Club de boxe de Chicoutimi: un premier gala le 13 octobre

Le Club de boxe de Chicoutimi présentera le premier gala de boxe amateur dans la région, le vendredi 13 octobre, dans le gymnase de la rue Jacques-Cartier.

« On n’est pas peureux », blague le responsable Michel Desgagné sur la date choisie pour l’événement qui devrait contenir 14 combats, dont plusieurs boxeurs de la relève.

Au départ, Michel Desgagné avait regardé la possibilité d’organiser un gala pro-am, avec une finale mettant en vedette le produit local Francy Ntetu. Malgré un désir de se produire devant ses partisans, ce dernier n’était toutefois pas disponible, lui qui devrait obtenir un combat d’envergure en décembre. Après discussions, les organisateurs ont décidé de remettre le tout au mois de février, dans un endroit qui demeure à déterminer.

« Le plan A était Francy, admet Michel Desgagné. On veut le ramener à la maison. Il a une belle carrière, mais il n’a pas l’occasion de se faire valoir souvent devant les siens. »

Vendredi, Michel Desgagné mettait la touche finale à la soirée. Étant donné que les Gants dorés, réservés aux boxeurs de dix combats et plus, auront lieu la semaine suivante, l’accent a été mis sur les plus jeunes boxeurs qui accapareront une bonne partie de la carte.

« On pourrait presque l’appeler le gala de la relève. On a mis plusieurs membres du programme sport-études et de la relève », de faire valoir Michel Desgagné, précisant que des boxeurs des clubs d’Alma et Jonquière participeront à l’événement.

La finale devrait impliquer Jasmin Tremblay, dans la division senior 200 livres et moins. Il ne reste que l’adversaire à lui dénicher. « Sa fiche fait un peu peur. Il a 12 combats et en a remporté 11 et il a en plus vengé sa défaite. Il a également battu de bons gars », indique le responsable qui a bon espoir de trouver d’ici la semaine prochaine.

Samuel Blacksmith, de Mashteuiatsh, qui avait livré un féroce combat à Serge Ntetu en juin, fera également partie de la carte. Le Français Laïs Monny, qui se trouve au Saguenay pour ses études à l’UQAC, promet également d’attirer l’attention des amateurs avec son style européen. Il a déjà une vingtaine de combats à sa fiche de l’autre côté de l’Atlantique.

« Il va nous faire découvrir une autre boxe que celle américaine qui est plus axée sur la bagarre. C’est un peu plus de la ‘‘tag’’ où il touche sans se faire toucher. Ça va être intéressant », analyse Michel Desgagné, ajoutant que chez les seniors, Amélie Tremblay-Gagnon sera également en action contre une adversaire qu’elle connaît bien, Carla Beaudoin, d’Énergy Boxe à Saint-Romuald.