L’arrivée du Béluga Ultra Trail se fera dans ce magnifique décor à Tadoussac.
L’arrivée du Béluga Ultra Trail se fera dans ce magnifique décor à Tadoussac.

Complet pour la 1ère édition du Béluga Ultra Trail samedi

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
Samedi, ce sera le jour J d’une grande première pour l’organisation des Trails du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui donnera le coup d’envoi de la première édition du Béluga Ultra Trail dans le magnifique décor du sentier du Fjord situé dans le Parc national du Fjord-du-Saguenay.

Organisatrice de l’événement, Marie-Christine Dion mettait la dernière touche aux préparatifs de cet événement qui allie dépassement de soi, nature et cause environnementale. Quelque 500 participants répartis dans les différents points de départ ont rendez-vous à Tadoussac et ses environs.

«À l’instar de l’Ultra Trail Harricana, qui a eu lieu en fin de semaine dernière (dans la région de Charlevoix), on a des sites de départs distincts. Comme les gens ne sont pas tous au même endroit, ce n’est pas considéré comme un événement de plus de 250 personnes. La seule chose dont on doit s’assurer, c’est qu’il n’y ait pas de rassemblement à l’arrivée, car les coureurs arriveront au même endroit. On va avoir une zone délimitée au niveau de l’arrivée et de la zone lunch pour éviter d’avoir plus de 250 personnes. Les participants vont être invités à quitter rapidement», souligne Marie-Christine Dion, qui précise que le traditionnel party d’après-course n’aura pas lieu cette année.

Cinq distances
Les coureurs pouvaient s’inscrire au 45 km, dont le départ sera donné à 6 h, à Baie Sainte-Marguerite; au 30 km dont le départ est prévu pour 9 h de L’Anse-de-Roche; au 15 km, avec départ à midi du Cap de la Boule, et au 5 km, avec départ à 14 h de la plage de Tadoussac. Les jeunes ne sont pas en reste puisqu’ils pourront prendre le départ, à 8 h 50, du Bébéluga Trail, un parcours de 1 km. «Pour l’instant, ils sont environ une quarantaine d’inscrits. C’est vraiment une distance pour le plaisir», souligne l’organisatrice.

Quelques-uns des artisans de la première édition du Béluga Ultra Trail: Sophie Nadeau (ravitaillement), Cédric Déniset (athlète du Béluga Ultra Trail de 45 km), Marie-Christine Dion (directrice des Trails du Saguenay-Lac-Saint-Jean) et Hugues Drolet (directeur de courses).

Course différente
Une centaine de bénévoles épauleront l’organisatrice et son équipe pour veiller au bon déroulement de l’événement dans le respect des mesures sanitaires. «Les gens doivent s’attendre à vivre une course différente. Elle ne sera pas moins plaisante, mais elle sera différente», nuance Mme Dion.

Cette dernière a travaillé avec la Santé publique de la Haute-Côte-Nord pour s’assurer que le plan sanitaire respectait les directives gouvernementales. «On a aussi été beaucoup en contact avec les gens de l’Ultra Trail Harricana, qui a eu lieu en fin de semaine dernière. Ils ont été les premiers à offrir un événement de course depuis le début de la crise. On s’est donc beaucoup basé sur leur plan sanitaire et sur les mesures mises en place pour nous guider.»

Pour s’assurer du bon état des sentiers, les Trails du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont pu compter sur la collaboration des employés de la SÉPAQ du Parc national du Fjord-du-Saguenay, ce qui a grandement facilité l’organisation de l’événement. «Ils ont vraiment beaucoup travaillé le sentier durant l’été. Même en fin de semaine, on a vu des arbres tombés dans les sentiers et Jérôme Gouron et ses employés s’en sont occupés. Tout est correct. On a vraiment eu une bonne collaboration», souligne Marie-Christine Dion.

La pandémie lui a-t-elle fait regretter de s’être lancée dans cette aventure ? «Ce n’est pas du regret, mais ça génère beaucoup d’incertitude et de stress, avoue-t-elle. D’ailleurs, ça se peut que vendredi, il y ait un décret gouvernemental qui nous interdise la tenue de l’événement. On ne sait pas ce qui peut arriver dans les prochains jours, mais nous, nous sommes prêts.»

Adopter un béluga
En participant à cet événement, les coureurs poseront un geste concret pour la protection du béluga du Saint- Laurent. En effet, un montant de 5$/inscription sera remis pour l’adoption collective d’un béluga, ce qui financera la recherche scientifique axée sur la conservation de cette population en voie d’extinction. Le béluga qui pourrait être adopté est identifié DL0743 par le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM).

2e édition en 2021
Les inscriptions provenant du Saguenay-Lac-Saint-Jean/Côte-Nord représentent de 25 à 30 % du total. Avant que la pandémie ne joue les trouble-fête, il y avait des inscrits de l’extérieur du Québec et même des États-Unis. Les gens avaient toutefois la chance de reporter leur inscription à la 2e édition qui aura lieu le 18 septembre 2021. «On en a près d’une centaine qui ont soit décidé de reporter à l’an prochain ou de se faire rembourser partiellement leur montant d’inscription», mentionne l’organisatrice en chef.