Pierre Lavoie et ses deux ambassadeurs de la Course, l’Olympienne Marianne Saint-Gelais et le comédien Guillaume Lemay-Thivierge, ont accueilli les jeunes à leur arrivée au Stade olympique à l’issue de la course à relais de 270 kilomètres entre Québec et Montréal.

Course du GDPL: dame Nature s’invite

Les quelque 5500 jeunes coureurs des niveaux secondaire, collégial et universitaire qui ont pris part à la 8e édition de la Course Rio Tinto du Grand défi Pierre Lavoie (GDPL) ont pu profiter de la collaboration de dame Nature pour effectuer les relais pendant les 270 kilomètres qui séparent Québec de Montréal sans une seule goutte de pluie !

« Le départ de Québec (samedi matin) s’est fait sans aucune goutte de pluie. C’était un peu plus frais, mais c’était quasiment mieux pour courir. Il n’y avait pas de soleil, donc pas d’insolation ni autre problème lié à la chaleur. Tout s’est bien déroulé », a indiqué la dynamique directrice des communications du GDPL, Stéphanie Charette, peu avant l’arrivée finale des premières équipes au Stade olympique, dimanche, en fin d’après-midi.

Mission accomplie pour la 8e édition de la Course du GDPL. Pierre Lavoie et Marianne Saint-Gelais, qui est l’une des ambassadrices de l’événement, savourent la médaille de la 8e édition. Marianne a aussi accueilli les jeunes à la porte du Stade olympique.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, 11 écoles ont délégué des équipes, soit les écoles polyvalentes Arvida, Kénogami et Jonquière, l’Odyssée Lafontaine et Dominique-Racine ainsi que l’école secondaire Charles-Gravel de Chicoutimi, l’école secondaire Les Grandes marées de La Baie, l’école secondaire Jean-Gauthier d’Alma, les Quatre-Vents de Saint-Félicien, l’école secondaire Jean-Dolbeau et le Séminaire de Chicoutimi.

Réjean Bédard, un jeune retraité du journal Le Quotidien, est l’un des fidèles bénévoles de l’événement. Présent depuis la toute première édition, il a agi comme conducteur du motorisé qui fait office de quartier général des coordonnateurs de la course. Un rôle qu’il adore même si la nuit de samedi à dimanche a été très courte !

Les jeunes qui ont participé à la 8e édition de la Course Rio Tinto du GDPL font preuve d’originalité pour maintenir le moral des troupes ou tout simplement pour se distinguer avec une touche d’humour.

« Ç’a super bien été. Il a fait beau, c’était l’fun et tout le monde était de bonne humeur. Il a fait un peu froid samedi, car il ventait, mais les jeunes n’en ont pas souffert », raconte celui qui fait partie d’une dizaine de bénévoles du Saguenay qui sont fidèles au poste depuis le tout début de La Course. « Ç’a été une très belle édition. Ça s’est bien passé », confirme-t-il. « C’est une organisation rodée au quart de tour. Et quand il fait beau, ça ajoute au plaisir. » Évidemment, l’édition 2019 n’a rien de comparable avec celle de 2017 « où c’était la flotte ! »

« Ça faisait pitié. Il faisait froid et il pleuvait », se souvient-il.

enthousiaste

Cette année, malgré les inondations dans certains secteurs du trajet qui passait par la 138, les convois d’autobus et de motorisés n’ont pas eu à faire de détours. « Il y a des endroits où on était rien que juste pour passer en raison des inondations, mais ça a passé. À certains endroits, on se disait que la semaine passée, il devait y avoir de l’eau ! »

Durant les 30 heures de course à relais ininterrompue, trois municipalités avaient pour mission d’encourager les jeunes. Avec la superbe journée de dimanche, l’accueil sympathique de la municipalité de Berthierville a redonné du pep aux jeunes pour le dernier droit. Samedi, Cap-Santé et Sainte-Anne-de-la-Pérade se sont acquittées elles aussi de la mission.

Cofondateur du Grand défi qui porte son nom, Pierre Lavoie reste une figure populaire auprès des jeunes. En plus de courir certaines portions du parcours avec les participants, il se prête gentiment aux demandes d’égoportraits.