Originaire de Petit-Saguenay, Roberto Lavoie a cumulé 291 points en 162 rencontres avec les Sags, ce qui lui confère le 12e rang de l’histoire de la concession.
Originaire de Petit-Saguenay, Roberto Lavoie a cumulé 291 points en 162 rencontres avec les Sags, ce qui lui confère le 12e rang de l’histoire de la concession.

Décès de l’ancienne vedette des Sags Roberto Lavoie

L’un des meilleurs joueurs natifs de la région à avoir porté l’uniforme des Saguenéens de Chicoutimi, Roberto Lavoie, est décédé à l’âge de 57 ans mercredi.

Acquis des Remparts de Québec à la mi-saison 1980, l’attaquant de Petit-Saguenay a pris son envol avec les Sags, cumulant 291 points en 162 rencontres, ce qui le place au 12e rang de l’histoire de la concession chicoutimienne. Seulement lors de sa dernière saison, il a récolté 136 points, dont 57 buts. Roberto Lavoie a par la suite participé à deux camps d’entraînement des Whalers de Hartford, mais à l’époque, les joueurs de petite stature n’étaient pas très populaires. Il n’a donc jamais eu la chance de disputer un match dans la Ligue nationale, malgré une production de 84 points en 56 matchs dans la Ligue américaine en 1983-84.

L’année suivante, il a pris la décision de s’exiler en Europe, une aventure d’une dizaine d’années qui a pris fin abruptement en raison d’une blessure à l’œil. Il est encore le meilleur pointeur de l’équipe EHC Chur, en Ligue nationale B suisse après avoir amassé 492 points en 215 parties. Après une année derrière le banc comme entraîneur-adjoint en Suisse, il est revenu au Québec et dans le giron des Sags le temps d’une saison comme adjoint à Gaston Drapeau, en 1994-95, et a ensuite mis officiellement fin à sa carrière après deux années avec les Condors de Jonquière lors des débuts de la Ligue de hockey semi-professionnelle du Québec, devenue la Ligue nord-américaine de hockey.

Témoin privilégié de l’histoire des Sags, Rénald Nepton a côtoyé de près Roberto Lavoie. Il garde un excellent souvenir du joueur, mais surtout de sa personnalité enjouée.

« C’était un joueur de hockey très talentueux et offensif. C’était un joueur qui dégageait la joie de vivre. Il était toujours, toujours de bonne humeur. Il faisait face à la pression et toutes les situations. Quand il a été assistant, il a été très bon pour les jeunes. C’était comme un être sans reproche, un petit gars de notre coin en plus. Il a été extraordinaire pour l’organisation des Saguenéens et a ensuite fait une très belle carrière en Europe », souligne Rénald Nepton qui le croisait encore à l’occasion et assure qu’il n’avait pas changé.

Depuis mars 2019, l’aréna de Petit-Saguenay porte le nom de Roberto Lavoie. La cérémonie avait réuni plusieurs anciens coéquipiers et amis de Roberto Lavoie, ainsi que le maire de Petit-Saguenay, Philôme La France.

Le Chicoutimien Luc Dufour et Roberto Lavoie, qui évoluait pour La Baie, sont passés d’adversaires à coéquipiers par la suite dans le midget AAA à Boisbriand-Laurentides où plusieurs joueurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean se retrouvaient dans leur développement. Quelques années plus tard, ils ont été réunis avec les Sags et l’impact a été immédiat pour les deux amis. « On se complétait bien et on avait une bonne chimie ensemble. Il m’a fait bien paraître. Si j’ai connu une expérience comme celle que j’ai eue dans la Ligue nationale, Roberto, je lui en dois beaucoup », a exprimé Luc Dufour très ébranlé par la nouvelle. Il lui avait rendu hommage dans un discours l’an dernier lors de la Coupe des entreprises du Bas-Saguenay lors d’une cérémonie lors du changement de nom de l’aréna de la Vallée de Petit-Saguenay pour l’aréna Roberto Lavoie. Comme Luc Dufour demeure à Québec et Roberto Lavoie au Saguenay, les deux hommes se voyaient moins souvent, mais l’amitié est demeurée la même au fil du temps.

« On avait nos enfants, nos familles en plus d’être séparés par la distance, mais quand on se voyait, c’est comme si on avait joué un match de hockey la veille. Un esprit d’équipe comme ça, c’est la famille », de témoigner Luc Dufour.

En pension chez Sylvain Simard

Pendant son passage chez les Sags, Roberto Lavoie demeurait en pension chez Sylvain Simard. Près de deux ans plus tard, celui qui est ensuite devenu médecin l’a rejoint avec les Saguenéens, étant son coéquipier pendant deux ans avec la formation chicoutimienne. « Quand on arrivait dans les situations critiques, il niaisait dans le vestiaire avant d’embarquer. Il arrivait et marquait le but. Il détendait l’atmosphère, mais c’était quasiment tout le temps lui qui comptait les buts importants. C’était un gars des grandes occasions » d’évoquer Sylvain Simard, précisant que Roberto était pratiquement un frère pour lui et son frère Richard qui a le même âge.

« Il était drôle. Sortir avec Roberto, tu riais toute la soirée », se rappelle Sylvain Simard qui a toujours été très admiratif à son endroit.

« C’est l’un des meilleurs joueurs de hockey que j’ai vu. Même s’il n’a pas fait la Ligue nationale, c’est l’un des joueurs que j’aimais le plus jouer avec », de confier Sylvain Simard, se rappelant d’avoir été premier marqueur de l’équipe en début de saison en 1982, ce qui n’a pas duré longtemps, relate-t-il à la blague.

Même s’ils se voyaient moins souvent, ils ont toujours gardé contact. La dernière fois qu’ils ont eu l’occasion de discuter longuement, c’était en 2018 lors du tournoi de golf de la Ligue de hockey junior majeur du Québec à Drummondville.

« Il l’avait autant au golf qu’au hockey. Dans les sports, c’était un surdoué. C’était un gars motivé qui avait de la détermination. C’était un gars intense. Il n’y avait pas de demi-mesure avec Roberto », de raconter Sylvain Simard.

Toute l'équipe du Quotidien profite de l'occasion pour offrir ses condoléances aux membres de la famille et aux amis de Roberto Lavoie.