Le centre sportif Benoît-Lévesque de Roberval a subi une cure de rajeunissement majeur, au cours des derniers mois, au coût de près de 11 millions de dollars.

Cure de rajeunissement réussie à Roberval

Huit mois après sa réouverture, les dernières retouches sont en train d’être complétées au Centre sportif Benoît-Lévesque de Roberval qui a subi une cure de rajeunissement de près de 11 millions de dollars, un des plus gros investissements réalisés par la ville de près de 10 000 habitants.

Bâti en 1974, l’aréna de Roberval était devenu vétuste et la Ville devait impérativement changer son système de réfrigération au fréon, une substance qui sera bannie par Québec à compter de 2020.

Au Québec, près de 425 arénas et 75 clubs de curling, construits en majorité dans les années 1960 et 1970, utilisaient le fréon. Et comme les fuites de fréon sont courantes, selon une étude publiée par Ressources naturelles Canada (RNCan) en 2013, Québec a décidé d’éliminer son utilisation d’ici 2020 pour répondre aux normes du protocole de Montréal, signé en 1987. Une tâche énorme à réaliser alors que 62 % des arénas utilisaient toujours ce réfrigérant en 2013.

Pour changer la donne, le gouvernement du Québec a injecté, depuis 2010, 270 millions $ dans les arénas pour trouver des solutions de remplacement. C’est grâce à ce programme, ainsi que d’autres programmes en efficacité énergétique, que Roberval a pu bâtir un des plus gros projets d’investissement de son histoire, à hauteur de 10,9 millions $, financé à parts égales par la municipalité, Québec et Ottawa.

« C’est la plus grosse soumission que nous avons eu à signer d’un seul coup », mentionne Jean-Luc Gagnon, directeur du département d’ingénierie, travaux publics et hygiène du milieu.

En se promenant devant le complexe sportif, on a carrément l’impression de voir un nouveau bâtiment. « On a juste gardé la structure, les grosses poutres d’aciers et la tôle du toit », ajoute ce dernier.

Pour ajouter de l’espace d’entreposage, l’aréna a été élargi de tous les côtés, ajoute le maire Sabin Côté. Les vestiaires ont été rénovés, un deuxième étage a été ajouté pour les spectateurs et les gradins, jadis en bois, ont été modifiés.

Remplacement du fréon

Pour remplacer le fréon, Roberval a choisi de miser sur un réfrigérant de synthèse, le R400. Ce système sera complètement automatisé, alors que l’ancien système coûtait une dizaine de milliers de dollars à démarrer et réparer chaque année, soutient Jean-Luc Gagnon.

Pour augmenter l’efficacité énergétique du bâtiment, l’isolation a été complètement refaite et un système de récupération de chaleur a été installé. D’autres systèmes récupèrent également la chaleur produite par le système de réfrigération. De plus, un système de chauffage radiant et de l’éclairage au DEL ont été installés dans les gradins.

« Même si on a agrandi l’aréna, ça ne nous coutera pas plus cher en énergie et on sera peut-être plus efficace », note Jean-Luc Gagnon.

Un système de déshumidification inversée permettra également d’améliorer le confort, surtout pendant la période estivale, note Sabin Côté.

Les nouvelles technologies permettent par ailleurs de gérer les différents paramètres, de démarrer le système de réfrigération et de recevoir des alertes grâce à une application installée sur un téléphone intelligent, ajoute le directeur de l’ingénierie.

La nouvelle configuration et les gicleurs installés au plafond permettront de répondre aux besoins de plusieurs sports, comme le patinage artistique et le patinage de vitesse, tout en permettant de présenter différents événements en été, dit-il.

« Sur un projet aussi gros, on aura encore deux ans de petits ajustements à faire », a noté Jean-Luc Gagnon qui compte faire un suivi serré du dossier pour assurer une qualité maximale. Par exemple, des ajustements doivent encore être faits pour assurer un chauffage optimal pour les spectateurs.

Malgré les détails à finaliser, Sabin Côté et Jean-Luc Gagnon sont extrêmement satisfaits des travaux accomplis par l’entreprise Construction Unibec de Dolbeau-Mistassini, qui a géré le dossier.

En plus de la réfection de l’aréna, qui peut accueillir 800 personnes, les sommes investies ont aussi permis de remettre en état les cinq terrains de soccer, le terrain de baseball et le bâtiment sanitaire situé à proximité.