et Bibeau ont pratiquement les clés de la ville de Rouyn-Noranda, tellement ils ont connu du succès dans l’uniforme des Huskies. Leur passage a pris fin de la meilleure des façons avec le titre de champions de la coupe du Président et de la coupe Memorial, au terme d’une saison mémorable à plusieurs points de vue.

« C’est sûr que ça va être le fun, je l’attends depuis longtemps, a réagi Félix Bibeau, rencontré mercredi en compagnie de Rafaël Harvey-Pinard. En plus, avec les échanges, j’avais peur de ne jamais y retourner parce que les Remparts n’ont pas joué à Rouyn-Noranda avant Noël. Toute ma famille de Montréal sera présente, tout comme ma famille de pension avec qui je suis resté en contact. Ça va être une belle fin de semaine. »

Cycle du hockey junior oblige, l’entraîneur-chef et directeur général de la meute, Mario Pouliot, avait déjà conclu des ententes pour échanger ses deux vétérans. Harvey-Pinard est rentré à la maison au Saguenay, tandis que Bibeau est d’abord passé aux Remparts de Québec, avant d’aboutir à Chicoutimi, en décembre dernier.

La vie fait parfois bien les choses et les deux comparses terminent leur stage junior au sein de la même équipe, avec une autre opportunité de tout rafler.

Cérémonie et bague

Couronnés avec les Huskies, les actuels #10 et #11 des Saguenéens n’ont pas encore reçu leur bague de champions. Ce sera chose faite, samedi soir, avant l’affrontement entre les deux équipes. Les principaux intéressés ont pu voir de quoi avait l’air le précieux bijou par l’entremise d’anciens coéquipiers, mais ils ont hâte de pouvoir enfin posséder la leur.

« Ça va être un moment émotif, a convenu Rafaël Harvey-Pinard. On a joué trois ans là-bas et on a gagné avec les Huskies, donc on a hâte de retourner sur la patinoire et de saluer les partisans. [...] C’est Mario (Pouliot) qui m’a appelé pour me dire qu’une cérémonie était prévue. L’attente a été longue, mais je pense que ça va valoir la peine ! »

En raison de leur horaire chargé, Harvey-Pinard et Bibeau ne sont pas encore retournés à Rouyn-Noranda depuis la parade des champions, à la fin du mois de mai. Renouer avec la ville, les partisans et les spectateurs sera sans doute mémorable, même si les retrouvailles s’annoncent brèves puisque les Saguenéens jouent trois matchs en un peu plus de 40 heures.

« La dernière fois que j’étais à Rouyn-Noranda, il n’y avait même plus de glace dans l’aréna et c’était rendu sur le béton, s’est souvenu Félix Bibeau. Ça va être spécial d’y retourner et ça va rappeler de bons souvenirs. On en a joué des matchs là-bas et on a bien hâte de revoir les partisans. On sait qu’ils nous appréciaient beaucoup et on les appréciait beaucoup également. »

« On a vécu des grands matchs sur cette patinoire, avec beaucoup de monde, où il régnait une atmosphère particulière. On a hâte et disons que ça fait un bout qu’on en parle », a ajouté Rafaël Harvey-Pinard.

Bien qu’ils aient gardé contact avec la plupart de leurs anciens coéquipiers, avec qui ils ont tissé des liens précieux au cours de leur épopée vers la consécration, les deux joueurs de 20 ans sont reconnaissants de vivre la cérémonie ensemble.

« Les gens nous associaient beaucoup comme un duo à Rouyn et on était toujours ensemble sur la glace, donc c’est cool de pouvoir vivre ça avec Raf, a raconté Félix Bibeau. Ça ajoute encore un élément spécial. Quand tu es seul à vivre ce moment, les autres comprennent moins un peu, mais le fait qu’on soit tous les deux va nous permettre d’en discuter après le match. »

De son côté, Yanick Jean entend laisser un maximum de latitude à ses vétérans.

« Ils l’ont fait, ils ont gagné et ils l’ont mérité, a souligné l’entraîneur. Qu’on leur laisse profiter du moment. »

+

POINTES DE PLUME

• Bonne nouvelle pour les Saguenéens, qui pourraient compter sur le retour au jeu de Louis Crevier en fin de semaine. Le longiligne défenseur s’est cassé un doigt le 26 janvier et il a raté les quatre derniers matchs. La durée de son absence était d’abord prévue entre trois et quatre semaines, mais les résultats du dernier examen médical sont positifs. Yanick Jean a confirmé que Crevier pourrait jouer dès vendredi, face aux Foreurs à Val d’Or. Une décision sera prise après l’entraînement matinal de l’équipe.

• Alexis Shank affrontera les Foreurs vendredi soir et l’identité du gardien partant pour les deux autres matchs, samedi à Rouyn-Noranda et dimanche à Val-d’Or, sera prise en temps et lieu. « On va y aller un match à la fois », a fait savoir Yanick Jean.

• L’entraîneur-chef des Sags se soucie peu des prochains adversaires, préférant mettre tous ses efforts sur la préparation de sa troupe. « Il faut se concentrer sur nous, bien jouer défensivement et limiter les chances de marquer de l’adversaire. On voulait moins solliciter nos gardiens de but et moins donner de surnombres, tout en donnant plus de lancers de l’extérieur (de la zone dangereuse). On a travaillé là-dessus dans les derniers entraînements et c’est ce qu’on veut voir. Contre qui on joue et quand on joue, ça n’a vraiment pas d’importance », a annoncé Jean.