Après un travail de réflexion et d’écriture entamé en 1984, Alain Deselle a publié récemment Stratégies martiales: L’art de la guerre appliquée aux arts martiaux et les sports de combat. Le Saguenéen d’adoption a combattu en Asie dans différentes disciplines pendant sa carrière.

De l’art de la guerre aux sports de combat

Au cours des dix dernières années, Alain Deselle a mis sur papier sa vaste expérience et ses connaissances sur les arts martiaux. Le produit final, Stratégies martiales : L’art de la guerre appliquée aux arts martiaux et les sports de combat, vient conclure un travail de réflexion entamé en 1984 par le Saguenéen d’adoption.

Alors qu’il était lui-même combattant en Asie dans diverses disciplines (pieds-poings, kickboxing, full contact) et qu’il se frottait à ce qu’il qualifie de « dieux du ring », le Français d’origine s’est mis plus sérieusement à étudier les questions stratégiques, ce qui a débouché sur une approche unique.

« L’un des moteurs du livre, c’est que je me suis aperçu que les gens ne s’intéressaient pas vraiment à la stratégie quand je boxais il y a 30 ans. Aujourd’hui, il n’y a toujours pas d’évolution. Pour moi, c’est l’élément à développer comme on le fait avec la technique, le cardiovasculaire et le mental », de faire valoir Alain Deselle.

« J’ai toujours cherché le moyen de neutraliser le potentiel de l’adversaire. C’était vraiment mon truc, un peu comme une armée qui est en face d’un ennemi plus puissant », d’imager celui qui pratique les arts martiaux depuis 1977.

« Comment on fait ça ? J’essayais de trouver le moyen de mettre l’adversaire dans l’inconfort, donc supprimer le déploiement de ses outils, précise-t-il. D’abord, on doit apprendre à se défendre, ce qui sert de support pour une contre-attaque. Défendre, ce n’est pas seulement défendre. On n’a jamais gagné une bataille en défendant seulement. »

Méthode

Voilà pour la mise en contexte de l’ouvrage de 460 pages, « la version courte » de toute sa pensée, avoue l’auteur en riant en entrevue. Dans sa réflexion, Alain Deselle s’est inspiré de grands généraux de l’histoire et surtout de leur calme dans leur prise de décision, « la théorie des trois cerveaux ». Il a ensuite divisé le tout en 15 grands chapitres, comme la défense, l’attaque, l’effet de surprise, la mystification, etc. « Chacun aurait pu être un livre », annonce l’auteur qui est un grand adepte de l’art de Bruce Lee.

Pour s’y retrouver facilement, la table des matières contient 120 principes inspirés de 80 batailles et 40 combattants. Des cartes et des photos permettent également de bien illustrer les mouvements. « La personne qui achète le livre qui veut des réponses martiales, je l’amène d’abord dans un récit historique, ce qui est toujours bon, et je lui dis ensuite que ça peut prendre telle ou telle forme », mentionne Alain Deselle, convaincu que les techniques fonctionnent pour toutes les disciplines.

« Ce sont des principes stratégiques. Il n’y a que la forme qui change, mais le fond reste le même », indique-t-il, espérant des retombées indirectes pour ses écoles, dont celle du Saguenay de jeet kune do et d’auto défense. À moyen terme, il planifie ouvrir une école de stratégie martiale. Il regardera également la possibilité de traduire le livre en anglais afin de percer de nouveaux marchés, surtout celui des États-Unis.