Des classiques à voir... ou à revoir

Avec tout le temps passé à la maison, les séries actuelles ne suffisent plus à rassasier les amateurs de télévision. Il faut donc retourner dans les souvenirs pour dénicher des séries ou des films coup de coeur. Le journaliste Dave Ainsley dévoile la liste sans prétention de ses dix meilleurs films de sport. L'ordre a peu d'importance. C'est plutôt le divertissement qui compte. Plusieurs de ces films sont disponibles sur des sites de diffusion en ligne comme Netflix. Bon visionnement! 

Lancer-frappé (vf de Slap Shot)

Le classique des classiques. Ce n’est pas le film le mieux réalisé ou avec le meilleur scénario, mais de nombreuses répliques ont traversé les époques. ‘‘Dave est magané’’ est l’une que j’entends régulièrement. Ce n’est peut-être pas un film à écouter en famille, un peu trop vulgaire pour les enfants, mais trop bon pour s’en priver.

Rocky

Tant qu’à être dans les classiques, difficile de passer à côté de Rocky Balboa. Avec six films, la série permettra de passer beaucoup de temps libre avec un très bon divertissement. Ceux qui ne seraient pas rassasiés de boxe pourront également dévorer les deux films de Creed, dans lesquels Sylvester Stalone s’est recyclé comme entraîneur, prenant sous son aile le fils illégitime de son éternel rival, Apollo Creed.

Moneyball : l’art de gagner

Le directeur général des A’s d’Oakland, Billy Beane, a révolutionné le baseball majeur avec une nouvelle approche pour évaluer le talent des joueurs. C’est ce qui a permis aux A’s de demeurer compétitifs face à des puissances avec les poches profondes en dépensant le tiers en salaires. Moneyball nous amène dans les coulisses de la mise en place de cette stratégie payante, avec en vedette Brad Pitt, ce qui est toujours à considérer pour la gent féminine.

Le repêchage (vf de Draft day)

Un peu dans le même style de Moneyball, Le Repêchage nous transporte à l’intérieur des Browns de Cleveland de la NFL et de son directeur général Sonny Weaver, interprété par Kevin Costner. Détenteur du tout premier choix au repêchage en soirée, il débute sa journée en l’échangeant et passera les heures suivantes à tenter de le récupérer. C’est quelque peu tiré par les cheveux, mais ça mérite le visionnement seulement pour l’originalité.

Les pros du collège (vf de Varsity Blues)

Mon film de football préféré et que je crois le plus réaliste. À West Canaan, on ne badine pas avec le football secondaire, ce qui mène à des dérives, notamment de la part de l’entraîneur Bud Kilmer. Son nom fait aussi peur que ses agissements. En prime, la trame musicale est franchement excellente.

Rudy

Ce n’est pas le film de sport le plus connu ni le plus sexy, mais c’est à voir absolument. Petit et pas doué d’un talent inné au football, Daniel « Rudy » Ruettiger rêve de porter les couleurs de l’équipe mythique des Fighting Irish de Notre Dame. Il va tout faire pour atteindre son but ce qui donne un beau témoignage de persévérance pas seulement pour les jeunes, mais pour tout le monde.

Les héros du dimanche (vf de Any Given Sunday)

Un autre film de football, cette fois réalisé par Oliver Stone et mettant en vedette Al Pacino ainsi qu’une brochette d’acteurs connus amène une dimension supplémentaire aux films de sports traditionnels. On est dans le drame qui amène un portrait parfois noir du sport professionnel, malgré quelques clichés et exagérations.

En souvenir des Titans (vf de Remember the Titans)

Le football sert de prétexte pour explorer le thème de la ségrégation. En 1971, dans une petite ville de Virginie, l’entraîneur Herman Boone, lui-même afro-américain, a le lourd mandat de former une équipe après l’intégration des noirs dans une école réservée jusque-là aux blancs, et ce, malgré les tensions avec son supérieur Bill Yoast. Le processus sera long et ardu.

Coach Carter

Dans la même veine et également inspiré d’un fait vécu, ce film raconte l’histoire de Ken Carter, un entraîneur noir et très rigide dans une école à majorité noire et très pauvre. Il prendra les grands moyens pour forcer ses joueurs à mettre les efforts dans le parcours scolaire, quitte à perdre des matchs. Encore une fois, ce sera plus facile à dire qu’à faire.

Les Boys

La sauce a peut-être été étirée avec cinq films et une série, mais cette saga de Louis Saia mérite pleinement sa place dans ce top-10, particulièrement pour les deux premiers films qui regorgent de répliques savoureuses. Ça peut certainement consoler un peu tous ceux qui ont vu leur ligue de garage prendre fin abruptement.

• D’autres idées : L’esprit d’une équipe (vf de We are Marshall), Miracle, L’éveil d’un champion (vf de The Blind side), Jerry Maguire, Les lumières du vendredi soir (vf Friday night lights), Maurice Richard, Youngblood, Commotion, Mr. Baseball, Le Champ des rêves (vf de Field of dreams), Une ligue en jupons (vf de A league of their own), Ligue majeure (vf de Major League), Un parcours de légende (vf de The Greatest Game Ever Played).