L’escalier du Cap-Blanc, avec près de 400 marches, est une des plus grandes épreuves du Défi escaliers.

Défi des escaliers de Québec: St-Hilaire sort de sa retraite

Le coureur saguenéen Carl St-Hilaire participera dimanche au Défi des escaliers de Québec, une épreuve qui relie la Basse-Ville et la Haute-Ville de Québec grâce aux 3000 marches des escaliers qu’on y retrouve. Celui qui avait délaissé la compétition sort de sa retraite et emmène des membres de sa famille pour cette course qui nécessite des aptitudes de grimpeur.

«Je m’entraîne au Centre Georges-Vézina, l’hiver. On fait beaucoup d’escaliers. On fait aussi beaucoup de côtes, la côte Sainte-Anne, le Panoramique, on va sur les monts Valin», dit celui qui pratique la raquette pendant la saison froide à propos de sa préparation.

Carl St-Hilaire compare le Défi des escaliers à un mélange de course en sentier, à cause des dénivelés, et de course sur route. «Ça prend de la force en montée», résume-t-il.

Carl Saint-Hilaire, lors d’un entraînement pour le Défi escaliers en 2011.

Cependant, sa prochaine participation au Défi des escaliers tiendra presque davantage du tourisme que de la compétition. Carl St-Hilaire traînera avec lui plusieurs membres de sa famille. «Ça te fait voir le Vieux-Québec sous un autre angle. À la course à pied, comme c’est bien sécurisé, tu peux regarder un peu partout en courant», lance l’athlète qui sera accompagnée de son épouse Josée Martel, sa fille Lydia St-Hilaire et son mari Mathieu Savard, ainsi que plusieurs personnes qui ont embarqué dans un groupe formé par l’entreprise VO2 Max pour faire ce tourisme sportif.

Cette volonté de faire découvrir la Vieille Capitale sous un autre jour fait baisser les attentes de Carl St-Hilaire du côté du chronomètre. S’il a déjà couru le parcours de 19 km dans des temps qui avoisinent les 90 minutes, il y va cette fois-ci davantage pour le plaisir.

«Les premières années où je le faisais, on n’était pas beaucoup. J’étais capable de faire un bon temps, mais là, il y a tellement de nouveaux, de personnes qui se prennent en main, que même si les départs ne se font pas en même temps, tout le monde finit par se rattraper dans les marches», dit d’expérience Carl St-Hilaire, à propos de ces petits embouteillages qui se forment dans les escaliers de Québec.

Parmi les plus grands obstacles de ce défi, il y a l’escalier du Cap-Blanc, qui à lui seul compte 395 marches. Celui qui le grimpe le plus rapidement est d’ailleurs récompensé par l’organisation.

La course comprend quatre parcours, soit une boucle de 19 km, une de 13, une de 9, et une course pour les jeunes de 2 km.