La polyvalence est une qualité primordiale des athlètes de courses à obstacles. Jean-Claude Duguay a notamment inclus des séances d’escalade, ce qui l’aide dans sa prise.

Courses à obstacles: Jean-Claude Duguay parmi l’élite mondiale

Quatrième lors d’un dernier Championnat du monde de courses à obstacles OCR, Jean-Claude Duguay vise gros pour 2019 et ses 50 ans avec rien de moins que le titre dans une nouvelle catégorie d’âge. Le Saguenéen a tout de même des ambitions importantes pour la prochaine saison, avec un autre rendez-vous avec l’élite mondiale, à Londres, à la mi-octobre.

En 2016, Jean-Claude Duguay en était à sa troisième participation au Championnat du monde OCR, qui regroupe toutes les associations. Il avait préalablement terminé 6e dans la division 45-49 ans en Ohio avant de décrocher la 6e position à Toronto en 2016. Il a fait encore mieux à sa deuxième présence en Ontario avec le bronze au 15 kilomètres individuel, avec un temps de 2 h 20. Au cumulatif, il a pris la 114e position sur plus de 2000 athlètes provenant d’une soixantaine de pays. 

Jean-Claude Duguay n’a pas mis de temps pour se qualifier pour l’épreuve de l’an prochain à Londres. Il l’a fait quelques semaines plus tard alors qu’il faisait partie d’une imposante délégation saguenéenne du groupe PBM dirigé par Éric Paquet au mythique Fenway Park de Boston. Il se rendra en Angleterre même si son objectif est moins ambitieux. « Le podium sera plus difficile comme j’arrive à la fin d’un groupe d’âge », explique-t-il, espérant tout de même un top-10. 

« Si je fais un podium, tant mieux, sinon, c’est n’est pas plus grave. Je sais que les bons athlètes de 45 ans vont débarquer dans la catégorie », souligne Jean-Claude Duguay qui en profitera pour prendre de l’expérience étant donné que la compétition en 2019 aura également lieu à Londres. Son calendrier comptera entre dix et 13 courses, dont celle du circuit régional de courses à obstacles. Il participera également à quelques épreuves de niveau national et provincial Spartan, X-Men et le nouveau circuit Nord-Man, axé sur la vie des ancêtres et des bûcherons. Pour l’aider à défrayer une partie des dépenses, il peut compter sur le support de Wood-Mizer, mais est ouvert à s’associer avec d’autres commanditaires. 

Polyvalence

Les courses à obstacles peuvent être impitoyables et la polyvalence est une qualité essentielle. Lors du plus récent Championnat mondial, la moitié des participants n’ont pas atteint la ligne d’arrivée parce qu’ils ont échoué à l’un des 43 obstacles. En grosse saison, Jean-Claude Duguay s’entraîne entre 8 et 10 h dans plusieurs disciplines. « L’hiver, comme j’ai plus de temps et moins de compétitions, c’est entre 12 h et 14 h », ajoute l’athlète rencontré vendredi avant son entraînement au centre d’escalade intérieur Beta Crux, situé dans l’ancienne église Christ-Roi de Chicoutimi, ce qui l’aide avec sa prise. 

Dans son menu hebdomadaire, il insère une quarantaine de kilomètres de course à pied, que ce soit dans les sentiers du parc Rivière-du-Moulin ou en intervalles avec le club Jakours. « Si tu es un bon coureur, ça aide, on ne se le cachera pas », insiste-t-il, désirant notamment améliorer sa vitesse. Jean-Claude Duguay pimente le tout avec du Récréo-Boxe, au Club de Chicoutimi, du XFit à l’UQAC et du yoga. « C’est le secret contre les blessures. Les hommes n’y vont pas, mais ils devraient », fait valoir l’ancien charpentier, maintenant responsable de l’entretien et de l’inspection des bâtiments sur la Base militaire de Bagotville.