Manon Borderleau et Philippe Hurtubise, respectivement chargée de cours en enseignement de l’éducation physique et à la santé à l’UQAC et DG de Saguenay Basketball, invitent les jeunes de 10 à 17 ans, handicapés ou non, à venir découvrir le basketball en fauteuil roulant, vendredi, de 9h à midi, dans le cadre d’une activité gratuite dans le petit gymnase du Cégep de Chicoutimi.

Découvrir le basketball en fauteuil roulant

Le basketball en fauteuil roulant fait partie des disciplines au programme de la Finale provinciale des Jeux du Québec d’hiver. Or, le Saguenay-Lac-Saint-Jean n’a pas d’équipe depuis belle lurette. Souhaitant pallier cette absence, Saguenay Basketball organise une activité d’initiation, vendredi, de 9 h à midi, pour les jeunes de 10 à 17 ans, avec ou sans handicap, au petit gymnase du Cégep de Chicoutimi. L’objectif : les Jeux de 2021.

Le projet de former une équipe de basketball en fauteuil roulant pour les Jeux du Québec avait été envisagé il y a quatre ans, mais à l’époque, Basketball Saguenay était en plein démarrage.

« Les trois premières années de Saguenay Basketball ont été consacrées à la mise en place et au développement de la structure (administration, équipes, etc.). L’association n’était pas prête à relever ce défi. Le projet était trop gros pour le délai qu’on avait, donc on l’avait en quelque sorte mis dans un tiroir en attendant de pouvoir l’amener comme projet », explique Philippe Hurtubise, DG de Saguenay Basketball.

La présidente du CA de Saguenay basketball, Josée Vincent, qui avait proposé le projet il y a quatre ans, n’a pas hésité à rouvrir le dossier. « Maintenant, on est plus solide. Josée était déjà très impliquée dans les saines habitudes de vie. Elle a rapidement dit : “pourquoi pas pour les prochains Jeux du Québec d’hiver 2021 ? ” Tous le monde a donné son appui », relate M. Hurtubise.

Bon défi

Le projet représente un bon défi puisqu’il signifie former une équipe mixte de six joueurs d’ici un peu plus d’un an. « On vise une clientèle 17 ans et moins et on profite du fait que c’est congé pour les élèves des commissions scolaires De La Jonquière et des Rives-du-Saguenay vendredi pour tenir ce genre de portes ouvertes », explique Philippe Hurtubise.

Les jeunes n’ont qu’à se présenter au gymnase du Cégep de Chicoutimi vendredi, pour 9 h. L’organisme Parasport Québec fournira les équipements. Un entraîneur certifié sera également sur place.

« Les informations sont déjà disponibles sur la page Facebook de Saguenay Basketball », souligne le DG. Ce dernier précise que si l’invitation s’adresse aux jeunes, les plus vieux sont aussi bienvenus. Que ce soit parce qu’ils sont curieux de voir comment ça se passe ou parce qu’ils souhaiteraient s’impliquer comme arbitre ou pour simplement donner un coup de main.

« C’est un nouveau volet que l’on veut développer et ça s’inscrit dans nos valeurs et notre mission en tant qu’association », rappelle Philippe Hurtubise.

Éventuellement, si l’équipe pour les Jeux voit le jour et que l’intérêt pour ce sport se développe, le Cégep de Chicoutimi serait intéressé à la formation d’une équipe régionale.

+

SENSIBILISATION AUPRÈS DES FUTURS ENSEIGNANTS

(JSTP) — Créer une équipe de basketball en fauteuil roulant ne se fait pas en criant ciseaux. Il faut faire la promotion de ce sport et sensibiliser les intervenants sur le terrain pour créer un milieu propice à son éclosion et son essor. C’est un peu la contribution que souhaite faire Manon Bordeleau, chargée de cours à l’UQAC en enseignement en éducation physique et à la santé.

« Cet hiver, j’ai travaillé aux Jeux du Canada et j’ai été agente de liaison pour l’équipe de basketball en fauteuil roulant. J’ai vraiment trouvé ça cool même si je n’étais pas familière avec ce domaine. Aux Jeux du Canada, ç’a été un peu le sport chouchou. Les joueurs de hockey sont venus les voir et les encourager », relate Mme Bordeleau. L’une des vedettes de l’équipe, Woody Belfort, a contribué, par son enthousiasme, à donner de la visibilité à ce sport. Il a été invité à Tout le monde en parle, il a donné plusieurs entrevues dans les médias et il est suivi par des milliers d’abonnés sur Instagram.

« Je leur ai demandé s’ils pouvaient venir au Saguenay pour faire une démonstration et former une équipe et ils m’ont dit que, justement, Josée Vincent (Saguenay Basketball) les avait contactés à ce sujet », raconte Manon Bordeleau, qui connaissait déjà Mme Vincent pour avoir travaillé avec elle par le passé dans le cadre du Grand défi Pierre Lavoie.

C’est donc un heureux hasard de circonstances qui a permis à l’enseignante de mettre la main à la pâte. 

D’ailleurs, le basket en fauteuil roulant fait partie des disciplines auxquelles ses étudiants s’initient dans le cadre du cours Éducation physique adaptée. Les futurs enseignants en éducation physique et à la santé ont entre autres participé à une mini-formation, mardi, afin de les sensibiliser à ce sport et en faire la promotion dans les écoles, souligne Manon Bordeleau, qui souhaite « avoir le plus de monde en action. Si on peut avoir chaque personne au Saguenay qui trouve sa voie dans le domaine sportif, ce serait bien. C’est un peu notre mission dans l’enseignement en éducation physique et à la santé ».