Les responsables du Circuit de vitesse motorisé de courses sur glace (CVM) ont dévoilé les grandes lignes de la prochaine saison qui sera marquée par trois épreuves de calibre nord-américain, à Saguenay, Roberval et Alma.

Circuit de vitesse motorisé de courses sur glace parmi les grands

En 2016, pour le 15e anniversaire du Circuit de vitesse motorisé de courses sur glace (CVM), les dirigeants ont décidé d’entamer une nouvelle ère et de voir plus grand. Cette approche rapporte maintenant des dividendes et l’organisation régionale fait maintenant partie des joueurs majeurs de la discipline en Amérique du Nord.

« Ce qu’il y a été fait depuis trois ans est extraordinaire pour un circuit régional à la base, souligne le président Sylvain Néron. C’est le portrait qu’on s’était donné. On savait qu’on était capables de faire le travail. »

Tous les détails de la prochaine saison ont été dévoilés en conférence de presse jeudi chez Sport DRC d’Alma, l’un des partenaires majeurs. Lors des prochains mois, trois grands prix de calibre nord-américain seront présentés dans la région, soit les 19 et 20 janvier à Saguenay, un ajout d’une journée au Camping Jonquière, puis les 22 et 23 février au Festival d’hiver de Roberval et la semaine suivante à la Dam-en-Terre d’Alma.

« On s’assure de maximiser la présence des coureurs qui vont descendre pour deux courses. Ça devient extrêmement intéressant pour eux en terme de bourses », fait valoir le président. L’organisation sans but lucratif organisera également deux courses régionales, au Bassin Saint-Georges à Alma en janvier, ainsi qu’à Larouche en février. Encore une fois, la saison se conclura avec une épreuve d’accélération au centre-ville d’Alma, sur le boulevard des Cascades. « On répète le même scénario, mais par contre, ça va être plus gros », promet Sylvain Néron.

Alliance NSR

Avec la création de l’Alliance NSR avec le Grand Prix de Valcourt, la Coupe Bonechère en Ontario et la Coupe Adirondack dans l’État de New York, la qualité sera au rendez-vous lors de ces trois fins de semaine. « C’est pour ne pas se concurrencer, mais on a aussi créé un fonds de fidélité. On a chacun mis un montant et les coureurs qui vont assister à tous les événements vont se voir attribuer une partie du gâteau. De cette façon, on s’assure d’avoir les meilleurs coureurs », explique Sylvain Néron, précisant que les classes VTT et les motos sont également concernées.

« On n’augmente pas seulement la motoneige, mais toutes les catégories, note le président. On rehausse le niveau de compétition et la qualité des coureurs à tous les grands prix qu’on va faire au Saguenay-Lac-Saint-Jean. »

Depuis l’an dernier, le CVM est le seul circuit sanctionné par l’ISR (International snowmobile racing) dans l’est du Canada et une bonne partie du nord-est des États-Unis, ce qui se fera véritablement sentir lors de la saison à venir. « Tous les coureurs professionnels aux États-Unis courent que dans des événements qui ont la sanction ISR », met en contexte Sylvain Néron, rappelant la collaboration de tous les acteurs concernés, dont les municipalités. L’obtention de cette certification est notamment passée par la formation des bénévoles. « Ces gens-là sont là par coeur, pour la passion », d’exprimer Sylvain Néron, mentionnant qu’un montant sera versé par l’OSBL à la cause de l’autisme, par l’entremise de la Fondation Jean-Allard.

Croissance

Les responsables du CVM ont le regard tourné vers l’avenir et entendent poursuivre l’expansion à l’extérieur de la région. « Au lieu d’aller vers le Nord, on pense plus aller vers le Sud, dévoile Sylvain Néron. On faisait déjà 3 h 30 pour aller courir avec le circuit. Pourquoi on ne ferait pas 2 h pour aller du côté de Québec?»

Selon son évaluation, Sylvain Néron avance que Saguenay est la plus grosse ville qui accueille des épreuves de courses sur glace. Normalement, les événements ont lieu dans de petites localités avec des mordus qui envahissent les lieux. « On a la population avec le Saguenay, Alma et Roberval. On a cette chance-là », signale-t-il, ajoutant que l’épreuve de Chibougamau a été abandonnée afin de mettre plus d’énergie sur les trois événements phares.