Pierre-Luc Tremblay et Régis Girard sont des habitués des événements de longue distance. Ils repousseront à nouveau leurs limites, en fin de semaine, à Lac-Mégantic.

Défi extrême pour deux Saguenéens

Deux amis du Saguenay repousseront leurs limites, dimanche, dans la région de Lac-Mégantic, en participant à la deuxième édition du Triathlon extrême Canada Man/Woman. Pierre-Luc Tremblay et Régis Girard affronteront les montagnes dans ce qui est décrit par les organisateurs comme le triathlon « le plus intense, le plus sauvage et le plus beau en Amérique du Nord. »

Les participants devront nager 3,8 kilomètres, rouler 180 kilomètres à vélo et parcourir 42 kilomètres à la course, pimenté d’un dénivelé positif d’environ 4000 mètres. Les huit derniers kilomètres de la course consistent d’ailleurs à atteindre l’observatoire du Mont-Mégantic, situé au sommet de la montagne, après un mélange de course en sentier et de course sur gravier.

Il s’agit des mêmes distances qu’on retrouve dans les événements Ironman, mais la différence se trouve dans les conditions et le soutien offerts aux athlètes. Ceux-ci devront être autonomes puisqu’il n’y aura ni ravitaillement ni encadrement. Une poignée d’assistants seront présents pour assurer la sécurité.

Des habitués
Les deux comparses sont des habitués des événements extrêmes, ayant pris part à plusieurs marathons, triathlons, en plus de différentes courses de type Spartan Race ou Ultra Trail. Pour donner une petite idée du degré de motivation des deux hommes, mentionnons simplement que Régis Girard a participé au demi-Ironman de Mont-Tremblant, il y a une dizaine de jours, dans le but de se « préparer » pour Lac-Mégantic!

« On s’inscrit dans plusieurs événements, surtout pour se pousser un peu plus chaque fois et de voir jusqu’où on est capables d’aller, tout en s’amusant, a exprimé le propriétaire du garage Mecanik Excel, à Chicoutimi-Nord. Je ne pense pas qu’on soit des athlètes de performance extrême, mais on jumelle tout ça avec nos familles et notre mode de vie. »

Régis Girard ne semble pas trop inquiété par l’ampleur du défi. Au cours de l’entrevue, le père de six enfants ne pouvait s’empêcher de sourire, étoile dans les yeux, en décrivant le parcours. Il assure toutefois que le défi est avant tout personnel et il recherche davantage l’adrénaline que les médailles.

« On a déjà fait des Ironman et on voulait monter d’une coche en s’inscrivant au Triathlon extrême, a de son côté partagé Pierre-Luc Tremblay, un papa de trois petits mousses. On sait qu’il y a beaucoup d’ascension dans le parcours donc ça va être intéressant de partager ça entre amis. »

Un mode de vie
Les deux athlètes tentent d’inscrire l’activité physique dans leur mode de vie. Avec un horaire passablement chargé, ils réussissent à aller au bout de leurs capacités.

« On en profite pendant qu’on peut le faire, parce que certaines personnes rêvent toute leur vie, a évoqué Pierre-Luc Tremblay. On vit nos rêves et en même temps, ça donne un bon exemple pour nos enfants. On va d’ailleurs s’installer en famille à Lac-Mégantic, ça va donc faire une belle fin de semaine familiale. Ça inculque des belles valeurs. »

Pierre-Luc Tremblay avoue ne pas trop apprécier le vélo de route et la nage. Conscient que 180 km à vélo et 3,8 km de nage l’attendent, il n’est pas inquiet pour autant.

« On va être ensemble, Régis et moi, ça va bien aller, et notre objectif n’est pas de terminer parmi les 10 premiers, a-t-il avancé. On veut finir le parcours dans les délais, être encore capable de marcher à l’arrivée et prendre du bon temps. »

Le Triathlon extrême Canada Man/Woman fait partie du circuit Xtri World Tour, qui comprend sept courses réparties à travers le monde. 175 athlètes tenteront le coup en solo et 163 le feront en équipe.