Quelque 75 personnes se sont rassemblées, dimanche après-midi, à l'Espace soccer d'Alma pour écouter la finale de l'Euro 2016. Le Portugal, qui jouait contre la France, l'a emporté 1-0.

Des amateurs se réunissent à Alma pour vivre l'Euro 2016

Français et Québécois se sont rassemblés, dimanche après-midi, à l'Espace soccer d'Alma pour assister à la finale de l'Euro 2016 entre le Portugal et la France.
En tout, entre 70 et 80 personnes étaient rassemblées dans le local de la rue Sacré-Coeur. Une boisson à la main ou encore un repas devant eux, les gens discutaient, riaient, mais surtout, avaient les yeux rivés sur les écrans de télévision.
«On est la seule place dans la région où les amateurs de soccer peuvent se retrouver pour écouter les parties tous ensemble», raconte le propriétaire de l'Espace soccer, Benoit Lavoie.
Il s'attendait donc à ce que son commerce, affilié au restaurant Apollo, soit complètement rempli lors de la finale du tournoi. «La France a été l'équipe la plus suivie du tournoi. C'est un peu comme nos cousins, alors c'est normal», estime-t-il.
En effet, on remarquait plusieurs chandails bleus parmi les personnes qui assistaient au match. C'était également la majorité de la foule qui criait, de joie ou de déception, lors des beaux jeux de la France ou des mauvaises décisions de l'arbitre.
Malgré tout, on apercevait quelques amateurs aux couleurs du Portugal.
«J'aime vraiment ça être ici. Il y a beaucoup de passionnés de soccer. Il y en a pour la France, il y en a pour le Portugal, alors c'est plaisant qu'il y ait quand même une rivalité ici», a mentionné Mathis Bouchard-Rouleau, 13 ans, qui assistait au match avec sa famille.
Quelques Français étaient présents, même si certains d'entre eux ne suivent pas vraiment le sport.
«On est quand même ravi de venir ici, car ça nous rappelle un peu l'ambiance de chez nous. On est ravi de venir à l'Espace soccer à chaque match», a expliqué la Française Nabila Bedjbedj.
Toutes les parties de l'Euro 2016 ont été présentées à cet endroit, quoique certaines rencontres ont attiré plus de personnes que d'autres.
«Au Québec, vous n'aimez pas le foot, lance avec un sourire Xavier Canesson, au Québec depuis un mois environ. Enfin, un peu moins: ce n'est pas si populaire qu'en France! Alors ici, on peut tous venir faire la fête ensemble!»
Les Français étaient accompagnés d'un ami québécois, le seul du groupe à porter le chandail officiel de l'équipe.