L’an dernier, à leur première participation au 15 km des Pichous, Johan Trimaille (à gauche), Alexandre Ricard (centre) et Jean-Pierre Morin avaient formé le podium de la 48e édition. Le vainqueur, Alexandre Ricard, sera de retour samedi pour défendre son titre dans des conditions météo beaucoup plus agréables cependant.

Déjà plus de 1300 inscrits à la Course des Pichous

Samedi, plus de 1300 coureurs et marcheurs sont déjà inscrits à la 49e édition de la Course des Pichous qui, avec le 10 km de l’Université Laval, est le 2e plus vieil événement de course au Québec après la course du Parc Lafontaine de Montréal.

Cette année, le calibre s’annonce très relevé avec la présence de champions des éditions précédentes désireux de mettre la main sur le titre, tout comme un Algérien qui aimerait bien fracasser le record de Phil Laheurte.

À cela s’ajoutent les meilleurs coureurs de la région qui aimeraient bien que l’un d’eux monte sur le podium, voire sur la plus haute marche. Un exploit qui ne se serait pas vu depuis 1982, alors que le Baieriverain Guy Racine avait remporté la mythique course régionale de 15 km qui relie la Cité Saint-François de Jonquière à la Zone portuaire de Chicoutimi.

Joint mardi, le grand manitou des Pichous, Mario Boily, a d’entrée de jeu souligné que du beau temps était annoncé, ce qui ferait un heureux changement avec le « froid de canard » et les forts vents de l’an dernier.

Participation

Au niveau de la participation, il s’attend à une certaine diminution, mais de moindre importance que ce qui a été constaté un partout au Québec sur le Circuit provincial Sports Experts. 

« Ce n’est pas que les coureurs ne sont pas au rendez-vous, mais l’offre est abondante et variée, explique M. Boily. Il y a beaucoup de diversité, des courses pour de bonnes causes, des défis de toutes sortes, ce qui fait que les coureurs ont beaucoup de choix. »

Selon lui, les conditions météo devraient favoriser les inscriptions des marcheurs le matin même de l’événement (une option que n’ont pas les coureurs qui doivent absolument s’être inscrits d’avance).

Mario Boily s’attend à une participation à peu près égale des hommes et des femmes.

« Contrairement aux grands marathons d’envergure internationale, où l’on constate une présence d’environ 60 % de femmes et 40 % d’hommes, chez nous, je dirais que ça devrait être pas mal 50-50. »

À surveiller

Parmi les athlètes à surveiller, M. Boily cite Alexandre Ricard, vainqueur de l’an dernier. Il souligne aussi la participation d’un Algérien qui souhaite éclipser le record de Laheurte (44mn21) et mettre la main sur la bourse de 2000 $ à l’enjeu. 

« Avec Internet, il n’y a plus de frontières, fait valoir M. Boily. C’est un bon coureur, mais je lui ai expliqué que c’était une course hivernale. J’ai regardé ses statistiques et je ne pense pas qu’il soit en mesure de le battre. Il faudrait qu’il coure chacun des 15 kilomètres en bas de trois minutes. »

Le gagnant de 2016, Anthony Larouche, devrait lui aussi être du départ. Trois jeunes coureurs de la région, Félix Pilote-Lapointe, Pierre-Yves Normandin et Joé Dufour, vont aussi tenter de se hisser jusqu’au podium. 

Par contre, la championne en titre de 2017, Lynda Gingras, ne sera pas de la partie pour défendre son titre, ce qui ouvre la porte à une nouvelle reine.

Les départs s’effectueront à la Cité Saint-François de Jonquière à 11 h pour les marcheurs et à midi pour les coureurs et l’arrivée est à la Zone portuaire de Chicoutimi. 

Avis aux automobilistes, le parcours passe par le boulevard Saguenay. Il y a donc des ralentissements à prévoir. 

Gros budget

Au fil des ans, l’organisation de cette course nécessite un budget de plus en plus important pour couvrir tous les frais liés à la tenue de l’événement. La sécurité monopolise une bonne part des coûts. 

Cette année, l’organisation travaille avec un budget de 80 000 $. Malgré tout, l’organisation essaie de maintenir les inscriptions à des tarifs raisonnables. « Pour la qualité de course et les services offerts, c’est pas mal la moins chère au Canada », estime Mario Boily. 

Enfin, le parcours de 15 km a obtenu la certification requise. « Nous avons obtenu l’accréditation Or de la Fédération québécoise d’athlétisme, signale M. Boily. Tous les dix ans, il faut faire vérifier la distance par un mesureur officiel d’Athlétisme Canada. »

Course des jeunes

Encore cette année, les jeunes sont invités à participer à la course de 1 km du P’tit Marathon Multi-usinage, surtout ceux et celles âgés de 11 ans et moins (au 11 septembre 2018). L’inscription se fera sur place, à la Cité Saint-François de Jonquière, de 8 h à 9 h, au coût de 5 $. Le départ est prévu pour 9 h 30. Les parents qui souhaiteront accompagner leurs enfants sur le parcours pourront le faire. Les cinq premiers garçons et les cinq premières filles recevront une invitation pour se présenter au Championnat provincial du « P’tit Marathon » qui se tiendra en septembre à Montréal, avant le départ du Marathon de Montréal.