La thérapeute en réadaptation physique Alexandra Gagnon se rendra en Tanzanie, en janvier, grâce à un projet de Terre sans frontières et de Physiothérapie sans frontières.

De la physiothérapie en Tanzanie

À la fin du mois de janvier 2019, la Chicoutimienne Alexandra Gagnon fera partie d’un contingent de physiothérapeutes qui se rendront en Tanzanie pendant trois semaines afin d’améliorer la pratique de la discipline dans un milieu semi-rural.

Le groupe, qui sera sur place du 20 janvier au 9 février, a été mis sur pied par Terre sans frontières, un organisme de coopération internationale qui envoie des professionnels dans plusieurs pays à travers le monde, cette fois à travers l’organisme Physiothérapie sans frontières. Il s’agira du quatrième voyage de l’organisme dans ce coin de pays d’une mission à long terme, grâce à un partenariat avec un hôpital local. Les participants débarqueront sur place avec du matériel adéquat, en plus d’offrir des conseils aux physiothérapeutes locaux et même des traitements pour les habitants.

« On va leur faire de l’enseignement pour qu’ils puissent travailler et mieux traiter leurs patients. C’est quand même un objectif un peu plus durable que de l’aide physique. Oui, on va en donner, mais ils ont du monde là-bas et ce qu’il leur faut dans le fond, ce sont les nouveautés », fait valoir Alexandra Gagnon qui voulait se lancer dans une telle aventure depuis longtemps. Le projet offert par Terre sans frontières lui convenait parfaitement, notamment pour la durée plus courte que la majorité des voyages humanitaires. Avec son travail et sa famille, elle ne pouvait pas partir pour une longue période.

« Ça fait très longtemps que j’y pense. En fait, c’est l’un de mes objectifs depuis que j’ai fini mes études. C’est vraiment en discutant avec une patiente que ça m’a donné l’envie et l’idée de refaire des recherches pour trouver un organisme », de raconter la thérapeute en réadaptation physique qui a reçu la bonne nouvelle le mois dernier. Seule participante du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour le moment, elle essaie de recruter quelques collègues.

« C’est sûr que c’est plus agréable de partir avec des gens qu’on connaît », convient-elle. Pour le moment, Alexandra Gagnon n’a pas trop de détails sur le déroulement précis. Elle devrait en savoir plus au retour du prochain groupe, en octobre, alors qu’elle pourra profiter du compte-rendu de l’un des coopérants, après coup.

D’ici son départ, Alexandra Gagnon se concentrera à amasser des sommes afin de financer son aventure. Avec des proches, elle organise notamment un tournoi de golf le 29 septembre au Club Saguenay Arvida. Le coût est de 75 $ par personne ou de 300 $ par quatuor, avec une invitation particulière aux dirigeants d’entreprises qui voudraient s’associer avec le projet comme le commanditaire majeur de l’événement, Éloi Boudreault Construction. Il est possible d’obtenir toute l’information nécessaire sur la page Facebook (Tournoi de golf Alexandra) de l’événement caritatif.