Le boxeur Jean Pascal participera à un souper-conférence le 2 avril organisé conjointement par l’Académie Le Pugiliste d’Alma et le Club de judo Multikyo de La Baie.

Des invités de marque pour une bonne cause

La barre a été mise très haute pour la deuxième édition du souper-conférence au profit de l’Académie de boxe Le Pugiliste et du Club de judo Multikyo de La Baie.

Après l’entraîneur jonquiérois Stéphan Larouche, sa conjointe Danielle Bouchard, ainsi que les judokas régionaux Jean-Pierre Cantin et Antoine Bouchard l’an dernier, les organisateurs accueilleront cette fois le boxeur professionnel Jean Pascal, le double médaille olympique en judo Nicolas Gill ainsi que le combattant de l’UFC Olivier Aubin-Mercier, le mardi 2 avril, à l’hôtel Delta de Jonquière. « On a toute une brochette cette année », s’exclame le directeur général de l’Académie Le Pugiliste Maxime Dallaire, soulignant le travail de Maxime Tremblay du club de judo baieriverain.

Nicolas Gill a participé à quatre Jeux olympiques, remportant deux médailles.

En plus de l’Académie de boxe Le Pugiliste, le Club de judo Multikyo de La Baie, la Fondation des Lynx du Pavillon Wilbrod-Dufour et la Petite randonnée du gros Dickey recevront également une partie du montant global amassé. Les billets, au coût de 130 $, ce qui inclut le souper et la conférence, qui prendra la forme d’une discussion animée suivie d’une période de questions, et de signature d’autographes, sont en vente sur le site Eventbrite.ca.

« L’an dernier, on a eu de bons commentaires pendant un mois après l’événement. Beaucoup de gens d’Alma attendent cet événement. En le tenant au Saguenay, ça va nous donner une visibilité plus haute au Saguenay », signale le responsable, expliquant que de tenir l’activité en semaine représente une demande des gens d’affaires.

C’est justement par l’entremise de Stéphan Larouche que Maxime Dallaire a pu être mis en contact avec Jean Pascal. L’ancien champion du monde WBC chez les mi-lourds parlera de son parcours, lui qui a connu une carrière impressionnante chez les amateurs, remportant le titre de champion canadien à sept reprises en plus de participer aux Jeux olympiques d’Athènes en 2004. « J’ai pu parler à Jean Pascal et j’ai vu tout de suite une ouverture. Il m’a mis en communication avec son agence et on a négocié à partir de là », raconte Maxime Dallaire, insistant sur le fait que les conférenciers seront traités aux petits oignons, notamment avec le transport en avion entre Montréal et Alma ainsi que les déplacements en limousine.

« On va vraiment essayer de charmer ces athlètes de haut niveau pour qu’ils deviennent des porte-paroles dans le futur, de faire valoir Maxime Dallaire. On veut qu’ils parlent en bien de l’événement, qu’ils ont été reçus. On veut vraiment créer quelque chose de permanent avec de solides panels comme ça. Ce n’est pas facile d’amener du monde en région. On essaie de monter des marches tranquillement. »

Olivier Aubin-Mercier poursuit une carrière de combattant dans l’UFC, la plus grosse organisation d’arts martiaux mixtes.

« Nicolas Gill, c’est un gars qui n’aime pas trop être à l’avant-plan. Quand il a vu que c’est pour les jeunes et pour aider les clubs respectifs, il a accepté avec plaisir », indique Maxime Dallaire à propos du quadruple olympien et seul Canadien intronisé au temple de la renommée de la Fédération internationale de judo. Pour sa part, le poids léger de l’UFC, la plus grosse organisation d’arts martiaux mixtes, Olivier Aubin-Mercier, fait en quelque sorte le pont entre le judo et la boxe.