Le tandem père-fille de Robert et Emilie Desjardins pourront bénéficier du programme d’Équipe Canada pour une troisième année consécutive, grâce à leur 9e position au classement canadien. Ils espèrent être en mesure de consolider leur position, voire de l’améliorer cette saison, malgré les aléas de la pandémie.
Le tandem père-fille de Robert et Emilie Desjardins pourront bénéficier du programme d’Équipe Canada pour une troisième année consécutive, grâce à leur 9e position au classement canadien. Ils espèrent être en mesure de consolider leur position, voire de l’améliorer cette saison, malgré les aléas de la pandémie.

Curling double mixte: les Desjardins bénéficieront du programme d’Équipe Canada

Pour une troisième année consécutive, l’équipe de curling double mixte composée de Robert Desjardins et sa fille Emilie pourra bénéficier du programme d’Équipe Canada.

Fort d’une excellente 9e position au classement canadien à la fin mai, l’équipe Hôtel Le Montagnais ne tenait toutefois rien pour acquis. «Ça se détermine toujours vers la fin juin. Cette année, ç’a été un petit peu plus tard (avant d’annoncer les équipes retenues), justement en raison de la pandémie. Car c’est toujours tributaire des sommes qui y sont liées et qui proviennent de trois sources différentes, soit l’Association canadienne de curling, du programme ‘’À nous le podium’’ et de Sport Canada. Dépendamment des montants reçus, soit ils peuvent revoir à la baisse les montants octroyés aux équipes, soit ils diminuent le nombre d’équipes ou de joueurs», explique Robert Desjardins. En moyenne, dix tandems et trois ou quatre joueurs additionnels peuvent bénéficier du financement ainsi alloué.

Même s’ils sont retenus, les formations retenues doivent fournir un plan d’entraînement comprenant au moins cinq tournois ou plus. Dans certains cas, il est recommandé de jouer dans un tournoi international, bien que cette année, ce volet risque d’être beaucoup plus difficile à réaliser. Cela dit, pour le tandem saguenéen, ce volet a été rempli l’an dernier avec la participation à des tournois en Suisse et en Autriche ainsi qu’une participation Jeux d’hiver de la Nouvelle-Zélande à titre de représentants canadiens, autant d’événements qui leur ont permis d’acquérir de l’expérience en compétitions internationales.

Optimiste

Malgré les aléas causés par le coronavirus, Robert Desjardins anticipe donc la prochaine saison avec optimisme dans le double mixte.

«Pour l’instant, on a accès au Québec et à l’Ontario. On s’en sort parce qu’on a un bon circuit au Québec avec le Goldline. Malgré la COVID-19, on a déjà confirmé la tenue de cinq tournois avant les Fêtes, avec les dates et les clubs. Donc, on devrait être en mesure de jouer six à sept tournois du circuit Goldline et normalement, on devrait avoir accès à ceux de l’Ontario sans être obligés de se soumettre à des quarantaines», souligne le paternel qui s’attend à pouvoir ainsi être en mesure de maintenir ou d’améliorer leur classement, lequel est leur meilleur jusqu’à maintenant.

Le duo père-fille compte faire le plein du plus grand nombre de points possible d’ici la tenue du Championnat canadien, lequel se déroule habituellement fin mars, début avril. D’ici là, quelles seront les consignes de la Santé publique? Difficile de prévoir.

«Les clubs de curling ont le droit d’ouvrir depuis le 22 juin. Quelles seront les normes à l’automne? On ne le sait pas encore, mais on sait qu’il y aura du curling», note Robert Desjardins.

Évidemment, à plus long terme, le tandem Desjardins a dans sa mire les Jeux olympiques de Pékin en février 2022. Ils aimeraient bien avoir leur billet pour la sélection à l’automne 2021. «Pour la sélection olympique, ils prennent les trois meilleurs résultats de 2019-20. Dans notre cas, on est bien positionnés avec trois bons résultats. Puis, ils prennent les sept meilleurs résultats de la saison 2020-21, en plus des trois mois de l’automne 2021 pour créer un classement et les meilleures équipes sont invitées à la sélection», résume-t-il.

Évidemment, l’équipe Desjardins doit trouver des commanditaires pour être en mesure de couvrir les frais de ses participations aux différents tournois. Bien que la pandémie ait frappé durement bien des entreprises, le duo avait bon espoir de pouvoir compter à nouveau sur l’appui financier de l’hôtel Le Montagnais, Maçonnex, Groupe Investors (Jacques Rondeau) et Goldline (Distributions VéRob au Québec).