Martin Bernard comptera sur Xavier Bouchard, second des quatre choix de premier tour de l'équipe au plus récent repêchage.

D'abord un père

Finalement, Xavier Bouchard a vécu sa sélection avec son père Gilles Bouchard dans les estrades du Eastlink Centre de Charlottetown.
Le paternel originaire de Normandin n'a pas attendu bien longtemps avant de retourner à la table des Huskies de Rouyn-Noranda puisque le défenseur des Forestiers d'Amos a été le cinquième joueur réclamé, par le Drakkar de Baie-Comeau.
«Comme parent, c'est un beau moment. C'est un ptit gars qui travaille tellement fort, qui est mature. Il veut faire un joueur de hockey. C'est important de le supporter comme on a tout le temps fait», de confier Gilles Bouchard après avoir passé à l'histoire en devenant le premier duo père-fils à monter sur la scène lors de la première ronde. Son équipe, championne des séries éliminatoires, avait le 19e choix.
«Une chance qu'il n'a pas glissé parce que je me serais peut-être levé un moment donné», de rigoler le DG des Huskies qui a été très actif sur le parquet même s'il n'a bouclé que trois transactions.
Xavier Bouchard affichait un large sourire de se retrouver avec le Drakkar. «Ils sont en reconstruction comme l'indique leurs quatre choix en première ronde. On va faire partie du noyau qui va les mener à gagner», a-t-il lancé, se portant à la défense de l'organisation du Drakkar qui a été malmenée plus tôt cette semaine par le deuxième choix, Jared MacIsaac qui a dit qu'il «serait content de ne pas jouer à Baie-Comeau» à un confrère des Maritimes.
«Malgré tous ce qui s'est passé cette semaine, j'avais confiance que c'était une bonne organisation, et aussi une bonne destination pour moi», d'estimer Xavier Bouchard.
Le directeur général du Drakkar, Steve Ahern, qui a été forcé d'échanger son deuxième choix, a lancé des fleurs à Xavier Bouchard tout en décochant un crochet à Jared MacIsaac. «Xavier est le meilleur défenseur de ce repêchage. Ça prend plus que du talent pour mériter ce titre», a-t-il répliqué.