Le club de golf Domaine Lac-Saint-Jean de Saint-Prime a connu une excellente saison en 2019 et son directeur général, Junior Juneau (à droite), souhaite poursuivre sur cette lancée pour la saison 2020.

Club de golf Domaine Lac-Saint-Jean de Saint-Prime: poursuivre sur la belle lancée

Le club de golf Domaine Lac-Saint-Jean de Saint-Prime a connu « une excellente saison 2019 », autant sur le plan financier que pour l’état du terrain.

Directeur général du club primois, Junior Juneau constate que le club bordé par le majestueux lac Saint-Jean est sur une bonne lancée. À l’instar des autres clubs de la région, malgré un printemps tardif, le Domaine Lac-Saint-Jean a profité d’une météo favorable jusqu’en septembre. « Le beau temps a été au rendez-vous, à part le mois de septembre où ç’a été pourri pour les fins de semaine. C’est peut-être ce qui a fait en sorte qu’on ne parle pas d’une année exceptionnelle. Sinon, ç’a été une très bonne année », résume-t-il en entrevue téléphonique.

Sur le plan administratif, l’organisation a atteint l’équilibre financier après amortissements. « Avant amortissement, on a généré un surplus de 40 000 $ en argent, ce qui est excellent. L’année précédente, avant amortissements, ils avaient dégagé un surplus d’environ 10 000 $ », mentionne-t-il.

Cette bonne situation financière leur a permis d’investir pour améliorer le terrain durant l’automne. « On a refait et ajouté des trappes de sable. Il y a quatre ans, on avait fait des réaménagements sur certains trous. Les trappes étaient l’un des points à retravailler. On a aussi travaillé des tertres de départ et notre lac au trou #6. On a déjà hâte pour présenter ces modifications aux golfeurs », lance le DG avec entrain.

Erre d’aller

Les moments difficiles d’il y a quatre ou cinq ans sont maintenant chose du passé. Le club est passé du mode survie à la phase consolidation et développement. Un défi beaucoup plus positif et stimulant. Si le nombre de membres se maintient, Junior Juneau constate avec plaisir un engouement pour les forfaits, une formule souple qui permet de jouer un certain nombre de parties en tout temps.

« L’an dernier, on a eu une hausse du nombre de droits de jeu (green fees) de 15 % et le nombre de forfaits a triplé. [...] En fin de semaine, on avait des forfaits qui ont été mis sur le Web par achat en ligne. C’est incroyable comment ç’a été bon ! Je suis tombé en bas de ma chaise. On s’était fixé un objectif et, d’après moi, on est dix fois au-dessus ! Samedi, ç’a été l’enfer les ventes qu’on a faites », lance le coloré Jeannois qui ne s’explique pas vraiment le phénomène.

Depuis son entrée en fonction l’an dernier, il s’est fixé comme objectif d’augmenter le nombre de parties jouées. Là aussi, il note une progression.

« L’an passé, on a eu une hausse de 20 % par rapport à l’année précédente, ce qui est excellent. Et avec ce qu’on a vu en fin de semaine, c’est un erre d’aller qui continue. »

Même si ça augure bien pour la prochaine saison, le DG évite de s’emballer. L’impact du coronavirus affectera-t-il les terrains de golf ? « Ça reste un casse-tête tous les ans pour balancer le budget, mais c’est sûr que ce n’est pas comme il y a quatre ou cinq ans », convient-il, surtout que le club n’a plus de dette depuis la vente de terrains.

Le DG travaille aussi à démocratiser le golf afin d’attirer une clientèle de plus en plus diversifiée.

« On va chercher toutes sortes de golfeurs. On est dans le développement et on travaille avec le touristique pour aller chercher des revenus de diverses façons », explique celui qui souhaite courtiser la clientèle jeune. Déjà, la situation s’est améliorée à ce chapitre.

« Avant, c’était tellement restrictif que les jeunes n’avaient pas de “fun”. Mais les plus vieux semblent avoir accepté de devenir un peu plus tolérants avec cette clientèle. C’est positif. [...] L’an passé, nous avons eu beaucoup de jeunes. Ça se fait différemment. Les jeunes vont venir jouer, mais ils ne s’embarqueront pas dans une formule de membership. »

Enfin, le DG travaille avec un conseil d’administration renouvelé « qui présente un bon mélange de jeunesse et d’expérience ». À la tête de ce groupe, le club peut compter sur le retour d’un administrateur chevronné à la présidence en Rémy Kurtness.