Le Félicinois Alexandre Villeneuve, ici en compagnie de son entraîneur Denis Pedneault, a réussi le doublé au Championnat canadien de culturisme naturel.

Culturisme naturel: les grands honneurs pour Villeneuve

En octobre 2015, Alexandre Villeneuve s’était surpris en terminant au 2e rang à son tout premier Championnat canadien de culturisme naturel. Deux ans plus tard, le Félicinois de 31 ans a non seulement terminé premier chez les poids légers de cette même compétition nationale, mais il a aussi remporté les grands honneurs toutes catégories confondues.

Organisé par Physique Canada, ce championnat prône le culturisme naturel et effectue des tests antidopage pour s’assurer que les athlètes n’ont recours à aucune substance. « En 2015, j’avais fini deuxième, mais cette fois-ci, j’ai réussi à remporter le titre toutes catégories confondues », explique le Félicinois qui a aussi remporté sa catégorie, les poids légers (165 livres et moins).

Compétitionner dans la catégorie poids légers a été une autre surprise pour l’athlète de 31 ans. « Je me suis retrouvé dans la catégorie poids légers parce que j’ai perdu beaucoup de poids. Le 15 juillet dernier, j’ai participé à la Classique nationale dans laquelle j’avais remporté la catégorie poids lourds, mais pas le titre toutes catégories confondues. À cette compétition, je pesais 176,4 livres. Le plus léger que j’avais pesé en compétition jusque-là, c’était environ 171 livres en 2013, lors de ma première compétition. Mais je ne me pèse pas chaque jour parce que ça devient plus malsain qu’autre chose. »

Le Félicinois s’attendait à avoir perdu du poids, mais pas autant. « J’ai dit à mon entraîneur, Denis Pedneault, que je devais peser environ 172 livres, mais en montant sur la balance, j’ai vu que je pesais 162,2 livres ! Je me suis vraiment demandé si la balance n’était pas dérangée. J’ai perdu 14,2 livres en trois mois ! Je n’étais pas gras, mais là, j’étais vraiment ‘‘cut’’ (défini) ! Honnêtement, je commence à être fier de ma musculature obtenue au fil du temps, avoue-t-il, sans aucune prétention. Quand je regarde les photos d’il y a un an ou même de juillet dernier, il y a une différence vraiment flagrante. »

Volonté de fer

L’enseignant en éducation physique et à la santé estime qu’il a appris à se connaître et il a apporté des modifications à son alimentation. « Le culturisme est un sport qui n’arrête jamais et où on expérimente un peu des choses sur nous. Pour ma part, j’ai fini par trouver ce qui fonctionne le mieux pour moi et j’ai réussi à améliorer mon alimentation en faisant de petites choses qui ont eu une grosse différence sur le résultat final. Sans vouloir être prétentieux, je sais que j’ai (pleinement) mérité le titre de champion canadien, mais je ne pensais jamais me retrouver chez les poids légers.

« Au niveau de l’apparence, j’ai perdu un peu de masse musculaire, mais en culturisme, l’un des aspects qui comptent, c’est la définition musculaire. À 162 livres, j’étais plus défini. Et plus tes muscles sont définis, plus t’as l’air massif parce qu’on voit mieux tes muscles. En comparant les deux photos (juillet et octobre), on ne peut pas se douter qu’il y a 14 livres de différence », souligne celui qui est depuis revenu à 180 livres.

Cette perte de poids découle aussi d’une volonté de fer. « En janvier, j’ai commencé à m’entraîner deux fois par jour, du lundi au vendredi, en prenant la fin de semaine pour récupérer et j’ai fait ça jusqu’au 14 octobre. Et depuis le 1er janvier, je n’ai pas mangé de gluten, ni de produits laitiers ni de sucre blanc transformé, sauf le lendemain de ma compétition du 15 juillet et le lendemain de celle du 14 octobre. »

Aux mondiaux

Après ce doublé aux Championnats canadiens, Alexandre Villeneuve lorgne une participation aux Championnats du monde. Sauf que d’ici là, il devra trouver des appuis financiers, car les mondiaux se tiennent souvent à l’extérieur du Canada, voire des États-Unis, et il faut aussi prévoir les frais reliés à la présence de son entraîneur. Et le jeune homme compte poursuivre l’entraînement encore longtemps. 

« Souvent les plus performants sont ceux qui s’entraînent depuis longtemps. Les champions ont entre 40-45 ans. Mon objectif dans dix ans, c’est que je vise à avoir un meilleur physique qu’actuellement. Je m’entraîne de façon intelligente. Je ne suis plus du genre à utiliser de gros poids. Je me concentre sur le mouvement. L’important, c’est d’aller chercher une bonne contraction musculaire. Si à 40 ans, j’ai le dos débâti, ce ne sera pas mieux. »

Entre-temps, Alexandre Villeneuve agira comme bénévole à la Coupe Progym, un tournoi de Physique Canada pour les amateurs qui sera présenté à Saint-Jean-sur-Richelieu le 19 novembre. L’entraîneur régional Mathieu Baillargeon devrait amener une douzaine d’athlètes à ce rendez-vous. « Il a vraiment de bons poulains et je ne sais pas ce qui va arriver, mais dans la région, le calibre est vraiment fort », souligne Alexandre Villeneuve, qui remettra le trophée au gagnant.

De voir une aussi bonne relève le motive à s’entraîner pour être en mesure de défendre son titre « et pour aller les challenger un peu en franche camaraderie », a-t-il conclu en riant.